Articles Tagués ‘GES’

(!) Info minute – Revue de Presse

Le gouverneur de Californie a déclaré l’état d’urgence autour de Los Angeles, mercredi 6 janvier, à cause d’une fuite de méthane massive dans un puits gazier qui a forcé des milliers de résidents de la banlieue de Porter Ranch à évacuer.

Plusieurs milliers d’habitants ont déjà été relogés à cause d’une fuite massive de méthane, un puissant gaz à effet de serre

Le gouverneur de Californie a déclaré L’État d’urgence mercredi autour de Los Angeles en raison d’une fuite de méthane massive. Cet événement, que les experts qualifient de catastrophe écologique majeure, a forcé des milliers de résidents à évacuer leur logement.

Depuis plusieurs semaines, habitants et élus réclamaient une telle intervention officielle. La promulgation de l’état d’urgence permet désormais de mobiliser l’ensemble des agences gouvernementales de l’État pour venir en aide à la population et de vérifier que l’entreprise à l’origine de la fuite prend les dispositions nécessaires pour mettre fin à la fuite.

Entre 30 et 58 tonnes de méthane dans l’air chaque heure

fuite gaz methane californieLa compagnie en question, Southern California Gas Company (SoCalGas), a estimé qu’entre 30 000 et 58 000 kilogrammes de méthane, un gaz inodore, étaient répandus par heure dans l’air. La fuite sur le site d’Aliso Canyon de SoCalGas avait été détectée le 23 octobre par des employés à plus de 2 400 mètres de profondeur dans le puits. Mais la situation s’est largement empirée depuis.

« L’équivalent de la marée noire de BP sur terre »

Les autorités affirment que la fuite ne pose pas de danger sérieux pour la santé des riverains. Les catastrophe invisible methane californieadditifs nauséabonds destinés à signaler les fuites de méthane ont tout de même provoqué chez beaucoup d’habitants des environs des nausées, saignements de nez et maux de tête. Plus de 2 000 familles ont déjà été évacuées et relogées.

Mais c’est surtout l’impact environnemental de cette fuite qui pourrait, lui, être dévastateur. L’autorité de la qualité de l’air en Californie (California Air Resources Board) estime que la fuite est si importante qu’elle correspond à une augmentation de la production de gaz à effet de serre pour toute la Californie de près de 25 %. « Nous ne pourrons évaluer son impact que lorsque la fuite sera définitivement arrêtée et que nous bénéficierons de chiffres », a toutefois temporisé un porte-parole de l’agence.

La fuite de méthane « est l’équivalent de la marée noire de BP [survenue en 2010 dans le golfe du Mexique], sauf qu’elle se produit sur terre, dans un endroit peuplé », a déclaré Mitchell Englander, conseiller municipal de Los Angeles représentant de Porter Ranch, cité par le New Yortk Times, décrivant une « catastrophe environnementale » et une « crise chaotique ».

Tim O’Connor, avocat de l’Environmental Defense Fund, une organisation non gouvernementale qui milite pour la protection de l’environnement, avance lui, auprès de la BBC, une comparaison : « C’est comme si on brûlait 3,15 milliards de litres d’essence, et ça représente aussi la même pollution que produiraient en un jour 4,5 millions de voitures. »

C’est « l’équivalent de trois quarts des émissions de toutes les raffineries de pétrole de la Californie en un an », souligne de son côté Stephanie Pincetl, professeure de sciences environnementales, interrogée par l’Agence France-Presse. Selon elle, cette fuite est « sans comparaison, catastrophique », car c’est du méthane, un gaz à effet de serre « 80 fois plus puissant que le CO2 à l’échelle de vingt ans, et qui agit beaucoup plus rapidement ».

Source: AFP 07.01.2016

(!) Info minute – Revue de Presse

Article publié par l’Université Cornell des États-Unis le 21 Août 2015 sous le titre « un pont vers nulle part« 

CH4 header

Le gaz naturel est présenté comme un ‘carburant relai’ (‘pont’ en anglais) qui permet l’utilisation d’énergie fossile tout en réduisant des émissions à effet de serre vis-à-vis du pétrole ou du charbon. Depuis 2009, le gaz naturel provient de plus en plus de gaz de schiste au fur et mesure que les sources de gaz conventionnel s’amenuisent. Aujourd’hui plus de 40% de gaz naturel américain est du gaz de schiste. Est-il réellement un carburant ‘relai’?

Selon la première étude sur les émissions de gaz à effet de serre, Howarth, Santoro et Ingraffea ont conclu qu’à cause du méthane le gaz de schiste a un impact climatique plus important que le charbon ou le pétrole (avril 2011, ‘climatic Change Letters’). Ils ont par la suite demandé que de nouvelles mesures soient effectuées afin de mieux cerner ces émissions de méthane. Une multitude de nouvelles informations a été publiée depuis, et passée en revue par Howarth en 2014 (Energy Science & Engineering) puis encore en 2015 (Energy & Emission Control Technologies). Cet article fait la synthèse de ces mises au point.

La recherche la plus récente confirme l’analyse de 2011, et suggère que les émissions à effet de serre du schiste – dominées par le méthane – sont importantes, et qu’elles auront des conséquences désastreuses pour le climat.

2030 plan article header

Source: Howarth (2015) Energy & Emission Control Technologies.
Méthane comparé au dioxyde de carbone sur 20 ans suivant l’émission dans l’atmosphère. Illustration des émissions directes de CO₂ et des émissions de méthane exprimées en quantités équivalentes de CO₂. Les barres verticales illustrent la fourchette de valeurs la plus probable pour le gaz de schiste et le gaz naturel conventionnel.

CO₂ contre méthane:
  • Le méthane est plus de cent fois plus puissant en termes de rechauffement climatique tant que les deux gaz sont présents dans l’atmosphère.
  • L’atmosphère contient davantage de CO₂ que de méthane, ce qui le met en première place niveau réchauffement, mais le méthane est important aussi : 1,66 watts par m² pour le CO₂ contre 1,0 pour le méthane.
  • Le temps de résidence dans l’atmosphère des deux gaz sont très différents : un peu plus d’une décennie pour le méthane et des siècles pour le CO₂.
  • A cause de sa longue durée dans l’atmosphère, des réductions en CO₂ ne peuvent agir sur le réchauffement climatique que très lentement, ce qui mène à un laps de temps de plusieurs décennies avant d’en voir des bénéfices.
  • Compte tenu du temps de résidence plus court du méthane, des réductions en émissions mènent à un effet quasi-immédiat sur l’atmosphère : donc en réduisant les émissions de méthane, on peut ralentir de façon rapide et significative.

Shindell et al 2012 figure

Source: Shindell and others (2012). Science 335: 183-189.

Dans les 15 ans à venir la planète se réchauffera à des niveaux très dangereux, doublant l’augmentation totale en température survenue depuis le début de l’ère industrielle. Des points de bascule dans le système climatique peuvent survenir, provoquant un emballement incontrôlé de température. C’est seulement en réduisant les émissions de méthane et les émissions de carbone (carbone noir, ou BC, black carbon) que la société pourra ralentir la vitesse de réchauffement et déclencher un changement de direction radical vers une économie d’énergies renouvelables. L’industrie du gaz est de loin la source la plus importante d’émissions de méthane aux Etats-Unis.

L’industrie gazière émet combien de méthane?

Le méthane est un agent de réchauffement climatique 100 x plus puissant que le CO₂. Les émissions de méthane sont mieux connus aujourd’hui qu’en 2011, mais les estimations restent néanmoins incertaines. La meilleure à cette date concernant les émissions dues au gaz conventionnel provient d’une analyse de plus de 12 000 observations conduites avant le développement d’extraction de gaz de schiste à grande échelle (Miller et al., 2003, Proceedings of the National Academy of Sciences). La meilleure estimation concernant le gaz de schiste provient d’observations d’augmentation de des émissions de méthane depuis des satellites notées avant et après le développement de forages de gaz de schiste -Schneising et al., 2014, Earth’s Future). La plupart des autres observations portent sur de courtes durées, il est  donc difficile d’établir le rapport à la production de gaz sur le laps de temps d’exploitation d’un forage. Les estimations les plus basses – partie d’une étude promue par le Fonds de Défense de l’Environnement (Environmental Defense Fund) en coordination avec l’industrie – ont été mises en cause à cause du manque de fiabilité des sondes dans la technologie de mesure utilisée (Howard, 2015, Energy Science & Engineering).

Les émissions de CO₂ des énergies fossiles aux USA sont tombées depuis 2007 en grande partie à cause de la récession économique, mais aussi au fait de passer du charbon au gaz de schiste. Pourtant, quand les émissions de méthane sont calculées de façon précise, les émissions de gaz à effet de serre totales ont rapidement augmenté depuis quelques années. En 2013, les émissions de méthane ont contribué 40% à toutes les émissions d’énergie fossiles aus USA. La façon dont l’EPA fait ses calculs sous-estime radicalement leur importance.

Shindell et al 2012 figure

Émissions à effet de serre totales issues des énergies fossiles aux États-Unis pendant l’année 2013 et projections basées sur des calculs du Département de l’Energy Américain . La ligne grise correspond aux seules émissions de CO₂. La ligne rouge illustre le méthane. La ligne verte démontre les émissions combinées estimées par L’EPA américain qui sous-estime de loin les émissions de méthane et leur importance. La ligne bleue indique un scenario possible pour le futur avec la réduction d’émissions de méthane issu du gaz de schiste, avec des hypothèses très optimistes concernant la capacité réglementaire à les réduire. Source : Howarth 2015, Energy and Emission Control Technologies.

Réponses aux questions les plus courantes:

Les émissions de CO₂ ne sont-elles pas moindres pour le gaz naturel que pour le charbon? Oui. Mais les émissions de méthane sont par plus importantes, en particulier pour le gaz de schiste. Quand on prend en compte le méthane, les émissions à effet de serre du gaz naturel sont plus importantes que pour le charbon, surtout quand on analyse le cumul sur vingt ans suivant leur émission.

J’ai entendu que le méthane est 21 fois plus puissant comme gaz à effet de serre que le CO₂. Est-ce que c’est vrai? Non, cette idée est basée sur un rapport du GIEC datant de 1995. Le GIEC nous informe aujourd’hui que le méthane est plus de 100 fois plus puissant pour la première décennie après son émission, 86x sur vingt ans, et 34x sur un siècle. Les périodes les plus courtes sont les plus appropriées à retenir, vu l’urgence de ralentir le réchauffement climatique sur les dix à vingt ans à venir – et quand on tient en compte l’idée d’un ‘carburant ‘pont’ ou de transition,

Pourquoi les estimations EPA (Environmental Protection Agency) de méthane sont-elles si basses? L’EPA nous dit que le méthane est 25 fois plus puissant que le CO₂, en tenant compte uniquement d’une échelle de temps d’un siècle et en utilisant de l’information d’un rapport GIEC de 2007 plutôt que celle d’un rapport de 2013. De plus, leurs estimations des émissions de méthane sont bien trop basses et sont en contradiction avec les résultats scientifiques récents.

La réglementation peut-elle réduire les émissions de méthane à un taux acceptable? Les émissions de méthane proviennent de sources multiples, des sites de forage jusqu’à la livraison par pipelines aux clients acheteurs. Beaucoup de ces étapes restent mal étudiées. Réduire les émissions coûte cher, en particulier sur les pipelines et les bacs de stockage qui ont souvent 50 à 100 ans d’âge, et où l’application des normes est problématique. La société ferait mieux d’investir dans l’infrastructure d’énergies renouvelables.

Si le gaz naturel n’est pas un carburant relai, ne devons-nous pas brûler du charbon à sa place? Non. Les émissions élevées de CO₂ du charbon auront une influence durable sur l’atmosphère et le climat pendant des siècles entières. Il est plus que temps de quitter toutes les énergies fossiles pour adopter les technologies d’énergie renouvelable du 21ième siècle.

Les vaches ne sont-elles pas davantage une source de méthane que l’industrie du gaz? Au niveau mondial l’élevage de bétail et l’industrie du gaz sont comparables. Aux États-Unis l’industrie du gaz est la source la plus élevée par loin, mais les deux sources devraient être réduites.

Informations complémentaires en anglais

(!) Info minute – Revue de Presse

Pour qu’une énergie dite « de transition » soit intéressante pour assurer le passage aux énergies propres et recyclables, elle doit être relativement abondante, moins émettrice de gaz à effet de serre (GES) que les énergies fossiles, ne pas nécessiter d’investissements supplémentaires trop lourds (supérieur à celui requis pour la poursuite de l’exploitation des énergies fossiles) et avoir une disponibilité et un rendement comparable aux énergies fossiles dominantes actuelles : le charbon, le pétrole et l’uranium . Au moment où les entreprises énergétiques du fossile font le forcing auprès des dirigeants européens et plus largement auprès des représentants participants à la conférence mondiale sur le climat (COP21), rétablissons quelques vérités.

  • Les réserves européennes sont très insuffisantes, c’est que qu’affirme le Conseil consultatif des académies des sciences européennes (EASAC).
  • Le gaz de schiste est un puissant gaz à effet de serre contribuant à court terme au réchauffement climatique. Son exploitation génère des fuites de Méthane, gaz a effet de serre entre 75 et 105 fois plus important que le CO² renforcée par la multiplicité des forages nécessaires en comparaison de l’exploitation des gisements conventionnels.
  • L’exploitation du gaz de schiste nécessiterait un investissement très coûteux qui priverait l’investissement dans des solutions renouvelables et plus propres, et repousserait d’autant la mise en œuvre de solutions énergétiques durables et compétitives.
  • Le prix anormalement bas aux États Unis provient du fait que la production est très supérieure à la capacité absorption intérieure et que la loi interdit -pour le moment- l’exportation des hydrocarbures. Paradoxalement (et malgré l’affirmation selon laquelle les pétrole et gaz de schiste c’est l’« indépendance énergétique » , les importations d’hydrocarbures continuent d’y représenter une portion très importante de leur consommation énergétique. Ceci est vérifié par le mouvement de désinvestissement qui a déjà commencé et s’accélère face à la pression mise par l’Arabie Saoudite.
  • Si une partie de cette production, sous la pression du lobby pétrolier, était finalement exportée elle serait soumise à une infrastructure lourde et inexistante actuellement de GNL export, demandant de nouveaux investissements considérables qui ne permettraient certainement pas le maintien de prix aussi bas .
  • Les gisements de gaz de schiste produisent pour de courtes périodes, le déclin rapide de la production nécessite la multiplication des opérations de fracturation et rend l’exploitation rapidement non rentable. Extraits du rapport du Post Carbon Institute : … « La productivité des puits de quatre des sept bassins de gaz de schiste est déjà en chute irréversible : les schistes de Haynesville, les schistes de Fayetteville, les schistes de Woodford et les schistes Barnett. La baisse moyenne de production sur trois ans pour les sept bassins de gaz de schiste mesurés pour le rapport était d’entre 74 et 82%. La baisse annuelle moyenne de la production dans les sept bassins de gaz de schiste mesurés pour le rapport est d’entre 23 et 49%. Ce qui veut dire : entre un quart et la moitié de toute la production de chaque bassin doit être remplacé chaque année juste pour continuer à tourner au même rythme avec l’obligation de forer sans arrêt et d’ extraire la même quantité de gaz de la terre. » Les conclusions de l’auteur du rapport( J. David Hughes, membre associé de l’Institut Post Carbon,) sont très différentes des projections optimistes publiées par l’EIA, sous-unité statistique du Département américain de l’Energie. Hughes a écrit, dans le résumé exécutif du rapport : « La baisse de production des gisements de Bakken et d’Eagle Ford les plus importants pour l’huile et le gaz, est de 45% et 38% par an respectivement. Voilà la quantité qui doit être remplacée tous les ans grâce à d’autres forages, pour simplement maintenir la production au niveau actuel. »
  • La production de gaz de schiste est elle-même grande consommatrice d’énergie et précisément d’hydrocarbures (production de l’énergie nécessaire au transport et à l’installation des tours de forage puis à la mise en œuvre des forages, aux opérations de fracturation, à la production et au transport des matériaux nécessaires à la fracturation (matériaux de soutènement tels que le sables, adjuvants chimiques, eau) retraitement des boues de forages et de l’eau contaminée, transport des hydrocarbures…
  • La transition vise aussi à préserver des ressources comme l’eau, l’exploitation des hydrocarbures en génère une grande consommation. Cet usage industriel de l’eau ne doit pas entrer en conflit avec l’approvisionnement d’eau pour l’homme ou l’agriculture
  • La transition vers un modèle durable suppose de préserver des réserves qui pourront peut-être profiter aux générations futures pour des activités spécifiques destinées à d’autres fonctions que la production d’énergie.
  • La spécificité de l’exploitation par la mise en œuvre de nombreux forages – et dont on sait que la rentabilité est extrêmement courte, supposerait de convaincre les populations dont on souhaite obtenir l’accord.
  • Les forages lorsqu’ils ne sont plus rentables seront rebouchés constituant de possible « bombes à retardement » dont les conséquences seront à la charge des populations riveraines et contribuables. A termes les fissures provoquées par les opérations de fracturation hydraulique sur ces puits devenus « orphelins » pourront laisser échapper le méthane dans l’eau ou l’atmosphère sans que ces fuites ne soient contrôlables (lire ici, ici et ). La qualité et la durabilité de la cimentations (lire ici) des puits de forage n’est pas maîtrisable et présente des risques de fuites fugitives qui pourront apparaître bien des années après la fin de l’exploitation … et le désengagement total de la responsabilité sociétale et environnementale des entreprises.

Marcellus déclin de productionplus ya de trous moins ya de fromage

(!) Info minute – Revue de Presse

Il y a huit ans, sous la pression de ses actionnaires, la société avait promis de cesser de financer le déni du changement climatique. Mais les preuves financières et fiscales révèlent une histoire bien différente. ExxonMobil a fait don de plus de 2,3 Millions de $ (2,1 Millions d’Euros) aux membres du Congrès et à un groupe de lobbying des entreprises qui nient le changement climatique et bloquent les efforts pour lutter contre le changement climatique. Ceci huit ans après avoir promis d’arrêter de financer de déni du changement climatique. C’est ce que rapporte le journal britannique The Guardian.

Le pipeline de dollars alimente les conservateurs climatosceptiques et leur discours

Le déni du changement climatique – de la part des Républicains au Congrès et des groupes declimate change diny pression effectuant leur lobbying au niveau de l’État – est considéré au États-Unis comme un obstacle majeur aux efforts mondiaux pour lutter contre le changement climatique. Ils condamnent la possibilité d’établir des règlements fédéraux et d’État visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre et la possibilité de planifier un avenir qui connaitra une forte élévation du niveau de la mer et des conditions météorologiques extrêmes.

Selon un décompte fait par Greenpeace, c’est environ 30 millions de dollars (27,5 M d’Euros) qu’Exxon à injecté pour financer les chercheurs et les groupes militants faisant la promotion de la désinformation sur le réchauffement climatique. En réponse à la pression d’actionnaires, en 2007 la compagnie pétrolière a promis de stopper un tel financement.

« En 2008, nous cesserons nos contributions financières à plusieurs groupes d’intérêt public dont la position sur le changement climatique pourrait détourner l’attention de l’important débat sur la façon dont le monde va sécuriser l’énergie nécessaire à la croissance économique d’une manière respectueuse de l’environnement», déclarait Exxon dans son rapport de 2007.

Mais depuis 2007, selon l’information financières et fiscale disponible, la compagnie pétrolière a versé 1,87 Millions de $ aux Républicains du Congrès, lesquels nient l’existence du changement climatique, ainsi qu’un montant supplémentaire de $ 454 000 à la l’American Legislative Exchange Council (Alec), une association regroupant élus conservateurs et représentants du secteur privé particulièrement active dans la défense des intérêts des compagnies avec une vision très libérale des échanges et un marché dérégulé.

Dans une déclaration au Guardian cette semaine, Richard Keil le porte-parole d’Exxon réitérait: « ExxonMobil ne finance pas le « déni climatique »« .

Le changement climatique « un canular », les émissions de carbone « un élixir de vie »

L’ALEC, ce groupe de pression ultra-conservateur, a accueilli des séminaires faisant la promotion de l’idée (discréditée depuis longtemps) que l’augmentation des émissions de dioxyde de carbone est un « élixir de vie » (sic !). L’ALEC est également instigatrice d’une loi interdisant aux planificateurs de l’Etat de Caroline du Nord de considérer l’élévation future du niveau de la mer…

En somme, le soutien d’Exxon aux membres du Congrès et aux groupes de pression qui nient le changement climatique est en parfaite contradiction avec la position publique de la compagnie qui se dit déterminée à agir contre la menace posée par le réchauffement climatique.

Selon le Center for American Progress (think tank progressiste), une majorité de républicains à la climatosceptiqueChambre des représentants et au Sénat nie le changement climatique ou s’oppose aux proposions de mesures pour lutter contre le changement climatique. Les bénéficiaires d’Exxon au Congrès incluent par exemple le sénateur de l’Oklahoma Jim Inhofe, qui qualifie le réchauffement climatique de canular, et qui a reçu $ 20.500 depuis 2007, selon la base de données « Dirty Energy Money » (Argent sale de l’énergie) alimentée par Oil Change International. Moins efficace, Exxon a financé le sénateur du Missipi Roger Wicker, qui fut le seul à rejeter une déclaration votée au Sénat affirmant que le changement climatique était bien réel et non pas un canular : La résolution a été adoptée à 98 contre 1. Wicker, qui a reçu $ 14 000 d’Exxon est en effet celui qui a voté non.

Distribution générale de billets de 100 dollars par paquets de 50

Exxon a également donné un total de $ 868 150 aux sénateurs républicains lesquels ont votéstop corruption stop gaz de schiste contre une autre résolution symbolique affirmant que l’activité humaine était un moteur important du changement climatique. Chacun des 49 sénateurs républicains qui ont voté « non » a reçu au moins $ 5000 de la part d’Exxon, selon les chiffres d’Oil Change.

Fondateur du « Centre pour l’étude du dioxyde de carbone et le changement global », Craig Idso déclarait lors d’une réunion devant 100 parlementaires que « l’augmentation continue du dioxyde de carbone dans l’atmosphère devrait être accueillie à bras ouverts ». Si de telles fariboles sont pourtant rejetées dans leur intégralité par la communauté scientifique, l’ALEC considère que « tous les points de vue sont les bienvenus et qu’aujourd’hui, les élus en charge de l’établissement des réglementations veulent apprendre d’autant de points de vue que possible afin de prendre la meilleure décision possible pour les gens qu’ils représentent ».

Certaines compagnie finissent par se désolidariser

Championne du lobbying climatosceptique, l’ALEC a pourtant fini par subir une série de défections liées à sa prise de position sur le changement climatique au cours de la dernière année : des sociétés comme News Corp du magnat Rupert Murdoch, BP America, Microsoft, Facebook et Yahoo ont renoncé à leur statut de membres. Google se désolidarisant également accuse le groupe de lobbying de mentir sur le changement climatique.

Quant à Exxon, interrogée par le Guardian, elle n’est pas prête à discuter de son appartenance à l’ALEC. Toutefois, la société déclare être sérieuse par rapport au changement climatique et ne pas financer le déni climatique. Dans un courriel, M. Keil, le porte-parole d’Exxon, poursuit : « Nous prenons des mesures en réduisant les émissions de gaz à effet de serre dans nos opérations, en aidant les consommateurs à réduire leurs émissions, et en soutenant les grandes universités américaines en augmentant la capacité de recherche à la fois concernant la réduction des émissions mais aussi sur les sources d’énergie alternatives ». M. Keil n’a toutefois pas voulu répondre aux questions précises concernant le soutien financier d’Exxon aux membres du Congrès qui nient le changement climatique, son soutien à l’ALEC ni au financement du séminaire dans lequel Craig Idso faisait ses stupéfiantes déclarations sur les bénéfices supposés de l’augmentation des émissions de carbone.

Et pour conclure, le porte parole d’Exxon de déclarer : « Parce que le Guardian a abandonné le journalisme objectif et a un agenda clair en ce qui concerne le changement climatique, on ne peut plus lui faire confiance pour faire le travail que ses lecteurs ont le droit d’attendre, celui de fournir une couverture exacte et impartiale sur ce sujet important ».

Le financement du discours niant le changement climatique par les compagnies du secteur énergétique est considéré comme un obstacle majeur à l’action des États-Unis sur le changement climatique – et divise les États-Unis et l’Europe dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Source: The Guardian

(!) Info minute – Revue de Presse

Une équipe de chercheurs vient de publier une nouvelle étude dans la revue scientifique Nature Communications dans laquelle ils présentent leur analyse des facteurs qui ont contribué à la baisse de 11% des émissions de CO2 aux États-Unis entre 2007 et 2013.
De nombreux médias et experts ont attribué initialement le changement à la montée de la fracturation hydraulique et au remplacement du charbon «sale» par le gaz naturel à « combustion propre ». Qu’en est-il ?

Impact de la récession de 2007 sur la consommation

Cette nouvelle étude a analysé les modèles qui déterminent réellement la consommation nationalerecession usa 2007 aux États-Unis et il apparaît clairement que le gaz naturel a joué un rôle mineur dans l’histoire du charbon ces quelques dernières années. Et particulièrement lorsqu’on examine la Grande Récession en 2007: à la mi-2007 , la bulle immobilière américaine a éclaté, provoquant une grave récession. Le chômage a plus que doublé au cours des 2 années suivantes. Les revenus ont chuté, et le taux de pauvreté a augmenté. Et entre 2007 et 2009, les émissions de carbone ont diminué de 9,9%.

Le boom du gaz de schiste n’a pas commencé avant 2009

L’étude montre que plus de la moitié du déclin du charbon fut due à une baisse drastique du volume des biens consommés par la population américaine. Près d’un tiers de la baisse pourrait êtrebaisse CO2 USA baisse charbon et consommation pas augmentation gaz de schiste attribuée à des changements dans la structure de production, comprenant également la délocalisation des industries américaines vers la Chine et d’autres pays. Seulement 17% pourraient être attribuées à des changements du mix énergétique pour produire de l’énergie, et pourtant ceci n’est pas lié à la hausse de la production des hydrocarbures non conventionnels. En effet, le boom du gaz de schiste n’a pas commencé avant 2009. Et avant cela, le charbon était déjà sur le déclin.

Depuis la reprise une baisse de CO2 de 0,2% par an seulement

Après 2009, alors que l’économie commençait à se redresser et que les Américains ont recommencébaisse CO2 USA - à consommer des biens en quantités plus importantes, les émissions de carbone ont diminué de 0,2% seulement par an, en moyenne. À ce moment, le boom du gaz de schiste a commencé à avoir un effet sur les émissions de carbone. Et malgré cela, il n’a pas constitué le facteur le plus important dans le déclin des émissions de CO2. Des changements dans la production et la consommation ont dominé de 2009 à 2011, puis un hiver doux en 2012 et des prix élevés de l’essence de 2011 à 2013 laissent à penser que les Américains ont utilisé moins d’énergie globalement, émettant moins de CO2.

Ce ne sont pas les quelques autres augmentations de consommation de l’utilisation du gaz naturel essentiellement produit par la fracturation hydraulique aux États-Unis qui peuvent avoir eu un grand effet global sur les émissions de gaz à effet de serre ni sur le réchauffement. Le boom du gaz naturel pourrait même aggraver la situation. À court terme, le gaz sera en concurrence avec les énergies renouvelables, comme le vent et l’énergie solaire.

Sources: http://www.nature.com/ncomms/2015/150721/ncomms8714/pdf/ncomms8714.pdf
http://www.sciencedaily.com/releases/2015/07/150721124716.htm
http://www.smithsonianmag.com/science-nature/recession-not-fracking-drove-drop-us-carbon-emissions-180955972/?no-ist

(!) Info minute – Revue de Presse

Adaptation d’après une tribune de Scott Novak parue le 14 Juillet dans huffingtonpost.com

Le gaz de schiste extrait par fracturation hydraulique – un procédé requérant la mise en œuvre de multiples forages- serait censé être bon pour l’environnement. C’est ce que nous rabâche l’industrie du « gaz naturel », relayée par un nuée de spéculateurs et quelques politiciens vassaux (dont les campagnes électorales de certains dépendent du généreux financement de l’industrie fossile).

Le mythe du gaz propre

Aux États-Unis, le président Obama et une grande partie de la classe politique ont approuvé la production de gaz naturel par la technique du fracking (fracturation hydraulique) comme une « solution de transition», un «pont vers un avenir durable».

Le fracking n’est pas ce « pont vers un avenir durable » que les politiciens et les sociétés d’énergie prétendent qu’il est.

Ce gaz serait selon eux un carburant qui va aider l’Amérique à opérer une «transition vers une économie verte». Pourquoi cela ? Parce que le gaz naturel émet deux fois moins de dioxyde de carbone (CO2) que le charbon. Et pourtant il est important que le public comprenne que cette notion de « carburant de transition » est fausse, nuisible à la santé et l’environnement et de courte vue. C’est un mensonge relayé à coup (coût) de millions de dollars et précisément à la veille de la conférence mondiale sur le climat, la « COP21 » qui se tiendra à Paris en décembre 2015.

Le gaz non conventionnel fort émetteur de gaz à effet de serre

La notion selon laquelle le gaz naturel serait un carburant plus propre que le charbon ou le pétrole est basée sur la mesure des émissions de gaz extraits par les méthodes conventionnelles, et non celui extrait par les techniques de stimulation comme la fracturation hydraulique. En 2011, une étude de l’Université Cornell constatait que les émissions de méthane provenant de l’exploitation des gaz par fracturation « sont au moins 30% supérieures voire deux fois plus importantes que celles du gaz classique, » et ceci parce que le méthane est libéré à chaque étape du processus de fracturation. Et malheureusement, ce méthane réchauffe 34 fois plus que le dioxyde de carbone. Ceci signifie que le gaz exploité par fracturation a un effet de serre supérieur à celui du pétrole et peut avoir un impact équivalent à celui du charbon sur le long terme. En termes d’effet de serre à court termes, il est même bien pire que le charbon.

Même en améliorant les techniques d’exploitation, l’impact sur le climat est dévastateur

Même si l’injection dans le sol de produits chimiques hautement toxiques requise pour la fracturation pouvait être accomplie sans contaminer les réserves d’eaux souterraines locales, et même si les déchets très toxiques produits par le processus de fracturation pouvaient être éliminés en toute sécurité – deux scénarios qui restent actuellement hautement improbables et notamment par les coûts qu’ils représenteraient- la pollution par le méthane (et le carbone) générée par les émissions du gaz produit par la fracturation persisteront. C’est pour cette raison que le gaz non conventionnel (gaz de schiste, gaz compact (tight gas), gaz de houille etc.) ne doit pas être considéré comme un « combustible propre ». Son utilisation contribuerait à mettre en péril l’objectif d’une limite de réchauffement planétaire de 2 degrés Celsius – limite au-delà de laquelle les scientifiques prédisent des sécheresses extrêmes, l’élévation du niveau des mers, et des extinctions de masse – phénomènes dévastateurs dont l’humanité s’approche à grands pas.

Les compagnies pétrolières n’ont aucune envie de freiner les investissements dans les ressources fossiles, bien au contraire !

Non seulement le gaz de schiste n’est pas plus propre que les autres combustibles, mais il n’a jamais été prévu comme « carburant de transition » en premier lieu. Il suffit de regarder les plans des compagnies pétrogazières pour s’en convaincre. Des sociétés comme Chevron et Shell, toutes deux engagées dans d’importantes opérations d’exploitation d’hydrocarbures par fracturation, prévoient d’investir des milliards dans de nouveaux projets de combustibles fossiles au cours des dix prochaines années. Or il ne peut y avoir retour sur de tels investissements à moins que ces sociétés ne soient autorisées à poursuivre l’exploitation de la planète pour des décennies encore. Le gigantesque investissement de 54 Milliards de dollars US de Chevron dans la construction d’infrastructures de liquéfaction et d’exportation de gaz, et les 12 Milliards investis par Shell pour construire un gigantesque méthanier (une usine flottante de liquéfaction de gaz, l’engin le plus gros jamais mis sur les océans par l’homme), tous deux situés en Australie, ne sont que deux des nombreux exemples illustrant cette course effrénée au profit par l’exploitation des hydrocarbures. Pourquoi ces compagnies feraient de tels investissements si leur objectif était de passer dans le court terme à des sources d’énergie renouvelable? Mais tout simplement parce qu’elles n’en n’ont pas du tout l’intention !

Le gaz vendu comme « carburant de transition » est un déni de réalité

Enfin, affirmer que l’exploitation de gaz de schiste est un « pont vers une économie plus verte » pose avant tout la question de savoir pourquoi un tel « pont » est nécessaire. Pourquoi repousser ? Pourquoi, comme certains pays le font déjà, ne pas tout simplement investir directement avec l’objectif 100% énergies propres? Pourquoi ne pas massivement investir dans ces énergies qui ne présentent pas de risque de pollution ou de contamination des eaux souterraines? Les technologies et les plans pour que cela fonctionne sont déjà disponibles. Des pays tels que le Danemark et l’Allemagne parviennent maintenant à couvrir plus d’un quart de leurs besoins énergétiques en ayant recours aux énergies renouvelables, et pour 2050, chaque pays dispose de plans pour éliminer sa dépendance aux combustibles fossiles.

En France, le patron de TOTAL sort les muscles et concernant des permis de recherche d’hydrocarbures déclare tout en finesse aux parlementaires : « Oui, en France on ne veut pas m’accorder des permis en Guyane. J’espère qu’on ne va pas les donner à un autre. Là, je m’énerverais »

Lire aussi: Pourquoi le gaz de schiste n’est pas une énergie de transition

(!) Info minute – Revue de Presse

Les fuites de gaz ne font pas bon ménage avec le climat. Une nouvelle étude confirme que les fuites sont telles qu’elles annulent l’avantage comparé du gaz sur les autres énergies fossiles. Pour le commanditaire de l’étude, « le gaz aurait un avantage environnemental par rapport au charbon ou au pétrole seulement si les producteurs pouvaient garder un couvercle hermétique sur les nombreuses fuites qui jalonnent le processus depuis l’extraction jusqu’à la consommation finale« .

Le gaz de schiste n’est pas un « pont vers le futur »

Le gaz naturel est souvent présenté comme un substitut « écologique » au charbon et à la production de pétrole. C’est le credo des producteurs de gaz qui se sont réunis en congrès mondial à Paris début Juin 2015 et qui affirment: « Le rôle du gaz naturel augmente dans le mix énergétique global, présentant maintenant une forte opportunité pour les économies en croissance, qui sont confrontées au défi du développement de la ressource carburant dans un mode de développement durable[1] ». Mais un nouveau rapport estime que les fuites de gaz sont telles qu’elles contribuent d’elles-mêmes à annuler les « avantages climatique » de cette source d’énergie fossile.

Le rapport , commandé par l’Environmental Defense Fund (EDF) et réalisée par le cabinet d’experts en environnement ICF International, a estimé le volume des fuites de méthanes issues de torchage hydrocarburesl’exploitation de gaz naturel et de pétrole aux États-Unis. Il a également examiné la ventilation et le torchage, processus par lequel sur les sites de forage, on laisse délibérément le gaz s’échapper dans l’atmosphère pour plusieurs raisons – généralement pour la sécurité.

Précision sur le commanditaire de l’étude

Notons avant de poursuivre que lEnvironmental Defense Fund (EDF ou Fond pour la défense de l’environnement) n’est pas particulièrement opposée à l’exploitation du gaz et la considère même comme une énergie de transition permettant de sortir du charbon, avec l’idée que le gaz sera ensuite remplacé lui-même par des énergies renouvelables. Cette organisation pousse pour un renforcement des contrôles des forages et de la fracturation hydraulique, sans les interdire. Cette Fondation a financé des études en collaboration avec l’industrie pétrolière sur les effets environnementaux de la production de gaz naturel. Par ailleurs EDF s’est attirée des critiques pour ses liens avec de grandes sociétés parmi lesquelles figurent McDonald, FedEx, et Walmart. Autant dire que le site stopgazdeschiste.org n’en n’est pas véritablement fan.

Torchage et ventilation des puits d’hydrocarbures : fuites de méthane

L’affirmation selon laquelle le gaz naturel est un « pont vers le futur », ou un « carburant de transition » pour les prochaines décennies ne tient pas. La vertu du méthane issu de la roche présenté comme carburant à faible émission de carbone est largement remise en cause par les énormes émissions de gaz à effet de serre (facteur de réchauffement climatique) que génère son exploitation sur le court terme. Or cette étude a trouvé qu’aux États-Unis en 2013, c’est près de 2 milliards de mètre cube de gaz qu’on a laissé échapper dans l’atmosphère, représentant une valeur de 360 Millions de dollars (320 M Euros). Ce qui représente non seulement une perte économique mais aussi un problème environnemental. Le méthane, composant principal du gaz naturel, est 84 fois plus puissant que le dioxyde de carbone sur de courtes périodes de temps et 30 fois plus puissant sur ​​le long terme.

Ces fuites annuelles sont l’équivalent des émissions de gaz à effet de serre produites par 5,6 Millions de véhicules

Pinedale Wyoming

Pinedale, Wyoming

La pollution locale liée à l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels est également préoccupante. En effet, selon l’Environmental Defense Fund, dans certaines régions (par exemple à Pinedale petite commune rurale du Wyoming), les émissions liées à la fracturation hydraulique et aux autres opérations du processus de forage et d’exploitation ont produit des niveaux de pollution de l’air rivalisant avec ce qu’on peut mesurer dans le centre-ville de Los Angeles; tandis qu’au Nouveau-Mexique, les émissions de méthane étaient telles qu’elles pouvaient être détectées par les satellites de la NASA.

Dans la communauté scientifique américaine, il est généralement admis que dans le processus de production – du forage, au transport par canalisations, à la distribution – les fuites de gaz ne devraient pas excéder 3% pour maintenir l’avantage du gaz sur les autres modes de production d’énergie les plus polluants. De son côté, l’ONG Food and Water Watch pointe que si les données d’EDF suggèrent un taux de fuite de 2,2% sur les sites de production, la prise en compte des fuites générées par la suite du processus (transport et distribution) font progresser le taux global au-delà des 3% annulant du même coup l’avantage concurrentiel du gaz sur les autres énergies fossiles en matière d’émission de gaz à effet de serre.

« Avec un taux de fuites de 3%, on nous vend les avantages climatiques alors qu’en réalité il s’agit d’un gain minime sur les dégâts faits au climat».

S’il existe bien des moyens pour réduire de manière drastique les taux de fuite – certains opérateurs gaziers parviennent à faire baisser ce taux à 1% sur leurs sites, la question est de savoir si tous les opérateurs de forage aux États-Unis peuvent répondre à ces normes rapidement. Poser la question c’est déjà constater que ça n’est pas le cas et que la volonté n’est pas au rendez-vous.

Au niveau mondial, on repousse de 15 ans l’objectif d’un taux nul d’émissions fugitives sur les sites d’extraction

Au niveau mondial alors que l’urgence climatique fait l’objet d’alertes répétées de la part de la communauté scientifique, on repousse l’objectif d’un taux de fuite de méthane nul lors des opérations d’extraction d’hydrocarbures à 2030. On repousse de 15 ans ! En effet, l’initiative Zero Routine Flaring by 2030[2] (élimination du brûlage systématique de gaz par torchage à l’horizon 2030) – à laquelle neuf pays, dix compagnies pétrolières et six institutions de développement ont adhéré – a été annoncée en Avril 2015.

Sources : The Guardian, Banque Mondiale

[1] Congrès Mondial du gaz, WGC Paris 1-5 Juin 2015 : http://www.wgc2015.org/?lang=fr
[2] Communiqué de la Banque Mondiale sur le Zero Routine Flaring by 2030 http://www.banquemondiale.org/fr/news/press-release/2015/04/17/countries-and-oil-companies-agree-to-end-routine-gas-flaring