Articles Tagués ‘collectif stop gaz de schiste’

Le double langage du gouvernement, qui pilote ?

Le Président de la République par deux fois, en octobre puis en décembre, dans les Cévennes puis en Ardèche, martelait « pour nous les Gaz de Schiste c’est NON ! « .

La semaine prochaine, Mardi 17 janvier, « sous le Haut Patronage du Premier ministre » se tiendra un colloque avec les industriels où il est question d’évoquer « l’interdiction de l’exploitation des hydrocarbures par la fracturation hydraulique, comment en sortir?« . Le sous Ministre de l’Énergie monsieur Besson soutient cette initiative, tandis que l’infatigable Ministre de l’Écologie Madame Kosciusko-Morizet sera présente.

Le lobby pousse, bientôt de la recherche d’hydrocarbures de schiste en France ?

Aujourd’hui, Monsieur Gonnot député de l’Oise, président du club énergie & développement, initiateur d’un colloque devant se tenir à Paris mardi 17 Janvier, a précisé à des journalistes que le gouvernement annoncera lors ce colloque la mise en place de la commission de suivi des techniques d’exploration et d’exploitation des hydrocarbures, prévue par la loi interdisant le recours à la fracturation hydraulique pour exploiter le gaz de schiste.

En d’autres termes il s’agit de préparer le cadre de la recherche tel que défini par la loi de juillet 2011 en ses articles 2 et 4.  Or ces articles sont bien ceux qui ont transformé la proposition de loi en loi scélérate. Comprenons-nous bien: La recherche en matière d’hydrocarbures ne s’opère pas dans des laboratoires. La recherche conduit à la mise en œuvre de pratiques sur le terrain. Pour la recherche d’hydrocarbure de roche (gaz ou huile dits « de schiste »), il faut recourir à la fracturation hydraulique.

La région Rhône Alpes cible de très nombreux permis accordés et en demande, communiqué de presse des collectifs rhônalpins

Les citoyens opposés à l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures de roche mère se rassemblent au Nord comme au Sud le 23 Octobre 2011. Rejoignez-les !

 Arrêté portant publication de l’abrogation de trois PER      

Abrogation de 3 permis, c'est insuffisant! (lire ici)                                              ( ! ) Info minute ici 
La Société Celtique Petroleum sur le point de signer une convention d’occupation de  terrain à Lantenay
[Correspondance Haut-Bugey] Voici le site convoité par la société Celtique Energie  sur la commune de Lantenay pour le forage de recherche pétrolière
Le lieu dit, La Rippe se situe à environ 1 km au dessus du village.Tout près du site de Chaleyriat où Esso Rep avait conduit en 1989 son premier forage de prospection, en provoquant la pollution définitive de la source de la Moullaz , située pourtant à 2 km (commune d’Outriaz) !* Absence d’état initial réclamé à qui que ce soit sur la qualité de l’eau actuelle , le débit des sources……
* Une proposition financière a été faite à la commune par Celtique Energie* * Une convention d’occupation des terrains communaux est sur le point d’être signée.

Le choix du site de Lantenay est bien étonnant quand on sait que le résultat du forage d’exploration d’Esso en 89 stipulait comme résultat : « arrivée d’eau, avec traces d’huile, sans pression »

Celtique Energie titulaire du permis des Moussières assure que  la technique de fracturation ne sera pas utilisée pour cette recherche sur Lantenay:  Il serait étonnant que le contraire soit affirmé après la publication de la loi du 13 Juillet. OUI MAIS : QU’EN SERA-T-IL ?

* Des conséquences de ce premier forage sur le réseau hydraulique souterrain (risque de perte ou de pollution des sources, des nappes phréatiques ?)
* Des conséquences sur le cadre de vie des habitants ? (pollution visuelle, auditive, olfactive dues à la présence d’un site pétrolier à deux pas des habitations ; création d’un pipe-line pour évacuer la production vers la route départementale, ou de bassins de stockage à ciel ouvert ? Circulation de camions ?)
* Celtic ne dit rien de l’exploitation qui s’ensuivra : quel type de forage ? s’agira-t-il toujours de conventionnel ?

EST-ON PRÊT A REJOUER L’ÉCHEC DE 1989 ET SES CONSÉQUENCES ÉCOLOGIQUES DRAMATIQUES ?

PARTICIPONS TOUS A UNE MARCHE CITOYENNE A LANTENAY POUR MONTRER NOTRE OPPOSITION
DIMANCHE 9 OCTOBRE 2011 A 11 HEURES ! MUNISSEZ VOUS D’UN MORCEAU D’ÉTOFFE BLEU CIEL
(ce morceau d’étoffe porté par chaque participant symbolisant la couleur de l’eau que le Collectif tient à préserver pour tous et pour les générations futures !)
 
Merci de diffuser autour de vous, à vos contacts : à bientôt à Lantenay !
 

( ! ) Info minute ici                                                 * *  RETRAIT IMMÉDIAT DES PERMIS: PÉTITION * *

Depuis des mois, des citoyens, des élus des experts s’opposent à l’exploitation des gaz de schiste sur les territoires de Rhône-Alpes… et la mobilisation ne désenfle pas.

Si les grands média traitent actuellement d’une autre actualité, si le gouvernement a tenté de mettre l’éteignoir sur le débat par un vote rapide d’une loi incomplète, dans les chaumières, dans les festivals, dans les cinémas, le débat se poursuit, l’information circule, la mobilisation se renforce, des collectifs locaux continuent de voir le jour sur les territoires Rhône-Alpins.  La loi de circonstance publiée au journal officiel le 14 Juillet dernier, on le sait, n’était faite que pour gagner du temps.

A ce jour ni abrogation ni retrait de permis

Les titulaires des permis de recherche ont encore quelques jours pour indiquer à l’administration s’ils auront recours ou non à la technique dite de la fracturation hydraulique.  Si oui les permis leurs seront retirés. Si non ils conserveront leurs droits. Combien renonceront à leurs droits ? Aucun probablement !

Des instructions et des déclarations de travaux en cours

Dans les mois qui viennent, alors que certains investisseurs seront agacés, il est plus probable qu’on assiste à quelques mutations (transfert d’un permis d’une société à une autre). Il est possible aussi que certaines compagnies tentent de commencer à occuper le terrain. Les citoyens sont vigilants sur leurs territoires et s’informent auprès des administrations concernées afin que toute la lumière soit faite sur les projets des industriels.

Les collectifs se mobilisent en Rhône-Alpes Nord

Dans le Rhône, dans l’Isère, dans l’Ain, en Haute Savoie, des citoyens se regroupent, débattent, informent. A Lyon le 22 septembre, c’est au cinéma le Comoedia qu’aura lieu le débat. En Isère de nombreuses manifestations se tiennent au mois de septembre. Dans l’Ain c’est à l’Abergement de Varey que le 25 septembre aura lieu le débat.  Et en Haute-Savoie à Annemasse le 30 septembre.

La Région Rhône –Alpes réaffirme son opposition et demande l’ouverture d’un débat public

Ce jour, la Région a transmis au gouvernement les conclusions du débat régional sur les  « gaz de schistes » engagé par la collectivité depuis plusieurs mois et notamment lors de la réunion du 22 Juin.  Les élus indiquent leur engagement à organiser trois nouveaux débats à l’automne en Rhône-Alpes.

Nous continuerons de nous opposer à cette funeste entreprise d’exploitation d’hydrocarbures incompatible avec le développement local de nos fragiles territoires. Faute de loi abrogeant les permis, nous demandons le retrait immédiat des permis.

Tee-shirts militants ici                                                                                       ( ! ) Info minute ici

( ! ) Info minute ici

La pression monte ! 

Au-delà de l’insuffisante –et ridicule-  loi sur les gaz de schiste en cours de validation qui on le sait vise essentiellement à endormir voire étouffer un fort mouvement citoyen à la veille de la campagne électorale française

– alors que se multiplient les revendications –ravivées par l’épouvantable catastrophe nucléaire au Japon – pour un vrai débat sur la politique énergétique française

 – alors que les dirigeants de la Pologne – présidente du Conseil Européen au 1er Juillet – offrent les entrailles de leur pays aux compagnies gazières accourant de toutes parts (USA, France, Japon …) pour exploiter sans vergogne les gaz de schiste au prétexte d’assurer une indépendance énergétique

 – alors qu’en France de très nombreux citoyens – pour certains constitués en collectifs, adhérents d’associations, de réseaux sociaux, pour d’autres simples militants avec ou sans étiquette politique, agissant informant depuis des années, ainsi que des jeunes ou moins jeunes éveillés récemment hurlent leur souhait d’une véritable consultation démocratique et solidaire sur les enjeux sociétaux que constituent :

. la production et la consommation d’énergie,

. la protection des ressources en eaux, bien commun fondamental à la survie de l’espèce humaine

. les pratiques industrielles destructrices de l’environnement, de la santé humaine et animale, des écosystèmes en général

C’est LYON (capitale des Gaules en un temps, de la résistance en un autre, grand carrefour des chemins de fer français, baignée par ce Rhône bleu malade de PCB et sensé refroidir nombre de réacteurs nucléaires français) qui a été choisie pour débattre cette semaine et ce week-end

  AGENDA DE LA SEMAINE

 

La Région : Mercredi 22 Juin 2011  LYON

Organisée par la Région Rhône-Alpes: « Gaz de schiste, une conférence pour tout savoir »
22 Juin après-midi: 14h30 à 19h00, Hôtel de Région, Confluence, Lyon 
Voir site de la Région Rhône-Alpes ici

 

National :  Samedi 25 Juin 2011   LYON                                                                                                                                           
APPEL A CO-CONSTRUIRE DES RENCONTRES SUR LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE – en Cévennes août 2011
A l’initiative de la Coordination nationale des collectifs contre le gaz de schiste, en partenariat avec les réseaux militants nationaux et internationaux, luttant pour un autre avenir énergétique,

* 10H30 CONFÉRENCE DE PRESSE à la Maison Rhodanienne de l’Environnement communiqué de presse ici

* 14H00 RENCONTRE PRÉPARATOIRE à la Maison Rhodanienne de l’Environnement info ici

National : Dimanche 25 Juin 2011  LYON

Réunion de la Coordination nationale des collectifs locaux contre le gaz de schiste

 

Sur les territoires en Rhône-Alpes
LUNDI 20 Juin 2011CREST - DROME 

  Réunion publique d’information par le collectif du Val de Drome
19h45, Au café citoyen à coté de l’église

MERCREDI 22 Juin 2011VIENNE - ISÈRE 

  Gasland, séance publique d’information et débat sur les gaz de schiste
20 heures, salle de l’Europe, Mairie de Vienne

JEUDI 23 Juin 2011AMBERIEU EN BUGEY - AIN 

  Gasland, séance publique d’information et débat sur les gaz de schiste                                      20 heures, salle Dumesnil à l’Espace 1500 à Ambérieu-en-Bugey

VENDREDI 24 Juin 2011DOMPNAC - ARDECHE 

  Gasland, historique et dernières nouvelles sur les permis et les exploitations ici et ailleurs. 20h30 – Chapelle Saint Régis

 


Communiqué de presse

SaintJean du Bruel le 15 mai 2011                                                       Lire aussi ( ! ) Info minute ici

La Coordination nationale des collectifs « Non au gaz et huile de schiste » s’est réunie le 14 mai 2011 après l’adoption d’une petite loi par l’Assemblée nationale le 11 mai dernier.
 La Coordination nationale constate :

‐ que cette loi n’abroge pas les permis exclusifs de recherche délivrés ;

‐ que l’Assemblée nationale autorise la technique de la fracturation hydraulique pour l’expérimentation.

 La Coordination déplore :

‐ que la représentation nationale n’ait pas eu accès aux dossiers de demandes de permis de recherche ;

‐ qu’une majorité de députés s’en est remise aux déclarations des industriels et au Ministère de l’industrie et de l’énergie pour l’instruction de l’abrogation des permis de recherche ;

‐ que l’Etat refuse d’abroger les permis en dépit des déclarations du 1er Ministre, du Ministre de l’Industrie et du Ministre de l’Ecologie.

 La Coordination exige :

‐ que le Ministre de l’Industrie et de l’Energie représente le Gouvernement lors de l’examen de la proposition de Loi devant le Sénat ;

‐ que l’Etat rende public le processus de délivrance des permis de recherche ; et, qu’au nom des principes d’information et de participation du public, il lève le secret industriel sur toutes les techniques et produits de recherche et d’exploitation ;

‐ que l’Etat abroge les permis de recherche délivrés.

 La Coordination appelle à la poursuite et à l’amplification de la mobilisation des citoyens et des élus locaux.

Lire aussi ( ! ) Info minute ici

« Bizarrement » malgré les annonces gouvernementales la mobilisation ne désenfle pas. Bizarrement  on continue d’assister dans les villages et villes de France à de nombreuses manifestations. De très nombreux citoyens pour certains constitués en collectifs, pour d’autres lançant des initiatives à travers les réseaux sociaux, poursuivent le débat, mènent des recherches (scientifiques, juridiques, sur le terrain) et informent à tout va sur les conséquences désastreuses qu’entrainerait l’exploitation des gaz et huiles de schiste.

Les risques de la fracturation hydraulique :

Pourtant le gouvernement et une majorité de la classe politique tentèrent bien de poser l’éteignoir sur ce mouvement spontané lequel appelait à un débat en profondeur sur la politique énergétique du pays ainsi qu’à la protection des ressources notamment aquifères. La solution fut : on va légiférer en vitesse, unissons-nous l’heure est grave on ne va pas se laisser enschister(1), interdisons la fracturation hydraulique! (2).

(1)    Un schiste est une roche qui a pour particularité d’avoir un aspect feuilleté, et de se débiter en plaques fines ou « feuillet rocheux ». Par extension si la classe politique se laisse enschister le principal risque est de provoquer un débat auquel participeraient divers niveaux de la population.

(2)    La fracturation hydraulique a pour but de fracturer le sous-sol afin de libérer une source d’énergie enfermée dans une couche perméable en profondeur

 C’est alors que nos décideurs, clairvoyants, sans attendre les conclusions de la mission d’information parlementaire, examinèrent la situation alors que parmi plusieurs hypothèses (prouvées, probables, possibles), se dégageaient deux scénarii :

Scénario 1 : Une fracturation hydraulique même maîtrisée libèrera vers la surface l’énergie piégée dans des couches hermétiques profondes; L’infrastructure pour la canaliser et la stocker en surface existe mais elle est vétuste, il s’agit de la réformer (en urgence c’est difficile).

 

Scénario 2 : Une fracturation hydraulique présente des risques avérés ; La libération de l’énergie piégée dans des couches hermétiques profondes peut conduire cette dernière à emprunter des voies (failles) naturelles que l’on n’aura pas identifiées à l’avance ; Il y a un risque élevé de contamination.

A la lueur de cet examen approfondi, on décida donc d’interdire en vitesse la fracturation hydraulique
Serait-ce que les grands partis politiques n’avaient pas souhaité faire de la question des énergies et des ressources un vrai débat de campagne à l’échéance des scrutins de 2012 ? Une loi va être votée, elle permettra la recherche, elle ne peut abroger les décisions déjà prises par l’exécutif et elle sera détricotée à très brève échéance.