Articles Tagués ‘Exploration exploitation des gaz et huiles de shiste’

(!) Info minute – Revue de Presse

L’incidence et les effets de la fracturation hydraulique sont bien documentés, qu’il s’agisse de la contamination des eaux souterraines (voir [1] [2] [3] [4] [5] ), des fuites de méthane (voir [6] [7] [8] [9]), de l’apparition soudaine de tremblements de terre dans des régions où te tels phénomènes n’existaient pas (voir [10] ). Il faut maintenant ajouter à cette liste de nouveaux dangers sur la santé humaine : Il s’agit du risque de naissance prématurée.

Selon une récente étude de l’Université Johns Hopkins aux États-Unis (source[11]), les femmes enceintes qui vivent près des puits de gaz de schiste ont à un risque accru de complications pendant la grossesse. Lesbebe prema risque gaz de schiste fracturation chercheurs ont analysé les données de 40 comtés de Pennsylvanie, un état où l’exploitation des hydrocarbures de schiste s’est développée de manière exponentielle : On comptait moins de 100 (cent) sites de fracturation en 2006 contre plus de 8.000 (huit mille) aujourd’hui. Les scientifiques rapportent que pour les femmes vivant à proximité des sites de forage actifs on constate une augmentation de 40 pour cent des naissances avant terme et une augmentation de 30 pour cent des grossesses « à haut risque », (caractérisée par des complications comme l’hypertension, la prise de poids excessive, la tension artérielle etc.).

Selon le Centres de Contrôle et de Prévention des maladies des États-Unis (CDC), les décès de prématurés représentaient 35 pour cent de tous les décès de nourrissons en 2010, plus que toute autre cause de décès chez les nourrissons. Les naissances prématurées sont également cause majeure de handicaps neurologiques à long terme chez les enfants. Le coût financier en est égelement énorme. A titre d’illustration en 2005 la prématurité a coûté plus de 26 milliards de dollars au système de soins de santé des États-Unis.

Bien qu’à ce stade la recherche n’a pas déterminé précisément pourquoi les femmes enceintes vivant à proximité des puits les plus actifs étaient victimes de telles affections, le chef de l’étude M. Brian S.Schwartz indique que chaque étape du processus de forage a un impact environnemental. Lorsque les plateformes de forage sont construites, les engins et équipements fonctionnant au diesel sont utilisés pour défricher et apprêter de grandes surfaces. Il en va de même concernant le matériel de transport ainsi que pour le forage des puits également fort émetteurs de pollutions. Les forages profonds descendant verticalement puis progressant horizontalement à des milliers de mètres de profondeurs nécessitent un équipement lourd pour briser le schiste où est logé le gaz. La fracturation hydraulique (fracking) consiste ensuite à injecter des millions de litres d’eau mélangés avec des produits chimiques et du sable pour fracturer le schiste. Les fluides sont ensuite pompés vers la surface. Le gaz lui-même libère également des polluants.

On pourrait penser que la multiplication des tremblements de terre, la contamination avérée de l’eau potable justifieraient l’abandon de cette industrie. Faut-il attendre la multiplication des pathologies et des décès pour réellement décider l’interdiction de ces pratiques?

[1] L’EPA confirme l’impact de la fracturation hydraulique sur l’eau potable
[2] Gaz de schiste, c’est confirmé: Les aquifères de Californie contaminés par des milliards de litres d’eaux usées de fracturation … en pleine sécheresse
[3] Gaz de schiste : La contamination de puits liée à des défauts de cimentation et de mauvais forages
[4] En Pennsylvanie, une région pionnière du boom du gaz de schiste, 243 cas de contamination confirmés par l’administration de l’environnement
[5] Texas : « Les tests qui prouvent la contamination de l’eau par la fracturation hydraulique »
[6] Étude : Les fuites de méthane sont telles qu’elles annulent l’ « avantage » du gaz sur le climat
[7] Gaz de schiste et fracturation hydraulique : multiplication des fuites de méthane
[8] États-Unis: les puits d’hydrocarbures abandonnés rejettent beaucoup de méthane
[9] Pourquoi le gaz de schiste n’est pas une énergie de transition
[10] Avec le gaz de schiste, 300 fois plus de tremblements de terre!
[11] Fracking linked to premature births, study finds

Cette semaine en Rhône-Alpes: Agenda ici      SIGNEZ  LA PETITION !                           ( !) Info minute 
                                   > > >   ALERTE en cours dans le Gard et l’Ardèche  < < <
.

Ce matin, le conseil régional Rhône-Alpes a adopté le vœu intitulé « Pour un avenir énergétique sans gaz et huiles de schiste pour un débat national clair sur les hydrocarbures non conventionnels« .

Le Conseil régional souhaite :  1) Que le gouvernement remette à l’ordre du jour parlementaire, sous la forme d’un projet de loi, la proposition de loi N°3690 du 13 juillet 2011, (« Interdiction de l’exploration et de l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels, abrogation des permis exclusifs de recherche de mines d’hydrocarbures non conventionnels, transparence dans le code minier ») rejetée par l’Assemblée Nationale lors de la précédente législature ;  2) Que l’Etat associe les collectivités territoriales, et plus largement l’ensemble de la société civile à la réforme du code minier, par une procédure de concertation adaptée aux différentes étapes de cette réforme ;  3) Qu’en attendant la réforme du code minier, le ministère de l’Ecologie continue de publier l’ensemble des pièces de tous les dossiers de permis ou de demandes de permis d’exploration d’hydrocarbures non conventionnels adressés à ses services, et gèle leur instruction.                                    le texte complet du vœu complet à télécharger ici
.

Ce positionnement des élus est la conséquence de la mobilisation citoyenne de grande ampleur qui ne désenfle pas depuis le premier rassemblement de février 2011 à Villeneuve de Berg jusqu’au rassemblement d’Aix les Bains il y a quelques jours.

Les élus « vont au charbon » (sic!) et on appréciera certainement le rappel sur la proposition de loi N°3690 qui fut rejetée en 2011 et pour laquelle aucun obstacle ne devrait figurer à présent puisque cette ppl était portée par un certain Jean-Marc Ayrault actuel chef du gouvernement. Figuraient également au nombre d’autres illustres personnes portant cette proposition, M. Arnault Montebourg actuel Ministre du redressement productif ainsi que Monsieur Brottes (élus de l’Isère) dont on dit qu’il a l’oreille du Président de la République et qui est à l’origine d’une autre proposition de loi sur l’énergie discutée ces dernières heures au parlement.

L’ouverture des dossiers de demande de Permis de recherche d’hydrocarbure: elle est réclamée depuis des mois par les collectifs citoyens et associations qui n’en ont obtenu qu’une partie. La commission d’accès aux documents administratif (CADA) s’est positionnée plusieurs fois sur ce point, mais une partie de l’administration fait de la résistance. Nous reviendrons prochainement sur la réponse invraisemblable formulée par une préfecture de notre Région à la demande d’accès à des dossiers (remis par le titulaire d’un permis existant) formulée par des citoyennes. 

Quand à l’affirmation de principes sur le processus de consultation démocratique qui devrait gouverner des décisions aussi importantes de les choix énergétiques, ont ne peut que la saluer. Nous la saluons.

Jamais content ? Pas encore du tout rassuré !

Et bien non. Et nombre de citoyens engagés dans cette quête de transparence, dans l’alerte de leurs voisins sur les menaces que représentent ces projet qu’ils n’ont pas choisi et pour lesquels ils n’ont jamais été consultés, nombre de ces citoyens ont entendus plusieurs choses ces derniers jours:

– Un président de la république qui rejette ces projets pour la période du quinquennat tandis que des préfets convoquent des maires pour annoncer le démarrage de travaux de recherche en Ardèche du Sud et Gard Nord.

– Une Ministre de l’Écologie qui annonce que la  Commission nationale d’orientation, de suivi et d’évaluation des techniques d’exploration et d’exploitation des hydrocarbures liquides et gazeux ne sera pas mise en oeuvre tandis que le Président du Sénat nomme le sénateur Michel Teston à la demande du Premier Ministre pour siéger dans cette commission en application de la loi n° 2011-835 du 13 juillet 2011 et du décret n° 2012-385 du 21 mars 2012.

– La recherche et l’exploitation des gaz et huile de schiste ne doit pas avoir lieu en France tandis que seul le rejet de 7 demandes de permis à été annoncé et les foreurs

Nous demandons toujours :
  • Un rejet définitif de la possibilité d’aller rechercher et exploiter les hydrocarbures de roches mère et tous réservoirs non conventionnels
  • La protection durable des territoires et la possibilité de choisir l’avenir énergétique par la refonte du code minier et un débat décentralisé sur la transition énergtique
  • Un rejet immédiat des demandes de Permis Exclusifs de Recherche d’Hydrocarbure.
  • L’annulation des permis déjà délivrés

En Rhône-Alpes il s’agit de:

Cette semaine en Rhône-Alpes: Agenda ici                                                                 ( ! ) Info minute

De passage en Ardèche , l’actuel premier magistrat de l’État, le Président Sarkozy, en réponse à l’interpellation de citoyens lance ce message:  « Dites-leur que je n’autoriserai pas l’exploitation du gaz de schiste par fragmentation hydraulique »« Je sais que Total a déposé un recours mais de toute façon, pour nous, ce sera non. » Il eut été grossier que le Président de la République s’opposât à la loi. Il ne l’a pas fait.

On pourra se poser la question sur le verbiage utilisé par le Président de la République, ‘la fragmentation hydraulique‘ n’étant pas au menu d’un lexique pourtant riche. Faut-il encore rappeler que le législateur à interdit depuis le 13 Juillet 2011 l’utilisation de la « fracturation hydraulique » pour l’exploitation des hydrocarbures en France. Faut-il rappeler que cette technique – la seule existante pour exploiter les ressources hydrocarbures emprisonnées dans les profondeurs de la roche mère – n’a aucune définition juridique?

Le Président en campagne, comme il l’a fait dans les Cévennes il y a quelques semaines, continue de « communiquer ». La stratégie reste la même.  Elle consiste à donner l’illusion que tous projets de recherche et d’exploitation des hydrocarbures de roche sont interrompus en France. Elle vise à décrédibiliser les lanceurs d’alerte sur les territoires de France et d’ailleurs.

Or plus de soixante permis sont toujours actifs. D’autres sont à l’instruction. Les promesses de campagne sont ce qu’elles sont.  

Aujourd’hui on ne fera que rester interloqué par les titres de la presse:

Gaz de schiste en Ardèche : «Pour nous, c’est non!» affirme Sarkozy

Gaz de schiste : Sarkozy dit non à son exploitation

Gaz de schiste : Sarkozy répète son refus de la fracturation hydraulique

Libé et Le Monde osant même:

Sarkozy réitère son refus de l’exploitation du gaz de schiste

M. Sarkozy réaffirme son opposition à l’exploitation du gaz de schiste

Le même M. Sarkozy qui au mois de Juin rassurait le premier Ministre polonais: « On sait que le gaz de schiste est important pour vous, on ne veut pas vous créer des difficultés au niveau européen »…

13.12.2011: France 2 s’enthousiasme pour la ruée vers le pétrole de schiste : clic ici
Cette semaine en Rhône-Alpes: Agenda ici                                                                 ( ! ) Info minute
Ou comment la pollution ne peut franchir les frontières…

 Ya pas l’feu au lac, mais ça finira peut-être par arriver. Il s’en passe de bien belles autour du lac de Genève, passage naturel de ce long fleuve du Rhône qui finira son cours dans le delta de la Camargue 500 km plus loin. Que d’appétit de la part de nos industriels pour les réserves d’hydrocarbures emprisonnées sous des kilomètres de roche. Alors que la société Schuepbach voit ses projets d’exploration quelque peu mis en panne en France et en Suisse(1) (2), les projets d’autres sociétés vont bon train.

En Suisse on parle de forage sous le lac Léman tandis qu’en France les projets de la société ECorp -détentrice du permis exclusif de recherche d’hydrocarbure dit « de Gex »- ne sont pas stoppés puisqu’ « il ne s’agit pas de gaz de schiste ». La société indique au Ministère français en charge de l’industrie et des Mines qu’elle n’aura pas recours à la fracturation hydraulique.  Cette technique (dont aucune définition juridique n’existe) est proscrite depuis Juillet 2011 sur l’ensemble du territoire national. Toutefois, son rapport (3) remis dans le cadre de l’application de la loi indique clairement ses projets d’aller forer dans la roche mère à 4000 mètres de profondeur.

Ces projets, certains  s’en inquiètent des deux côtés de la frontière en pays de Gex.  Les habitants et élus de Haute Savoie mais également des élus Suisses comme le révèle cette communication du Conseil d’État de Genève. Les ressources en eau sont fragiles. Les conséquences des forages sur ces terrains ne sont pas maîtrisables, ce ne sont pas les « militants » qui le disent, ce sont les scientifiques.

Plus que jamais la vigilance citoyenne s’impose afin que ces projets aux risques environnementaux incalculables ne voient le jour.

(3) Rapport dEcorp pour le permis de Gex (Mise en œuvre de la loi 2011-835 )

Cette semaine en Rhône-Alpes: Agenda ici                                                                 ( ! ) Info minute

Lyon le 26 Novembre 2011 : Comme il l’indiquait déjà dans la presse spécialisée cette semaine, M. de Margerie a confirmé publiquement aujourd’hui l’intention du groupe TOTAL d’attaquer l’abrogation des permis de recherche de gaz de schiste. Dans le cadre du forum « Les nouvelles frontières » se tenant à Lyon les 25, 26 et 27 novembre, M. Christophe de Margerie déclare que « Total va remettre en cause l’abrogation des permis pour le gaz de schiste par le gouvernement » et qu’ » Il est dommage de se priver de cette énergie en attendant mieux » .

Abrogation

Au mois d’octobre, lors d’un déplacement dans les Cévennes, le président de la République M. Sarkozy avait annoncé l’abrogation de trois permis attribués en 2010 à des opérateurs Texans et français (Nant et Villeneuve de Berg attribués à Schuepbach et Montélimar attribué à Total).

La presse et une partie du monde politique relayaient en fanfare une victoire des citoyens mobilisés depuis le début de l’année. Les collectifs citoyens prudents et réalistes annonçaient ne pas baisser la garde face à ce qu’ils considéraient comme une simple annonce. L’arrêté du 12 octobre 2011 portant publication de la liste des permis abrogés dans le cadre de la mise en œuvre de la loi du 13 Juillet interdisant la fracturation hydraulique avait rendu furieux le conseil général de l’industrie de l’énergie et des technologies (CGIET). Celui-ci anticipant la réaction du groupe pétrolier. Le CGIET missionné en février par le gouvernement pour conduire une mission d’inspection a par ailleurs été reconverti le 14 novembre  en conseil général de l’économie de l’industrie de l’énergie et des technologies (CGEIET).  Les conclusions de la mission d’inspection initialement prévues avant l’été tardent à venir, un rapport préliminaire a néanmoins été rendu au mois d’avril lequel indique la nécessité de poursuivre la recherche.

Recherche

Les scientifiques quant à eux sont nombreux à réclamer que la recherche appliquée soit poursuivie. La réunion thématique organisée hier 25 novembre à Grenoble par Environalp et l’Institut des sciences de la Terre le confirme.  Un panel d’universitaires nord-américains et français faisait un état des lieux de la recherche sur les gaz de schiste. Cette rencontre scientifique à laquelle étaient invités des étudiants, des élus, des scientifiques, des représentants de l’industrie ainsi que de simples citoyens a permis de faire le point sur l’exploitation en Amérique du Nord, les conséquences environnementales et sanitaires ainsi que sur les risques géologiques induits par l’injection des eaux de forages en grande profondeur.  Le constat est sans appel: l’industrie répète à l’envie qu' »il ne faut pas se priver d’une ressource disponible » et les chercheurs que les risques liés à l’exploitation nécessitent d’être mieux investigués par la mise en œuvre de forages tests. Et cela nous n’en voulons pas.  Pourquoi aller investir dans une recherche coûteuse sur l’exploitation polluante de réserves limitées d’hydrocarbures dont l’utilisation contribuera au réchauffement climatique?  Pourquoi engager maintenant de tels investissements au détriment de la recherche française en matière de production d’énergie renouvelable? La rencontre de Grenoble fut une étape instructive, le débat est lancé en Rhône-Alpes. Il faut le poursuivre et l’ouvrir sur la nécessité d’une relocalisation de moyens diversifiés de production d’une énergie propre et renouvelable. Et l’exploitation des hydrocarbures de roche mère n’est sûrement pas la bonne réponse.

Pour les collectifs, les gaz et huile de schiste, c’est ni ici, ni ailleurs, ni aujourd’hui ni demain!

       Cette semaine en Rhône-Alpes: Agenda ici

« Certains groupes », « les écolo », « les démagogues », « les menteurs » . . .               ( ! ) Info minute ici

Des dirigeants de la république, des responsables d’entreprises gazières et pétrolières, des économistes ou autres scientifiques qui défendent la poursuite de la marche forcée vers l’épuisement des ressources fossiles ne tarissent pas de mots pour dénigrer la lutte citoyenne pour la préservation des territoires et un débat ouvert sur les énergies.

Face à l’ampleur d’un mouvement citoyen qui ne s’éteint pas, le gouvernement a annoncé en octobre l’abrogation des trois permis de recherche d’hydrocarbure de roche (gaz de schiste). Cette annonce ne doit pas masquer l’existence de très nombreux permis de recherche d’hydrocarbures liquides ou gazeux en cours de validité ainsi qu’une longue série de demandes jugées recevables. En Rhône-Alpes Nord 2 permis (ceux de Gex et des Moussières) et 4 demandes (Blyes, Lyon-Annecy, Gex-Sud, Montfalcon) noircissent ce tableau dans une région qui souhaite privilégier le développement d’énergies propres et renouvelables et préserver les fragiles ressources en eau.

La proposition de Loi qui visait l’interdiction de l’exploration et de l’exploitation des gaz et huiles de schiste a été réduite à peau de chagrin lors de son adoption en Juin 2011 : elle ne vise que l’interdiction d’une technique (celle de la fracturation hydraulique) sans même la définir.  En application de cette loi, chaque titulaire de permis a remis au Ministère de l’Industrie (en charge des mines) un rapport dans lequel il s’engage à ne point pratiquer la fracturation hydraulique ; c’est le fameux sésame pour garder son permis. Les titulaires font alors montre d’inventivité pour annoncer la main sur le cœur que pour tritouiller la roche mère ils n’auront recours qu’à des pratiques « conventionnelles ». On se perd en verbiage, tandis que l’examen des dossiers fournis par les titulaires montre que les industriels visent bien des ressources piégées en grande profondeur, dans des réservoirs compacts (à très faible porosité).

Les citoyens qui depuis des mois s’instruisent, mutualisent l’information, correspondent avec des habitants du Québec ou des Etats-Unis l’ont bien compris. Ils l’ont affirmé à Barjac et à la Ferté-sous-Jouarre le 13 Octobre. Ces citoyens ne sont pas des « écolo » ni des « démagogues » et surtout pas des « menteurs ». Ces citoyens sont d’origines sociales et d’âges très variés, ils ont des convictions politiques différentes et ils se sont retrouvés – souvent au côté de leurs élus locaux- pour alerter les populations, défendre leurs territoires, et demander que le débat ait lieu. Ils n’ont nullement l’intention de déléguer ces choix qui intéressent leur mode de vie et ceux de leurs enfants

En région Rhône-Alpes, le débat a été lancé mais il faut le poursuivre, le rendre accessible à tous ceux qui le souhaitent. Les collectifs de la région Rhône-Alpes ont décidé de renforcer leur collaboration. Ils se retrouveront ce mois pour déterminer les grands axes de leurs actions communes. Les ardéchois forts de leur expérience historique entendent également prêter main forte aux collectifs, aux habitants, aux maires des territoires du Nord de la Région.

Les dossiers de demande de permis        Actions information sur les territoires        La Région Rhône-Alpes et le débat

Isère : Les élus de l’intergroupe de la majorité exigent l’arrêt des démarches de prospection de gaz de schiste

Stop au gaz et huiles de schiste

Ni ici, ni ailleurs,

Ni aujourd’hui, ni demain

un collectif chez vous

Ain    Ardèche    Drôme   Isère    Loire    Rhône   Savoie    Haute-Savoie

Les citoyens opposés à l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures de roche mère se rassemblent au Nord comme au Sud le 23 Octobre 2011. Rejoignez-les !

 Arrêté portant publication de l’abrogation de trois PER