Articles Tagués ‘forages d’hydrocrabure’

Cette semaine en Rhône-Alpes: Agenda ici              SIGNEZ  LA PETITION !                 ( ! ) Info minute
Lettre aux candidats à la présidentielle et leurs réponses

.

Le manque d’eau se fait sentir mais la fracturation hydraulique a le vent en poupe!

Alors que les premiers arrêtés sécheresse  sont tombés (en Mars !) et tandis que le BRGM indique qu’ « il faudrait probablement une dizaine d’années pour que le déficit des nappes puissent être comblé »  , le gouvernement s’enferre à soutenir les industriels en vue de la délivrance de permis de recherche d’hydrocarbures.

Aujourd’hui est publié au journal officiel de la république le décret portant création de la commission Théodule prévue dans la loi du 13 Juillet 2011. Le même jour apparaît discrètement sur le site du Ministère de l’Ecologie la version finale du rapport de la « mission d’inspection sur les hydrocarbures de roche-mère en France ».

Pour nous c’est toujours Non

Les collectifs opposés à l’exploitation des gaz et huile de schiste ont annoncé depuis longtemps que la loi était bancale. La proposition initiale visait à « interdire l’exploration et l’exploitation des mines d’hydrocarbures liquides ou gazeux par fracturation hydraulique et à abroger les permis exclusifs de recherches comportant des projets ayant recours à cette technique ». Dans ses articles adoptés en lecture finale au parlement, elle a été vidée de sa substance. Les collectifs citoyens exigent la suppression des permis de recherche d’hydrocarbure liquides ou gazeux ainsi que l’arrêt immédiat de la délivrance de nouveaux permis lesquels (l’Annexe III du rapport le confirme à nouveau) visent tous la roche mère. 

La Commission nationale d’orientation: chambre de validation des expérimentations

« La Commission nationale d’orientation » selon les auteurs du rapport n’est qu’un organisme de consultation de la société civile. La mission recommandant que des gens sérieux préparent les avis (« elle devra nécessairement s’adjoindre un Conseil scientifique qui préparera les avis qu’elle aura à formuler et qui sera la garantie scientifique de leur validité »).

Le rapport qui donne l’illusion d’une amélioration de la gouvernance suggère simplement -concernant la mise en œuvre de travaux physiques (lire ‘forages’) -d’allonger quelques délais d’information au public. Le mode décisionnel reste le même. La réforme en profondeur du code minier reste une nécessité. Le gouvernement et le parlement après bien des promesses laissent à la veille des élections un chantier non abouti.

Et le rapport de la mission de conclure:

« Il faut se donner les moyens de disposer rapidement d’une évaluation de la réserve basée sur des forages in situ pour mieux apprécier la géologie des bassins. A défaut, on ne pourra jamais escompter d’éléments pertinents sur la connaissance du sous-sol français dans le rapport que le gouvernement doit remettre annuellement au Parlement (article 4 de la loi du 13 juillet 2011) ».

Cette semaine en Rhône-Alpes: Agenda ici              SIGNEZ  LA PETITION !                 ( ! ) Info minute
Lettre aux candidats à la présidentielle et leurs réponses

.

Permis des Moussières, permis de Gex, demandes de permis de Blyes, de Lyon-Annecy,  combien encore ? non à ces forages  !

Le collectif du Haut-Bugey organise une grande manifestation contre les forages d’hydrocarbures dans l’Ain et sur nos territoires en général.

Rendez-vous le samedi 14 Avril 2012 à BOURG-EN-BRESSE sur le Champ de Foire à 15h

Le risque encouru est grand, au mépris de l’environnement, de l’eau et des populations ! Des permis de recherche et d’exploitation d’hydrocarbures, gaz de schiste (et autres appellations) couvrent une large partie de la France et de l’Europe ! 4 nouveaux permis sont actuellement en cours d’instruction pour le seul département de l’Ain :

UTILISATION MASSIVE ET POLLUTION DE L’EAU

POLLUTION DES SOLS ET SOUS-SOLS

DESTRUCTION DES SOUS-SOLS ET RISQUES DE SÉISMES

POLLUTION DE L’AIR ET GAZ A EFFET DE SERRE

TRAFIC ROUTIER INTENSE

POLLUTION VISUELLE

EXPROPRIATION POUR RECHERCHE ET EXPLOITATION DES HYDROCARBURES LIQUIDES ET GAZEUX

REPORT DES SOLUTIONS ÉNERGÉTIQUES RENOUVELABLES

Nous refusons ces projets de forages !

Descendons de la montagne, affluons des plaines de l’Ain. Venons du Jura et de Rhône Alpes

Manifestons à Bourg en Bresse  le 14 Avril à 15H00

Tract et dépliant à télécharger

.

Cette semaine en Rhône-Alpes: Agenda ici              SIGNEZ  LA PETITION !                 ( ! ) Info minute
Lettre aux candidats à la présidentielle et leurs réponses

.

Petit récapitulatif qu’il ne faut pas hésiter à relayer dans les campagnes et dans les villes. L’eau est le bien de tous, sa raréfaction, sa pollution, son utilisation déraisonnée nous touche tous.

.

Les permis exclusifs de recherche d’hydrocarbures liquides ou gazeux :

Rhône-Alpes Nord est touchée par 2 permis en cours de validité (Les Moussières et Gex), 4 demandes de permis jugée recevables (Lyon-Annecy, Blyes, Gex Sud et Montfalcon) et 1 demande de permis en cours d’instruction (Abondance).

Les permis de recherche d’hydrocarbures existants :
Le permis des Moussières :
– La compagnie Celtique Energy Petroleum s’est vue accorder ce permis par arrêté du 14 mars 2008. Le permis est valable pour 5 ans (renouvelables deux fois).– Le périmètre de ce permis inclus les départements de l’Ain, des deux Savoie et du Jura.– Sur la base des découvertes d’Esso Rep en 1998, Celtique envisage d’effectuer un forage exploratoire et a démarché des communes du plateau de Hauteville dans l’Ain.– Le périmètre de ce permis inclut les départements de l’Ain, des deux Savoie et du Jura.  Plus d’informations ici   et là
Le permis de Gex :
– La compagnie E-Corp est à la tête d’un consortium de trois sociétés qui s’est vu accorder ce permis par arrêté du 28 mai 2009. Le consortium est constitué de Edgon Resources (New ventures) Ltd (britanique) racheté par E-Corp, Eagle Energy Ltd Canadien) et Nautical Petroleum Plc: Société britannique. Le permis est valable pour 5 ans (renouvelables deux fois).– Les documents disponibles indiquent le souhait du titulaire de faire ses premiers forages en 2012 /2013.– Le périmètre de ce permis inclut les départements de l’Ain (Pays de Gex), des deux Savoie et du Jura.Plus d’informations ici   et là

 –  On notera également que le périmètre du permis de Lons le Saulnier  inclut également des territoires du Nord de la Région Rhône-Alpes.

Les demandes de permis de recherche d’hydrocarbure recevables en cours d’instruction :

L’instruction des ces permis fait l’objet d’une accélération. Lire ici  et là . La délivrance de nouveaux permis est probablement très proche!

Le permis Lyon -Annecy :
– La compagnie Schuepbach a déposé cette demande jugée recevable par les services de l’État.
– Cette demande a déclenché une mise en concurrence laquelle s’est traduite par deux autres demandes portant sur ces périmètres plus ou moins semblables. La demande du permis de BLYES et la demande du permis de Gex Sud.
– Le périmètre de ce permis inclut les départements de l’Ain, de l’Isère, du Rhône et des deux Savoie. Surface sollicitée : 3800 km2.Plus d’informations ici
 Le permis de Blyes :
– La compagnie Realm a déposé cette demande jugée recevable par les services de l’État.
– Cette demande est en concurrence la demande du permis Lyon-Annecy.
– Le périmètre de ce permis inclut les départements de l’Ain, de l’Isère, du Rhône et des deux Savoie. Surface sollicitée : 3293 km2.Plus d’informations ici
Le permis de Gex Sud :
– C’est le consortium titulaire du permis de Gex qui a déposé cette demande jugée recevable par les services de l’État.
– Cette demande est en concurrence la demande du permis de Lyon Annecy.
– Le périmètre de ce permis inclut les départements des deux Savoie. Surface sollicitée : 1991 km2.Plus d’informations ici
Le permis de Montfalcon :
– C’est la société BNK qui a déposé cette demande jugée recevable par les services de l’État.
– Cette demande est en concurrence avec les demandes des permis de Valence et extension Montélimar.
– Le périmètre de ce permis inclut les départements de l’Isère, de la Drôme mais aussi de l’Ardèche, du Rhône et de la Savoie. Surface sollicitée : 5792 km2.Plus d’informations ici   et
Les demandes de permis de recherche d’hydrocarbure en cours d’instruction :
Le permis d’Abondance :
– C’est la société Pétrosvibri qui a déposé cette demande en cours d’instruction au niveau des services de l’État.  Le pétitionnaire (une société suisse) a déjà fait un forage sous le lac Léman à partir de la Suisse en 2010 .

– Le périmètre de ce permis touche la Haute- Savoie et inclut la partie française du Lac Léman.  Surface sollicitée : 810 km2.
Plus d’informations ici   et là
IMPORTANT:
Selon le Ministère de l’Ecologie du Développement Durable des Transports et du Logement:Les permis de Lyon-Annecy, Blyes, Montfalcon, Valence extension et Montélimar visent spécifiquement les GAZ de SCHISTE.Selon le rapport de la mission d’inspection menée par les experts du CGIET à la demande des Ministres de l’Écologie et de l’IndustrieL’ensemble des demandes de permis recevables mentionnées dans cet article visent des gaz et ou huile de roche mère. (voir l’annexe III du rapport accessible sur le site de la documentation française)


Cette semaine en Rhône-Alpes: Agenda ici              SIGNEZ  LA PETITION !                 ( ! ) Info minute
Haute Savoie: Grande mobilisation à Saint Julien en Genevois le 11 février

Dans le cadre d’une interview accordée au journal Le Progrès et publiée ce jour, M. Neil McNaughton consultant pour la société Celtique énergie tente de décrédibiliser l’action des citoyens et élus membres du collectif Collectif Haut-Bugey non aux forages d’hydrocarbures.

Rappelons que cette société britannique est titulaire d’un permis exclusif de recherche d’hydrocarbures liquide ou gazeux accordé par l’administration en 2008 sans que la population ni les élus locaux n’aient été consultés. C’est une  des raisons -ce n’est pas la seule- de la mobilisation citoyenne. Ce permis intitulé Permis des Moussières accorde la possibilité au titulaire d’effectuer des recherches dans une zone couvrant les départements du Jura et de l’Ain. Celtique envisage de reprendre les recherches déjà effectuées par Esso Rep il y a plus de deux décennies sur le plateau d’Hauteville et précisément sur les communes de Lantenay et de Corcelles. Sur place « La Chandelière 1 » et « la Chandelière 2″ on s’en souvient. Après des forages exploratoires, les pétroliers avaient rebouché: trop cher! On passe trop souvent sous silence le fait qu’un des forages avait entrainé la pollution d’une source et son inutilisation définitive forçant la communauté à raccorder les usagers de la commune au réseau de distribution de l' »eau du Rhône ».

Le consultant de Celtique prétend que le collectif du Haut-Bugey fait de la désinformation en assimilant les projets envisagés par la Société Celtique à la recherche de gaz de schiste. Or il n’en est rien. Habitants et élus savent lire les quelques rares dossiers qu’il a été difficile d’obtenir. Ils savent que le titulaire du permis envisage de faire un forage oblique en grande profondeur pour explorer la disponibilité d’hydrocarbure dans la roche cible (grés de Bunt). Il savent également que les forages nécessitent de grandes ressources en eau. Ils savent que le titulaire du permis envisage de « sous traiter » le retraitement des boues de forage sans donner aucune indication sur les modalités envisagées. Ils savent que la collectivité aura à prendre en charge l’entretien des routes après le passage de nombreux camions si une telle entreprise est effectivement mise en œuvre. Ils savent que l’évacuation d’hydrocarbures nécessite de gros chantiers qui auront un impact durable sur l’environnement et le paysage. Ils ont la mémoire de la source qui a été polluée et rendue définitivement inutilisable.

Les pétroliers parlent de « création d’emploi » et de « recettes pour les collectivités locales ».  Ils ne veulent qu’acheter le silence et profiter de la fragilité financière des collectivités pour les attirer dans un piège aux conséquences durables. Le code minier, la réglementation française sont ainsi faits que le titulaire d’un permis lorsqu’il se retire n’aura pas à supporter les conséquences des possibles accidents et pollutions sur l’environnement. Et ces conséquences ne sont pas toujours mesurables lors de l’exploitation mais bien des années après.

La recherche de solutions énergétiques dans la durée ne consiste pas à pomper les maigres réserves du sous-sol. Les investissements pour la recherche en matière d’énergie doivent être dirigés vers des solutions durables et renouvelables.

Le gouvernement, les pétroliers veulent nous enfermer dans l' »histoire des gaz de schiste« . Ils se veulent rassurant en rappelant que la fracturation hydraulique est interdite en France et que « les permis » ont été abrogés. Seuls trois permis l’ont été. Une commission de suivi de la mise en œuvre de la loi qui permet la recherche sur la fracturation hydraulique doit être nommée dans les jours qui viennent.  Le mouvement d’opposition citoyenne qui a émergé sur de nombreux territoires depuis un an est vivant en hiver comme au printemps.

C’est pourquoi nous serons nombreux à Saint-Julien en Genevois le 11 février pour dire « non au gaz de schiste« , « non au pétrole de schiste« , « non aux forages d’hydrocarbures » , « non à l’exploitation de nos ressources en eau de manière inconsidérée« !

Cette semaine en Rhône-Alpes: Agenda ici                                                                 ( ! ) Info minute

De passage en Ardèche , l’actuel premier magistrat de l’État, le Président Sarkozy, en réponse à l’interpellation de citoyens lance ce message:  « Dites-leur que je n’autoriserai pas l’exploitation du gaz de schiste par fragmentation hydraulique »« Je sais que Total a déposé un recours mais de toute façon, pour nous, ce sera non. » Il eut été grossier que le Président de la République s’opposât à la loi. Il ne l’a pas fait.

On pourra se poser la question sur le verbiage utilisé par le Président de la République, ‘la fragmentation hydraulique‘ n’étant pas au menu d’un lexique pourtant riche. Faut-il encore rappeler que le législateur à interdit depuis le 13 Juillet 2011 l’utilisation de la « fracturation hydraulique » pour l’exploitation des hydrocarbures en France. Faut-il rappeler que cette technique – la seule existante pour exploiter les ressources hydrocarbures emprisonnées dans les profondeurs de la roche mère – n’a aucune définition juridique?

Le Président en campagne, comme il l’a fait dans les Cévennes il y a quelques semaines, continue de « communiquer ». La stratégie reste la même.  Elle consiste à donner l’illusion que tous projets de recherche et d’exploitation des hydrocarbures de roche sont interrompus en France. Elle vise à décrédibiliser les lanceurs d’alerte sur les territoires de France et d’ailleurs.

Or plus de soixante permis sont toujours actifs. D’autres sont à l’instruction. Les promesses de campagne sont ce qu’elles sont.  

Aujourd’hui on ne fera que rester interloqué par les titres de la presse:

Gaz de schiste en Ardèche : «Pour nous, c’est non!» affirme Sarkozy

Gaz de schiste : Sarkozy dit non à son exploitation

Gaz de schiste : Sarkozy répète son refus de la fracturation hydraulique

Libé et Le Monde osant même:

Sarkozy réitère son refus de l’exploitation du gaz de schiste

M. Sarkozy réaffirme son opposition à l’exploitation du gaz de schiste

Le même M. Sarkozy qui au mois de Juin rassurait le premier Ministre polonais: « On sait que le gaz de schiste est important pour vous, on ne veut pas vous créer des difficultés au niveau européen »…

13.12.2011: France 2 s’enthousiasme pour la ruée vers le pétrole de schiste : clic ici
Cette semaine en Rhône-Alpes: Agenda ici                                                                 ( ! ) Info minute
Ou comment la pollution ne peut franchir les frontières…

 Ya pas l’feu au lac, mais ça finira peut-être par arriver. Il s’en passe de bien belles autour du lac de Genève, passage naturel de ce long fleuve du Rhône qui finira son cours dans le delta de la Camargue 500 km plus loin. Que d’appétit de la part de nos industriels pour les réserves d’hydrocarbures emprisonnées sous des kilomètres de roche. Alors que la société Schuepbach voit ses projets d’exploration quelque peu mis en panne en France et en Suisse(1) (2), les projets d’autres sociétés vont bon train.

En Suisse on parle de forage sous le lac Léman tandis qu’en France les projets de la société ECorp -détentrice du permis exclusif de recherche d’hydrocarbure dit « de Gex »- ne sont pas stoppés puisqu’ « il ne s’agit pas de gaz de schiste ». La société indique au Ministère français en charge de l’industrie et des Mines qu’elle n’aura pas recours à la fracturation hydraulique.  Cette technique (dont aucune définition juridique n’existe) est proscrite depuis Juillet 2011 sur l’ensemble du territoire national. Toutefois, son rapport (3) remis dans le cadre de l’application de la loi indique clairement ses projets d’aller forer dans la roche mère à 4000 mètres de profondeur.

Ces projets, certains  s’en inquiètent des deux côtés de la frontière en pays de Gex.  Les habitants et élus de Haute Savoie mais également des élus Suisses comme le révèle cette communication du Conseil d’État de Genève. Les ressources en eau sont fragiles. Les conséquences des forages sur ces terrains ne sont pas maîtrisables, ce ne sont pas les « militants » qui le disent, ce sont les scientifiques.

Plus que jamais la vigilance citoyenne s’impose afin que ces projets aux risques environnementaux incalculables ne voient le jour.

(3) Rapport dEcorp pour le permis de Gex (Mise en œuvre de la loi 2011-835 )

Les citoyens opposés à l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures de roche mère se rassemblent au Nord comme au Sud le 23 Octobre 2011. Rejoignez-les !

 Arrêté portant publication de l’abrogation de trois PER