Articles Tagués ‘collectif stop gaz de schiste’

(!) Info minute – Revue de Presse

La Fondation Goodplanet créée par le photographe Yann Arthus-Bertrand et reconnue d’utilité publique vole-t-elle au secours de l’industrie engagée dans la promotion et le développement de la recherche et de l’exploitation des hydrocarbures extrêmes ? Cette fondation qui souhaite « mettre l’écologie au cœur des consciences et susciter l’envie d’agir concrètement » publie dans quelques jours un livre intitulé « Gaz de schiste, le vrai du faux ».

Nous ne ferons pas la critique d’un livre que nous n’avons pas lu. Nous noterons simplement deux choses :

1. La Fondation Goodplanet dépend de « partenaires et mécènes » tels que BNP Paribas (grand financeur de la recherche de gaz de schiste dans le monde), Antargaz (Premier distributeur de gaz bouteille en France), Vallourec (Leader mondial des solutions tubulaires – leader sur le marché des forages horizontaux pour l’exploitation des gaz de schiste), Veolia (Entreprise engagée dans le marché du traitement de l’eau de reflux de fracturation).

goodplanet partenaires et mecenes

2. La Fondation Goodplanet annonce dans la promotion de son ouvrage que « si le lobby pétrolier présente une version tronquée de la situation, de l’autre côté, certains militants déforment eux aussi la réalité. Les amalgames trompeurs s’ajoutent aux approximations tandis que persistent de très nombreuses inconnues ». Comme si les recherches menées ne prouvaient pas déjà la nocivité de l’exploitation de ces hydrocarbures. Comme s’il n’était pas déjà démontré que leur extraction et leur utilisation était facteur de pollution majeure avec une incidence sur la santé des populations vivant à proximité des forages. Comme s’il n’était pas déjà démontré que le méthane est un puissant gaz à effet de serre (pire que le charbon).

Arrêtons ici la litanie de « certains militants (qui) déforment eux aussi la réalité, tandis que persistent de très nombreuses inconnues ». Et posons-nous la question : Cette fondation souhaite-elle participer à la promotion de l’idée des industriels selon laquelle, le gaz de schiste serait un mal nécessaire pour faire le pont avec les énergies décarbonnées ? Veut-elle donner un petit coup d’accélérateur au massacre avant de passer au renouvelable, lorsque ça sera déjà trop tard? Ou promeut-elle un débat « indépendant »?

A ce stade, accordons-lui le bénéfice du doute et restons vigilants face à l’apparition des faux nez qui viennent faire le job de promoteurs du gaz de schiste au prétexte que « le débat n’aurait pas eu lieu ».

Rappelons aussi qu’un débat à eu lieu suite à la mobilisation populaire du printemps 2011. Qu’il s’est tenu dans les enceintes de notre démocratie pour accoucher d’une loi (très imparfaite) interdisant la fracturation hydraulique, seule technique permettant l’exploitation des pétroles et gaz de schiste. Rappelons toutefois que c’est en maintenant la pression que l’on pourra empêcher le pillage et l’épuisement des ressources pour ne pas laisser une planète dévastée à nos enfants. Il est de notre devoir d’empêcher l’exploitation des hydrocarbures compactés en grandes profondeurs et nécessitant des techniques polluantes, consommatrice d’eau et d’énergie et très coûteuses. Demandons plutôt l’orientation des investissements vers la recherche et le développement des solutions et énergies nouvelles et propres.

Le débat est bon. Il est nécessaire. Mais focaliser le débat sur le gaz de schiste, n’est-ce pas occuper les esprits au détriment d’autres enjeux majeurs que connaissent nos sociétés? Ne s’agit-il pas de participer au processus d’acceptation sociale tant voulu par les industriels?

(!) Info minute revue de presse

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
DE COLLECTIFS CONTRE LES GAZ ET HUILES DE SCHISTE LUNDI 3 JUIN 2013

Jeudi 6 juin 2013 à 10h, l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) doit présenter à la presse son rapport d’étape sur les « techniques alternatives à la fracturation hydraulique pour l’exploration et l’exploitation des gaz de schiste ».

Les Collectifs contre les gaz et huiles de schiste ne peuvent que dénoncer cette approche qui vise à réduire le débat public à la dimension strictement technique des problèmes liés à l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels. La question de l’opportunité même de l’exploitation de ces hydrocarbures semble déjà tranchée pour les rapporteurs MM. Jean-Claude Lenoir et Christian Bataille.

Les Collectifs craignent que ce document serve d’argument pour une remise en question de la loi du 13 juillet 2011 interdisant la fracturation hydraulique.

La question de l’opportunité de l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels doit être abordée plus largement, notamment, en regard de l’impact sur le climat. L’exploitation et la consommation des ces ressources fossiles émettent des quantités importantes de carbone et de méthane (gaz à très fort effet de serre). Leur exploitation accélère dramatiquement le réchauffement climatique, une des raisons qui pousse une majorité de la population à la considérer comme inopportune..

Aux côtés du climatologue James Hansen, les Collectifs considèrent que ce serait un « crime contre l’humanité » de chercher à brûler toutes les ressources fossiles. La solution est de prendre en compte cette menace et de développer les énergies renouvelables dans un programme de transition énergétique les intégrant à la recherche d’une meilleure efficacité et d’une réduction de la consommation.

Contacts presse :

Rhône-Alpes : Antoine Combier : 04 75 36 72 83 – coordination@stopaugazdeschiste07.org
Ile de France : Isabelle Michaut : 06 86 16 23 35 – imichautpascual@orange.fr

Signataires :
Réseau Rhône-Alpes Stop au gaz et huiles de schiste Collectif 07 Stop au gaz de schiste Collectif 38 Stop au gaz de schiste Collectif stop gaz de schiste 69 Basta ! Gaz Alès NPGDS Bocage gâtinais Collectif Causse Méjean – Gaz de Schiste NON !
Collectif Citoyens du Narbonnais Non Gaz et pétrole de Schiste 11 Collectif Var Stop au gaz de schiste Collectif Roynac26

Cette semaine en Rhône-Alpes: Agenda ici              SIGNEZ  LA PETITION !                 ( ! ) Info minute

.

Communiqué de presse des collectifs réunis en coordination nationale
à Lyon, les 30 Juin et 1er Juillet 2012
 Gaz, huile et pétrole de schiste : peut-on donner sa confiance au gouvernement ?

Ce week-end, samedi 30 juin et dimanche 1er juillet, les délégués représentant 260 des collectifs contre les pétroles, gaz et huiles de schiste se sont rencontrés en coordination nationale à Lyon.

Les collectifs :

  • S’inquiètent des signaux négatifs envoyés par le gouvernement:
    • éviction de Mme Nicole Bricq du ministère de l’écologie du développement durable et de l’énergie après l’annonce faite de la « remise à plat » de l’ensemble des permis de recherche
    • volte-face dans le traitement des autorisations données au consortium Shell Tullow Total, titulaire du permis Guyane maritime,
  • Dénoncent le revirement de M. Jean-Marc Ayrault : le premier ministre a tôt fait d’oublier les propositions de loi du président du groupe parlementaire PS qu’il était.
  • S’alarment du dépôt le 25 mai 2012 de 6 déclarations de travaux de forage en Seine et Marne, date permettant à 5 jours près au titulaire du permis de recherche d’hydrocarbure (Hess Toréador) de s’affranchir d’une enquête publique. Selon les dossiers de déclaration de travaux, les forages ciblent des roches situées jusqu’à 3 500 mètres de profondeur.
  • Tout l’été, les collectifs seront en alerte sur les territoires. A l’automne les collectifs français s’associeront à la journée de mobilisation internationale contre l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures de schiste du 22 septembre 2012.

Les collectifs luttent pour préserver notre environnement, notre santé et prioritairement l’eau et l’air, sources de vie.

Chacun sait qu’il n’y a plus, aujourd’hui, en France, de gisements d’hydrocarbures accessibles sans stimulation ou techniques néfastes pour l’environnement à court, moyen et très long terme.

Il est urgent de transférer les financements, notamment publics, consacrés aux hydrocarbures, vers la recherche et le développement d’énergies renouvelables.

C’est pourquoi, les collectifs s’opposent à toutes les explorations et exploitations d’hydrocarbures sur l’ensemble du territoire français car elles utilisent des techniques destructrices pour l’environnement et entrainent des conséquences désastreuses pour l’économie des territoires, la santé des populations et le climat mondial.

Nous dénonçons une politique énergétique irresponsable ainsi que les artifices qui nous sont imposés pour la maintenir à flot :

Code minier obsolète, commission (1) illégitime, loi ambiguë (2).

Plus largement, nous étendons les mêmes revendications au niveau européen et international.

Gaz, huile et pétrole de schiste, Ni ici Ni ailleurs, ni aujourd’hui, ni demain !

(1)      Commission nationale d’orientation, de suivi et d’évaluation des techniques d’exploration et d’exploitation des hydrocarbures liquides et gazeux.

(2)      Loi n° 2011-835 du 13 juillet 2011 visant à interdire l’exploration et l’exploitation des mines d’hydrocarbures liquides ou gazeux par fracturation hydraulique et à abroger les permis exclusifs de recherches comportant des projets ayant recours à cette technique

Devant l’assemblée nationale 10 mai 2011

Cette semaine en Rhône-Alpes: Agenda ici              SIGNEZ  LA PETITION !                 ( ! ) Info minute

.   (NOTE 15.06.2012: notre dossier demande de permis PréAlpes mis à jour sur cette page. )

Suite aux dernières annonces du gouvernement par voie de déclarations (1) (2) et communiqués (3)(4), les collectifs Rhônalpins réagissent.

Largentière, le 15 juin 2012

Madame Nicole Bricq

Ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie
Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie
Grande Arche
Tour Pascal A et B
92055 La Défense CEDEX

Objet : Remise en cause des permis de recherche et projet de refonte du Code Minier.

Madame la Ministre,

Nous accueillons de façon positive, votre volonté de réexaminer les conditions d’exploration du gaz de schiste, mais nous sommes particulièrement surpris de votre approche des permis de recherches d’hydrocarbures accordés. Nous ne sommes pas du tout rassurés par la non remise en cause des permis octroyés pour la recherche de pétrole et gaz dit conventionnels. Vous n’êtes pas sans savoir qu’un permis de recherche est octroyé pour la recherche de tous types d’hydrocarbures. Par ailleurs, les industriels ont montrés en octobre dernier, à l’occasion de la remise des rapports techniques prévus par la loi du 13 juillet 2011, leur capacité à masquer leurs objectifs réels. Nous ne souhaitons pas revivre la même mascarade. Nous souhaitons donc le gel de tous les permis accordés à ce jour et leur réexamen futur dans le cadre d’un nouveau Code Minier cohérent avec les codes de l’environnement et de l’énergie.

Vous aviez défendu, avec raison, la loi présentée par votre groupe parlementaire et sénatorial le 27 Juillet 2011. Cette loi aurait permis de prendre le temps de modifier le Code Minier et d’étudier les demandes de permis à la lumière des nouveaux règlements, puisqu’elle abrogeait les permis octroyés dans des conditions contestables. Nous souhaiterions vivement que vous vous engagiez à proposer une nouvelle loi interdisant tout nouveau permis de recherche d’hydrocarbures au vote de la future chambre. Cette initiative serait pour les citoyens, la preuve d’un engagement fort à l’encontre de projets miniers extrêmement préjudiciables à long terme pour l’avenir environnemental, économique et sanitaire de nos régions.

Un tel engagement montrerait un réel changement de la politique environnementale et énergétique de notre pays et un engagement fort sur la voie de l’abandon des ressources fossiles au profit des énergies renouvelables, seule voie durable de transition énergétique.

Par ailleurs, nous serons particulièrement vigilants aux travaux de refonte du Code Minier. En Effet, celui-ci ne doit pas être en contradiction avec le Code de l’Environnement comme c’est le cas actuellement et ne doit pas passer au dessus des autres Codes. Il doit aussi prévoir la prise en compte de l’avis du public et des élus locaux pour toutes les décisions ayant trait aux mines.

En vous remerciant pour votre travail, nous vous prions de croire, Madame la Ministre, à notre présence soutenue sur ce dossier et notre très haute considération.

Antoine Combier

Coordinateur du Réseau Rhône-Alpes des Collectifs Stop au gaz et huile de schiste

coordination@stopaugazdeschiste07.org

Copie à Monsieur le Ministre du Redressement Productif

RÉSEAU RHÔNE-ALPES DES COLLECTIFS STOP AUX GAZ ET HUILES DE SCHISTE

Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie et Ministère du Redressement productif

Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie et Ministère du Redressement productif

Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie et Ministère du Redressement productif

Cette semaine en Rhône-Alpes: Agenda ici              SIGNEZ  LA PETITION !                 ( ! ) Info minute

.

          Les réponses des deux finalistes de la présidentielle sur la recherche et l’exploitation des gaz de schiste n’ont pas satisfait les citoyens mobilisés depuis plus d’1 an contre les projets d’exploration d’hydrocarbures de roche mère.

 

Monsieur François Hollande a été élu dimanche dernier au suffrage universel 7ième  président d’une 5ième république de 54 ans.

L’administration dont va hériter le nouvel exécutif a été chahutée depuis 2010. Elle a reçu ordres et  contre ordres dans un climat explosif qui a connu une soudaine et massive mobilisation citoyenne en 2011.

–  Près de 100 dossiers de demandes de permis de recherche de pétrole et de gaz sont en instance. Pour beaucoup, les délais légaux sont complètement dépassés. Dans ce cas la loi dit qu’ils sont rejetés.

Ces demandes de permis sont instruites sur de très maigres dossiers (un vide abyssal au regard des enjeux) sans consultation de la population et des élus locaux.

  • Quelques unes sont dans les bureaux du quartier de La Défense, qui loge la Direction de l’énergie et du Climat elle-même tributaire d’une décision finale apportée par le puissant conseil des mines le CGIEET.
  • Leur majorité est chez les préfets eux-mêmes sous la double pression de certains parlementaires mais aussi d’un changement d’exécutif.

Et ceci malgré l’opposition de citoyens et d’élus qui ne sont toujours pas consultés sur ces projets alors qu’on sait que leur mise en œuvre aura de graves conséquence sur l’état sanitaire de la population et son environnement à long terme.

 C’est dire la responsabilité immédiate du Président et du gouvernement qu’il va nommer dans les prochains jours !
Citoyens mobilisés dans la lutte contre les projets de recherche d’hydrocarbure de roche mère, nous constatons :

  • Qu’il existe toujours 61 permis de recherche d’hydrocarbure sur le territoire français (France continentale européenne).

Nous demandons que :

  •  Tous les travaux soient stoppés. Les permis annulés. C’est la responsabilité de l’Etat.
  •   Les demandes de permis de recherche hydrocarbures soient rejetées

Nous demandons l’abandon des projets de forage !

Cette semaine en Rhône-Alpes: Agenda ici              SIGNEZ  LA PETITION !                 ( ! ) Info minute

.

Annecy en Haute-Savoie, Blyes dans la Basse Vallée de l’Ain, les Salelles dans le pays des Vans en Ardèche. Les citoyens et élus opposés à l’exploitation des hydrocarbures de roche mère se rassemblent pour informer sur les permis, les demandes de permis, les projets des pétroliers.

Une semaine après l’élection présidentielle, démontrons que nous sommes en alerte là où les foreurs s’apprêtent à intervenir, là ou nous refusons que l’administration délivre de nouveaux permis d’exploration de Gaz de Schiste.

A la veille des législatives, interpelons les candidats et demandons-leur de se positionner clairement afin que la prochaine législature marque un vrai coup d’arrêt aux projets de recherche d’hydrocarbures. Ces projets sont coûteux, ils menacent nos sources, nos rivières, nos lacs et nos nappes phréatique déjà en grande souffrance. Ils contribuent à l’augmentation du réchauffement climatique et sont des gouffres financiers au mépris des demandes citoyennes : Le débat sur les questions d’énergie et d’environnement n’a pas eu lieu pendant la campagne présidentielle, réclamons-le à partir de nos territoires.

  • Le 12 Mai à Annecy (Le Pâquier) à partir de 11h00 : Rassemblement contre les Gaz de Schiste
  • Le 13 Mai à Blyes (01150) : De 10h00 à 16h00 Rassemblement au « Prieuré » (Syndicat de la Basse Vallée de l’Ain), stop aux gaz de schiste, stop aux forages d’hydrocarbures
  • Le 13 Mai aux Salelles (07) : De 11h00 à 20h00 Rassemblement, non aux forages hydrocarbures de roche mère, oui à la transition énergétique

NOUS CITOYENS ET ÉLUS LOCAUX N’AVONS JAMAIS ÉTÉ CONSULTES! NOUS DEMANDONS L’ARRÊT IMMÉDIAT DES PROJETS AUTORISÉS DANS LE CADRE DES PERMIS DÉLIVRÉS. NOUS DEMANDONS L’ARRÊT DE LA DÉLIVRANCE DE NOUVEAUX PERMIS;

Tracts, affiches : en téléchargement ici

Recherche d’hydrocarbures: Permis et demandes en Rhône-Alpes Nord où en est-on ?

Le positionnement des candidats à la présidentielle (téléchargement  3,6 Mo)

                                                                           

                ! !     RASSEMBLEMENTS : 12 MAI ANNECY (74)  –  13 MAI BLYES (01150)   ! !
Cette semaine en Rhône-Alpes: Agenda ici              SIGNEZ  LA PETITION !                 ( ! ) Info minute
Lettre aux candidats à la présidentielle et leurs réponses   

.

Malgré la pluie 1500 personnes ont défilé du champ de foire à la Préfecture de l’Ain : Habitants et élus de l’Ain rejoints par des citoyens de toute la région Rhône-Alpes ainsi que de Franche-Comté pour dire non aux forages dans la région.

Vigilance !

La vigilance est de mise puisque dans le cadre du permis des Moussières, la compagnie Celtique Petroleum envisage de procéder à un forage en 2012.  Par ailleurs le courrier adressé le 9 septembre 2011 par la compagnie au Ministère de l’Energie indique que Celtique entend opérer un forage sur le gisement de la Chandelière « censé pénétrer le réservoir à environ 1 500 mètres sous le niveau de la mer et rester dedans sur quelques centaines de mètres. » Pour se faire elle entend faire appel à « la technologie des puits hautement déviés voir horizontaux ».

Les foreurs à nos portes !

Dans le Haut-Bugey et le Haut-Jura la résistance est de mise : Citoyens élus, agriculteurs, professionnels du tourisme et des forêts se mobilisent. L’annonce de la venue prochaine d’une équipe de 4 personnes de la société Weatherford International Oil Services   a placé tout le monde en alerte.

  • Faut-il encore rappeler que les forages exploratoires effectués sur le même gisement dans le Haut-Bugey avaient conduit tous les deux à des pertes de forage au passage de cavités dans ce fragile sous-sol karstique ?
  • Faut-il encore rappeler que le forage opéré sur la commune de Lantenay à la fin des années 80 avait pollué les aquifères. Depuis la source qui alimentait la commune n’est plus utilisée et les habitants ont du être raccordés à l’ « eau du Rhône ».
  • Faut-il rappeler qu’il est d’une totale irresponsabilité d’envisager de forer à nouveau dans ces pays de montagne karstique ?

Les élections présidentielles et législatives approchent. Les citoyens sauront rappeler le moment venu à ceux qui les représentent leurs promesses et engagements.

En attendant ils sont déterminés à protéger leurs territoires qu’ils ne souhaitent pas voir devenir le terrain de jeu des pétroliers.