Etude : Les fuites de méthane sont telles qu’elles annulent l’ « avantage » du gaz sur le climat

Publié: 25 juin 2015 dans énergie climat, forage d'hydrocarbures, gaz de schiste
Tags:, , , , ,

(!) Info minute – Revue de Presse

Les fuites de gaz ne font pas bon ménage avec le climat. Une nouvelle étude confirme que les fuites sont telles qu’elles annulent l’avantage comparé du gaz sur les autres énergies fossiles. Pour le commanditaire de l’étude, « le gaz aurait un avantage environnemental par rapport au charbon ou au pétrole seulement si les producteurs pouvaient garder un couvercle hermétique sur les nombreuses fuites qui jalonnent le processus depuis l’extraction jusqu’à la consommation finale« .

Le gaz de schiste n’est pas un « pont vers le futur »

Le gaz naturel est souvent présenté comme un substitut « écologique » au charbon et à la production de pétrole. C’est le credo des producteurs de gaz qui se sont réunis en congrès mondial à Paris début Juin 2015 et qui affirment: « Le rôle du gaz naturel augmente dans le mix énergétique global, présentant maintenant une forte opportunité pour les économies en croissance, qui sont confrontées au défi du développement de la ressource carburant dans un mode de développement durable[1] ». Mais un nouveau rapport estime que les fuites de gaz sont telles qu’elles contribuent d’elles-mêmes à annuler les « avantages climatique » de cette source d’énergie fossile.

Le rapport , commandé par l’Environmental Defense Fund (EDF) et réalisée par le cabinet d’experts en environnement ICF International, a estimé le volume des fuites de méthanes issues de torchage hydrocarburesl’exploitation de gaz naturel et de pétrole aux États-Unis. Il a également examiné la ventilation et le torchage, processus par lequel sur les sites de forage, on laisse délibérément le gaz s’échapper dans l’atmosphère pour plusieurs raisons – généralement pour la sécurité.

Précision sur le commanditaire de l’étude

Notons avant de poursuivre que lEnvironmental Defense Fund (EDF ou Fond pour la défense de l’environnement) n’est pas particulièrement opposée à l’exploitation du gaz et la considère même comme une énergie de transition permettant de sortir du charbon, avec l’idée que le gaz sera ensuite remplacé lui-même par des énergies renouvelables. Cette organisation pousse pour un renforcement des contrôles des forages et de la fracturation hydraulique, sans les interdire. Cette Fondation a financé des études en collaboration avec l’industrie pétrolière sur les effets environnementaux de la production de gaz naturel. Par ailleurs EDF s’est attirée des critiques pour ses liens avec de grandes sociétés parmi lesquelles figurent McDonald, FedEx, et Walmart. Autant dire que le site stopgazdeschiste.org n’en n’est pas véritablement fan.

Torchage et ventilation des puits d’hydrocarbures : fuites de méthane

L’affirmation selon laquelle le gaz naturel est un « pont vers le futur », ou un « carburant de transition » pour les prochaines décennies ne tient pas. La vertu du méthane issu de la roche présenté comme carburant à faible émission de carbone est largement remise en cause par les énormes émissions de gaz à effet de serre (facteur de réchauffement climatique) que génère son exploitation sur le court terme. Or cette étude a trouvé qu’aux États-Unis en 2013, c’est près de 2 milliards de mètre cube de gaz qu’on a laissé échapper dans l’atmosphère, représentant une valeur de 360 Millions de dollars (320 M Euros). Ce qui représente non seulement une perte économique mais aussi un problème environnemental. Le méthane, composant principal du gaz naturel, est 84 fois plus puissant que le dioxyde de carbone sur de courtes périodes de temps et 30 fois plus puissant sur ​​le long terme.

Ces fuites annuelles sont l’équivalent des émissions de gaz à effet de serre produites par 5,6 Millions de véhicules

Pinedale Wyoming

Pinedale, Wyoming

La pollution locale liée à l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels est également préoccupante. En effet, selon l’Environmental Defense Fund, dans certaines régions (par exemple à Pinedale petite commune rurale du Wyoming), les émissions liées à la fracturation hydraulique et aux autres opérations du processus de forage et d’exploitation ont produit des niveaux de pollution de l’air rivalisant avec ce qu’on peut mesurer dans le centre-ville de Los Angeles; tandis qu’au Nouveau-Mexique, les émissions de méthane étaient telles qu’elles pouvaient être détectées par les satellites de la NASA.

Dans la communauté scientifique américaine, il est généralement admis que dans le processus de production – du forage, au transport par canalisations, à la distribution – les fuites de gaz ne devraient pas excéder 3% pour maintenir l’avantage du gaz sur les autres modes de production d’énergie les plus polluants. De son côté, l’ONG Food and Water Watch pointe que si les données d’EDF suggèrent un taux de fuite de 2,2% sur les sites de production, la prise en compte des fuites générées par la suite du processus (transport et distribution) font progresser le taux global au-delà des 3% annulant du même coup l’avantage concurrentiel du gaz sur les autres énergies fossiles en matière d’émission de gaz à effet de serre.

« Avec un taux de fuites de 3%, on nous vend les avantages climatiques alors qu’en réalité il s’agit d’un gain minime sur les dégâts faits au climat».

S’il existe bien des moyens pour réduire de manière drastique les taux de fuite – certains opérateurs gaziers parviennent à faire baisser ce taux à 1% sur leurs sites, la question est de savoir si tous les opérateurs de forage aux États-Unis peuvent répondre à ces normes rapidement. Poser la question c’est déjà constater que ça n’est pas le cas et que la volonté n’est pas au rendez-vous.

Au niveau mondial, on repousse de 15 ans l’objectif d’un taux nul d’émissions fugitives sur les sites d’extraction

Au niveau mondial alors que l’urgence climatique fait l’objet d’alertes répétées de la part de la communauté scientifique, on repousse l’objectif d’un taux de fuite de méthane nul lors des opérations d’extraction d’hydrocarbures à 2030. On repousse de 15 ans ! En effet, l’initiative Zero Routine Flaring by 2030[2] (élimination du brûlage systématique de gaz par torchage à l’horizon 2030) – à laquelle neuf pays, dix compagnies pétrolières et six institutions de développement ont adhéré – a été annoncée en Avril 2015.

Sources : The Guardian, Banque Mondiale

[1] Congrès Mondial du gaz, WGC Paris 1-5 Juin 2015 : http://www.wgc2015.org/?lang=fr
[2] Communiqué de la Banque Mondiale sur le Zero Routine Flaring by 2030 http://www.banquemondiale.org/fr/news/press-release/2015/04/17/countries-and-oil-companies-agree-to-end-routine-gas-flaring

commentaires
  1. Le terme est de toutes façons « on nous vend des avantages climatiques », mais quel « avantage » pourrait-il y avoir pour des personnes dotées de bon sens élémentaire, à passer par une autre énergie fossile au lieu de procéder à une transition franche, nette et claire vers les renouvelables ? Sinon bien sûr, celui de soutenir l’industrie pétrolière avec ses géants des fossiles, du lobbying et de l’enfumage ? Quand en France, on met « 10 millions d’euros sur la table » pour aller chercher des énergies fossiles extrêmes, on enlève cet argent à la filière énergies renouvelables avec son haut potentiel d’emplois, et on retarde la transition, simplement pour rester dans un modèle périmé, y compris de jeux de pouvoir. Les mesures, de gaz, de pollution et d’autres impacts, seront constamment contestées, mais la simple réalité du bon sens veut qu’un gouvernement doive trancher et comprendre qu’il ne faut pas investir dans le passé ! .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s