Articles Tagués ‘sénat’

(!) Info minute – Revue de Presse

19 février 2015 – Alors que la France est censée avoir tourné le dos aux gaz et huiles de schiste en 2011 en interdisant la fracturation hydraulique, alors que leurs lourds impacts climatiques sont avérés (1), des sénateurs ont discrètement rouvert la porte à la recherche des hydrocarbures non conventionnels. Les collectifs citoyens ont alerté leurs élus, la majorité des sénateurs présents au Sénat ce soir a finalement rejeté ce projet qui contredisait la loi de Juillet 2011.
.
Un amendement à l’article 49 du projet de loi relatif à la transition énergétique prévoyant « la vérification du potentiel de notre pays en hydrocarbures non-conventionnels » a été rejeté la nuit dernière, en séance plénière, par une majorité des sénateurs
 
Alors que le sénateur de l’Orne Jean-Claude Lenoir – qui fut chargé avec le député Bataille  par l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) d’ »étudier les techniques stop au gaz de schistealternatives à la fracturation hydraulique«  – a « sans vouloir ouvrir le débat » (sic!) fait un plaidoyer en faveur de la recherche de gaz de schiste, la ministre Ségolène Royal et plusieurs sénateurs ont opposé une argumentation claire sur le non-sens écologique sanitaire et économique d’engager le pays sur la voie du développement de ces énergies fossiles extrêmes.
.
Conscients de la mobilisation citoyenne qui ne faiblit pas sur le terrain, les sénateurs français ont finalement choisi de ne pas prêter l’oreille aux industriels qui depuis 2011  font pression par tous les moyens pour que les gaz et huiles de schiste puissent être exploités coûte que coûte (2).
.
L’engagement français doit être confirmé dans les actes et la durée
S’obstiner dans cette voie du passé nous exposerait non seulement à des coûts environnementaux et sanitaires, mais aggraverait également la situation sur le plan climatique mettant en échec la tentative de limiter le réchauffement climatique à 2 degrés avant la fin de siècle .
.
Nous attendons donc la transformation des déclarations de la Ministre en actes: Le rejet des permis de recherche et demandes de permis non conventionnels doit être formalisé.
.
A la veille de l’accueil en décembre 2015 de la conférence de l’ONU sur le climat à Paris (COP 21),  notre pays doit confirmer son engagement pour développer un modèle énergétique moins carboné et à terme post-fossile.
.
Nous continuerons de nous battre pour préserver l’interdiction de la recherche et de l’exploitation des gaz et pétrole de schiste et de couche et promouvoir l’orientation de la recherche vers les énergies plus propres et renouvelables.
.
Notes :
    (1) Des études de terrain menées aux États-Unis démontrent que jusqu’à 12% de fuites de méthane sont associées à l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels.
    (2) Les industriels du secteur viennent de créer un « Centre des hydrocarbures non conventionnels (CHNC)«  afin selon eux d‘« apporter une information scientifique sur ces sujets », et de « sortir de cet esprit d’obscurantisme où on est plongé ». Il est présidé par Jean-Louis Schilansky, ancien patron de l’Union française des industries pétrolières (Ufip). En savoir plus : http://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/0204150084159-gaz-de-schiste-lindustrie-cree-un-centre-dinformation-1091990.php
.

Sauvegarde du principe de précaution j’écris à mon député            (!) Info minute – Revue de Presse

 Communiqué des Collectifs français NON aux pétrole et gaz de schiste et de houille

Ce 5 juin 2014, l’Office Parlementaire d’Évaluation des Choix Scientifiques et Technologiques (OPECST) conduit à l’Assemblée nationale une audition publique sur l’introduction d’un principe d’innovation dans la Constitution [1]. Les membres des Collectifs français NON aux pétrole et gaz de schiste et de houille sont scandalisés de voir ce débat animé par des personnalités telles qu’Anne Lauvergeon, ex-dirigeante d’Areva, Jean-Louis Schilansky, ardent promoteur des gaz de schiste ou Louis Gallois, président de « La Fabrique de l’Industrie » et autre ardent promoteur de la recherche des hydrocarbures non conventionnels. 
.
stop gaz de schiste frackingDéjà adoptée ce mardi 27 mai par le Sénat à une large majorité [2], cette nouvelle loi constitutionnelle«visant à équilibrer le principe de précaution avec le principe d’innovation »  [3] et [4] vise en réalité à affaiblir, voire annihiler le principe de précaution. En effet, en affirmant que le principe de précaution « ne doit pas non plus être perçu comme un frein aux activités de recherche et  de développement économique», les industriels,les financiers et les défenseurs de la croissance économique infinie, appellent de leurs vœux une modification de la Constitution qui aura pour effet de permettre, entre autres, l’expérimentation scientifique à n’importe quel prix environnemental et à l’encontre de la santé publique et de la qualité de vie des citoyens. 
.
Les collectifs constatent que ces nouveaux amendements sont une énième tentative pour autoriser dans notre pays de manière légale et, pire encore,   d’inscrire dans la Constitution, sous couvert d’expérimentation scientifique et d’innovation, le recours à des technologies et des techniques ayant déjà fait largement la preuve de leur dangerosité à l’étranger, notamment l’utilisation de la fracturation hydraulique et d’autres méthodes extractives néfastes à l’environnement. En effet, cette nouvelle loi constitutionnelle aurait pour effet d’autoriser immédiatement ce que la loi interdisant la fracturation hydraulique [5] écarte mal en prévoyant « la mise en œuvre des expérimentations, réalisées à seules fins de recherche scientifique sous contrôle public». Il sera aisé, ensuite, d’autoriser l’exploitation à large échelle des hydrocarbures non conventionnels. Ce principe d’innovation pourrait aussi remettre en cause les mesures de précaution inscrites dans la Charte de l’environnement et appliquées ces dix dernières années en ce qui concerne les manipulations génétiques végétales, animales, humaines, ou encore le nucléaire.
.
Les Collectifs tirent donc la sonnette d’alarme et demandent aux députés de rejeter purement et simplement la proposition des sénateurs 
.
Les membres des collectifs dénoncent cette position contradictoire de la majorité stop gaz de schiste-frackingparlementaire qui une fois encore va à l’encontre de la volonté affichée du gouvernement de promouvoir la transition écologique et énergétique. Ils affirment que l’union du principe de précaution avec le principe d’innovation ne constitue un équilibre que si le second respecte et se met au service du premier.« La prudence responsable »que mettent en avant les promoteurs de cette loi ne peut être réellement responsable que si elle tient compte non seulement des intérêts de la société, de l’économie, et de l’environnement, mais aussi de ceux des générations futures. 
.
Enfin, ils attirent l’attention des élus sur le fait que ce principe d’innovation va à l’encontre de l’article 9 de la Charte de l’environnement, lequel  requiert que « la recherche et l’innovation doivent apporter leur concours à la préservation et à la mise en valeur de l’environnement », et rappellent que son Article 1er  stipule que « chacun a le droit de vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé ». 
.
Les êtres humains sont totalement dépendants de leur environnement, et de la nature en particulier. L’ignorer est au mieux de l’inconscience, au pire un mépris suicidaire.
 

[1] http://www.assemblee-nationale.fr/14/cr-oecst/programme_AP_innovation.pdf
[2] 290 voix pour et 44 voix contre http://www.senat.fr/scrutin-public/2013/scr2013-186.html
[3] http://www.assemblee-nationale.fr/14/propositions/pion1580.asp
[4] http://www.senat.fr/petite-loi-ameli/2013-2014/548.html
[5] http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000024361355&dateTexte=&categorieLien=id

 

VOUS AUSSI, CONTACTEZ VOTRE DÉPUTÉ/E : voici un modèle de lettre à télécharger que vous pouvez reprendre. Les coordonnées de votre député/e sont accessibles sur cette page de l’Assemblée Nationale

Démontage du principe de précaution inscrit dans la charte de l’environnement?

Ce démontage, c’est précisément ce que s’apprêterait à faire la représentation nationale si elle suivait les sénateurs qui ont adopté hier soir, par 290 voix contre 44, la proposition de loi constitutionnelle visant à modifier la portée du principe de précaution. 

LES COLLECTIFS INTERPELLENT LES DÉPUTES ET RÉCLAMENT LA SAUVEGARDE DU PRINCIPE DE PRÉCAUTION VICTIME DES COUPS DE BOUTOIR D’UN CERTAIN MILIEU ÉCONOMIQUE AVEUGLÉ PAR LA RENTABILITÉ FINANCIÈRE A COURT TERME.

précaution

LETTRE OUVERTE DES COLLECTIFS À L’ATTENTION DES DÉPUTÉS

Objet : Modification de la Charte de l’environnement

Monsieur, madame le/la Député(e),

La commission des lois du Sénat a adopté, le 21 mai, la proposition de loi constitutionnelle visant à modifier la Charte de l’environnement, et notamment les articles concernant le principe de précaution, pour exprimer plus clairement que le principe de précaution est aussi un principe d’innovation.

Nous avons l’honneur de vous adresser ce courriel pour vous prier de vous opposer avec fermeté, lors de la séance plénière de ce jeudi, 29 mai 2014,à la proposition de loi constitutionnelle, la proposition de loi constitutionnelle visant à modifier le principe de précaution, qui protège la population française de projets industriels potentiellement dangereux, modification proposée au nom de « l’innovation ».

Nous avons parfaitement conscience que l’adoption de cette proposition de loi serait la porte ouverte à, par exemple, l’expérimentation de nouvelles techniques – non maîtrisées, bien sûr !, de fracturation de la roche mère pour extraire gaz ou huile de schiste.

Nous avons également parfaitement conscience que cette tentative pour affaiblir la protection des populations n’est que l’ébauche de modifications qui seront apportées à notre législation pour faciliter la tâche des négociateurs travaillant sur le traité transatlantique de libre-échange, auquel la population est très opposée pour des raisons tout à fait valables.

Les multinationales françaises ne sont pas la France, leurs actionnaires, non plus. La France, ce sont les gens qui travaillent, ceux même qui perdent leurs emplois parce que ces mêmes multinationales ont délocalisé leur production pour faire d’avantage de bénéfices.

Que les députés, comme vous-même, qui ont vraiment à cœur l’intérêt des Français, fassent barrage à cette proposition de loi, refusent également de ratifier le traité de libre-échange signé avec la Canada, dont les termes sont toujours secrets et demandent au gouvernement de retirer le mandat de négociation pour le Traité Transatlantique qu’il a confié à la Commission européenne.

Il s’agirait peut-être là de gestes assez forts pour réconcilier les représentants des citoyens élus avec tous ceux qui se sentent trahis par la politique ces derniers temps.

En vous remerciant par avance pour l’attention que vous apporterez à ce courriel, nous vous prions d’agréer, monsieur/madame le/la Député(e), l’expression de nos sentiments distingués.

le 28 mai 2013

Les membres du réseau des collectifs rhônalpins opposés à la recherche et à l’exploitation des gaz et pétrole de schiste adressent aujourd’hui cette lettre à leurs députés.

VOUS AUSSI, CONTACTEZ VOTRE DÉPUTÉ/E : voici un modèle de lettre à télécharger que vous pouvez reprendre si vous le souhaitez. Les coordonnées de votre député/e sont accessibles sur cette page de l’Assemblée Nationale

VOICI ÉGALEMENT UNE PÉTITION

Lire aussi l’analyse de Me A. Gossement

19 octobre Global Frackdown – Journée Mondiale contre le fracking      (!) Info minute – Revue de Presse

Le COLLECTIF 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE INFORME L’OPECST * !

lenoir et batailleLundi 16 septembre 2013, le Collectif 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE était invité en Préfecture de l’Hérault, par les deux parlementaires en charge du rapport sur « les techniques alternatives à la fracturation hydraulique pour l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels ».

Cette invitation confirme le Collectif 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE en qualité d’interlocuteur incontournable des pouvoirs publics et consacre le travail accompli collectivement par les différentes composantes du mouvement, commissions scientifique, juridique, communication, collectif des élus.

Lors de l’entretien, les représentants du Collectif ont été très surpris de la méconnaissance par leurs interlocuteurs des données financières et économiques du dossier gaz de schiste aux USA.

Le boom du gaz de schiste est encore présenté comme un modèle à reproduire, alors que la quasi-totalité des entreprises étatsuniennes du secteur affichent des résultats désastreux, et que les banques réduisent drastiquement leurs engagements dans le secteur.

L’accent a été mis sur la contradiction incompréhensible qu’il y aurait à autoriser une exploration et une exploitation de ressources carbonées avec une méthode au rapport bénéfice/risques extrêmement défavorable, alors que le pays s’engage dans un processus de transition énergétique privilégiant les énergies renouvelables.

Les représentants du Collectif ont insisté également sur la totale neutralité d’une éventuelle exploitation en France du point de vue de la sacro sainte indépendance énergétique, s’agissant de ressources extraites par des sociétés très majoritairement étrangères, au moyen d’une technologie exclusivement étatsunienne, et vendues sur le marché international de Londres.

Bien évidemment, l’aspect primordial de l’impact environnemental, immédiat, mais aussi à moyen et long terme, qu’aurait une éventuelle exploitation a été fortement souligné, preuves à l’appui, par le Collectif.

La demande de MM LENOIR, Sénateur de l’Orne, & BATAILLE, Député du Nord, de recevoir du Collectif les éléments de nature à remédier à leur méconnaissance de certains aspects du dossier permettra, espérons le, de progresser vers une analyse de la question des gaz de schiste enfin objective, dégagée de la fascination pour un modèle nord-américain obsolète et non reproductible en Europe.

Plus que jamais, restons vigilants et actifs !

*Office Parlementaire d’Evaluation des Choix Scientifiques & Technologiques

Lire aussi : Gaz de schiste : La France doit maintenir une loi d’interdiction   et  Gaz et pétrole de schiste, rapport d’étape de l’OPECST un tissu de mensonges éhontés!

Alerte!  en Pologne fil info ici                      SIGNEZ LA pétition ici                            (!) Info minute revue de presse

COMMUNIQUE DE PRESSE de Collectifs français- Rapport d’étape de l’OPECST du 6 juin 2013

L’Office Parlementaire d’Évaluation des Choix Scientifiques et Technologiques (OPECST) présentait le 6 juin dernier un rapport d’étape sur les « techniques alternatives à la fracturation hydraulique pour l’exploration et l’exploitation des gaz de schiste« . Pour l’ensemble des collectifs réunis, ce rapport, très largement hors-sujet, ne traite aucunement des alternatives possibles, mais fait, au contraire, l’apologie de la fracturation hydraulique, aujourd’hui jugée comme la technique « la plus efficace et la mieux maîtrisée pour extraire les hydrocarbures non conventionnels ».

Est-ce délibérément que ces deux parlementaires ignorent une multitude d’informations pourtant peu susceptibles de subjectivité ?

On peut se poser la question de leur « lobbylisation » et de leurs incompétences conjuguées, tant les inexactitudes de ce rapport sont flagrantes et plus que nombreuses.

Sur les 75 auditions effectuées par MM. Bataille et Lenoir, 73 sont celles des pro-gaz de schiste. On ne trouve ni économiste spécialiste des emplois, ni hydro-géochimiste, ni toxicologue, ni géographe, ni démographe, ni sociologue, ni médecin… Cherchez l’erreur…ou la manipulation calculée.

On ne peut qu’avoir honte du peu de crédibilité à donner à ce rapport financé par les deniers publics et qui n’apporte aucun élément nouveau, si ce n’est un renforcement pathétique de l’argumentation du MEDEF et des « pétrogaziers ».

Les collectifs citoyens dénoncent la malhonnêteté flagrante de ce rapport d’étape, truffé de contre-vérités. On y parle de 100.000 emplois (sur la base d’une erreur de calcul d’un cabinet de lobbying), d’une liste d’additifs chimiques pour la fracturation composée de produits de grande consommation, voire quasiment « bio ». On y parle de fracturation hydraulique réalisée à de nombreuses reprises en France. Il n’y a pourtant qu’un seul vrai forage effectué dans la roche-mère et stimulé grâce à la fracturation hydraulique ! Et il ne produit (le rapport le cite) qu’un seul baril de pétrole par jour (l’indépendance énergétique de la France est en marche…). Le rapport évoque la similitude de géologie entre le Dakota et le Bassin Parisien… en oubliant les millions d’habitants dudit Bassin Parisien. De plus, la question de l’impact climatique a été évacuée en un paragraphe conclu de manière lapidaire. Ce ne sont que quelques exemples de ce rapport « bidonné » par le député Bataille et le sénateur Lenoir.

Tout est fait de manière à rendre, de façon insidieuse, l’exploration et l’exploitation des gaz et huiles de schiste et du gaz de houille « socialement acceptables ».

Exploiter ces ressources fossiles en France ou ailleurs – et ce, quelle que soit la technique – ne ferait qu’accroître nos émissions de gaz à effet de serre et nous enfoncer encore un peu plus dans la crise climatique. Il a aussi été scientifiquement prouvé que l’exploitation des gaz et huiles de schiste entraîne des contaminations de l’eau potable, des fuites importantes de méthane, des pollutions de l’air et des pathologies graves (troubles endocriniens, silicoses, cancers…) chez des personnes vivant aux abords des puits, que le vrai visage des gaz et huiles de schiste, ce sont surtout les risques et les nuisances qui y sont associés. Il est quasiment criminel de ne pas avoir traité véritablement les conséquences graves et préjudiciables aux populations dans ce rapport d’étape.

Quant à cette providence en Lorraine et dans le Nord-Pas-de-Calais en forme de « gaz de houille », de quoi parle-t-on ?

Gaz de charbon ou de couche ? Il n’y a pas d’autre technique d’extraction du méthane retenu dans les couches que la fracturation, avec les mêmes impacts que pour les gaz et huile de schiste. Nous n’en voulons pas non plus ! Et nous réitérons donc notre conviction : l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels pour la transition énergétique n’est qu’une chimère.

C’EST POURQUOI NOUS DÉNONÇONS, à nouveau et depuis toutes les régions de France, ce  pseudo rapport d’étape dont les résultats prévisibles confèrent à ses auteurs une lourde responsabilité face aux risques majeurs et avérés liés à l’éventuelle exploration et exploitation des gaz et huiles de schiste ainsi que des gaz de houille.

 CP collectifs rap int OPECST

DÉBAT AU SÉNAT 9 JUIN EN DIRECT cliquer ici                      Lire aussi:( ! ) INFO MINUTE ICI 
8 Juin: Le débat reprendra au Sénat demain matin à 9h30

DÉBAT AU SÉNAT 1er JUIN EN DIRECT cliquer ici                      
 21h30: Faute de combattants au Sénat la loi n’est pas votée ce jour!
 LA MAJORITÉ BRILLE PAR SON ABSENCE AU SÉNAT; LA LOI DE CIRCONSTANCE DEMANDÉE
 EN URGENCE PAR LE GOUVERNEMENT N’EST PAS ENCORE ADOPTÉE PAR LA « CHAMBRE HAUTE »
 A LA DEMANDE DE L’OPPOSITION LA SÉANCE EST SUSPENDUE. 
LA DATE DE LA POURSUITE DE L’EXAMEN SERA FIXÉE PAR LA CONFÉRENCE DES PRÉSIDENTS 
DU SÉNAT LE 8 JUIN.
Appel à une mobilisation rapide et spontanée Mercredi 1er juin à 13h place des terreaux à Lyon
  Communiqué de presse
  Lyon le 31 mai 2011 Alors que demain 1er Juin 2011 les sénateurs examineront le texte de la proposition de loi sur l’abrogation des permis d’exploration des huiles et gaz de schiste déjà voté par les députés, le collectif stop gaz de schiste 69 réitère son opposition à l’extraction des gaz de schiste quelque soit la méthode et dénonce l’autisme des parlementaires. Les amendements proposés visent à permettre une dérogation à l’interdiction d’exploration et d’exploitation des gaz de schiste, pour les « projets réalisés à des fins scientifiques pour évaluer la technique de la fracturation hydraulique ou d’autres alternatives techniques dans des conditions fixées par décret en Conseil d’Etat ». Une telle dérogation serait « soumise à enquête publique ».Le deuxième amendement crée une « commission nationale d’orientation, de suivi et d’évaluation des techniques d’exploration et d’exploitation des hydrocarbures liquides et gazeux » qui réunira des représentants de l’Etat, des associations, des collectivités territoriales, et des représentants des entreprises concernées.Fabien Darne du collectif affirme : « Nous nous opposons à cette méthode laquelle valide le principe de l’exploitation des hydrocarbures de roche mère sur nos territoires et contourne le débat national sur les choix énergétiques que nous réclamons. Les industriels, avec la complicité de l’Etat, sont parvenus à retourner nos représentants au parlement. Le législateur en votant cette proposition avant de partir en vacances démontre qu’il est le garant des intérêts des compagnies privées et non des citoyens ».Le collectif stop gaz de schiste 69 appelle les citoyens qui ne pourront pas être devant le Sénat à une mobilisation rapide et spontanée Mercredi 1er Juin à 13h00 place des Terreaux à Lyon !

L’exploitation du gaz de schiste ?

C’est demain et près de chez vous alors mobilisez-vous et rejoignez le collectif !

RAPPEL :
Le collectif stop gaz de schiste 69, solidaire des habitants et élus locaux des territoires où des permis d’exploration gazière ou pétrolière non conventionnelle ont déjà été octroyés, reste plus que jamais vigilant dans la région puisque 5 demandes de permis de recherche miniers concurrents ou non les uns des autres restent à ce jour recevables :

Permis dit de Lyon Annecy
Permis dit de Blyes
Permis dit de Gex Sud
Permis dit de Montfalcon
Extension du permis dit de Valence

Contact  du collectif:

presse.stopgazdeschiste69@gmail.com                    CP à télécharger au format pdf ici

https://nonaugazdeschistelyon.wordpress.com

NON C’EST NON!                                                                                                                   

                                                                                                                 Lire aussi:( ! ) Info minute ici

NUL N’EST BESOIN DE RAPPELER LA GENÈSE D’UNE MOBILISATION CITOYENNE CONTRE L’EXPLOITATION DES GAZ OU HUILE DE SCHISTE SUR LES TERRITOIRES DE FRANCE;

TOUT LE MONDE SAIT QUE LES TECHNIQUES UTILISÉES POUR UNE TELLE ENTREPRISE SONT DANGEREUSES ET COÛTEUSES;

TOUT LE MONDE SAIT QUE LE COÛT BÉNÉFICE D’UNE TELLE ENTREPRISE EST NÉGATIF SAUF A APPAUVRIR LES CONSOMMATEURS LESQUELS DEVRAIENT S’APPROVISIONNER AUPRÈS DE SOURCES MONOPOLISTIQUES DONT LES BÉNÉFICES SERAIENT REVERSÉS A QUELQUES RARES ACTIONNAIRES.

TOUT LE MONDE SAIT QUE LE PROGRÈS N’EST PAS LA POURSUITE D’ENTREPRISES DONT LES FONDEMENTS PASSÉS  VONT A L’OPPOSÉ DE RÉPONSES RAISONNABLES ET RESPONSABLES;

TOUT LE MONDE SAIT QUE CETTE MANIÈRE DE LÉGIFÉRER EN FRANCE ET EN EUROPE TEND A DEVENIR UNE SAUVEGARDE D’INTÉRÊTS PARTICULIERS PLUS QU’UNE RÉPONSE  A L’’INTÉRÊT DE LACOLLECTIVITÉ;

CELA NOUS LE REFUSONS !

NOUS REFUSONS CES MANIÈRES DE TERGIVERSER : A LA VEILLE DU 10 MAI NOUS SOMMES OPPOSES A L’EXPLORATION ET L’EXPLOITATION DES GAZ DE SCHISTE, LE LENDEMAIN NOUS VOTONS UN TEXTE EN FAVEUR DE LA RECHERCHE (la recherche en droit minier c’est l’exploration. L’exploration dans le droit minier français c’est une possibilité quasiment automatique pour les explorateurs de devenir exploitants)

NOUS REFUSONS CES MANIÈRES DE MENTIR. NOUS REFUSONS LA CORRUPTION ET LA COMPROMISSION.

L’IMAGE QUE VOUS POURRIEZ DONNER DE LA FRANCE EN VOTANT UNE LOI  DE CIRCONSTANCE, LAQUELLE AU FINAL OFFRE LA POSSIBILITÉ DE L’EXPLOITATION DES GAZ  DE SCHISTE, SERAIT UNE HONTE!

NUL N’EST BESOINS D’OPPOSER LE « CONSERVATISME FRANÇAIS » A « UNE CERTAINE RÉALITÉ DE LA MONDIALISATION« . LA RÉSISTANCE FRANÇAISE A SU DONNER LIEU A DE GRANDES ENTREPRISES. LA DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L’HOMME EST UNE ‘INVENTION’ FRANÇAISE.

LE POSITIONNEMENT DE LA FRANCE (DANS L’EUROPE ET A L’ONU) SUR LES RESSOURCES ÉNERGÉTIQUES PEUT (DOIT) EN ÊTRE UNE. IL NE S’AGIT PAS DE PRÉSERVER LE ‘FLEURON DE L’INDUSTRIE FRANÇAISE’ LAQUELLE  POURRAIT AISÉMENT SE RECONVERTIR DANS L’APPUI AUX INITIATIVES NOUVELLES, LOCALES ET EXPORTABLES.

LE GRENELLE DE L’ENVIRONNEMENT -INITIATIVE LOUABLE- FERAIT FIGURE DE FUMISTERIE S’IL ÉTAIT DÉCLINÉ PAR UNE TELLE LOI .

LE PRÉSIDENT OBAMA RENCONTRAIT CE JOUR SON HOMOLOGUE POLONAIS, IL DEVAIT AUSSI ÊTRE QUESTION DE RESSOURCES ÉNERGÉTIQUES ET DE GAZ DE SCHISTE; LA BELLE AUBAINE ! LE MYTHE DE LA GUERRE FROIDE! LAISSONS A OBAMA -ET COLLABORONS AVEC LES AMÉRICAINS SUR- UNE INITIATIVE DE PAIX EN PALESTINE; MAIS PAR PITIÉ GARDONS NOTRE INDÉPENDANCE DE JUGEMENT. NOUS N’EN SOMMES PLUS (NOUS NE DEVRIONS PLUS ÊTRE) A L’ÉPOQUE OU PLUS DE 50% DES FILMS PROJETÉS DANS NOS CINÉMAS DEVAIENT ÊTRE DES PRODUCTIONS AMÉRICAINES (conditionnalité du plan Marshall);

LA CAPACITÉ, L’INVENTIVITÉ FRANÇAISE EST EN MESURE DE NOUS PRÉSERVER ET D’ESSAIMER EN EUROPE ET DANS LE MONDE.

PETIT PAYS QUE NOUS SOMMES –ET CONSTITUE DE PETITS TERRITOIRES- POUVONS INVENTER ET PARTAGER AVEC LES TERRITOIRES D’EUROPE, D’AFRIQUE, D’ASIE, D’OCÉANIE ET D’AMÉRIQUE.  

LES MODALITÉS DE L’INDÉPENDANCE ÉNERGÉTIQUE QUE CERTAINS ÉVOQUENT SE RÉSUMENT PAR UN MENSONGE !

L’INDÉPENDANCE C’EST LE CHOIX DES PEUPLES A DISPOSER D’EUX MÊME. L’INDÉPENDANCE C’EST LA POSSIBILITÉ POUR LES HABITANTS DE FRANCE ET D’AILLEURS DE DÉCIDER DE POUVOIR PRODUIRE CE DONT ILS ONT BESOINS!

L’INDÉPENDANCE ÉNERGÉTIQUE MERITE UN DEBAT, ELLE NE SE RESUME PAS A L’OCTROI DE PERMIS D’EXPLORATION A DES ENTREPRISES AUX NOMS « EXOTIQUES » ET DEPENDANT DE GRANDS GROUPES FINANCIERS

LA MONDIALISATION EST LE PARTAGE DES CONNAISSANCES ET INITIATIVES LOCALES. ELLE N’EST PAS L’EXPLOITATION, LE TRANSPORT ET LA VENTE DE RESSOURCES DONT ON SAIT QU’ELLES SONT FINIES.

DANS LES ÉCOLES DE FRANCE DE JEUNES CITOYENS EN DEVENIR, ENTENDENT (LORSQU’ILS NE SONT PAS TROP NOMBREUX DANS UNE CLASSE)  QU’IL Y A URGENCE A CHANGER NOS COMPORTEMENTS; DANS LES UNIVERSITÉS DE FRANCE DE JEUNES GENS SE PRÉPARENT MAIS NE SE VOIENT PAS OFFRIR LES MOYENS DE LA RECHERCHE NÉCESSAIRE AU DÉVELOPPEMENT D’ÉNERGIES PROPRES.

INNOCEMMENT, NOUS RÉALISONS QUE CE MESSAGE SERA POSTÉ A LA VEILLE DU 29 MAI, 6 ANS APRÈS LE REJET PAR REFERENDUM DU PROJET DE LOI QUI DEVAIT AUTORISER « LA RATIFICATION DU TRAITE ÉTABLISSANT UNE CONSTITUTION POUR L’EUROPE ».

CE NON FRANÇAIS N’ÉTAIT PAS UN REJET DE L’EUROPE MAIS CELUI DES PRINCIPES QUI CONTINUENT DE CONDUIRE NOS COMMUNAUTÉS AU DÉSASTRE ÉCOLOGIQUE, A LA DÉPENDANCE ET AU CONFLIT.  DES PRINCIPES VALIDÉS PAR DES DÉCIDEURS QUI VONT A L’ENCONTRE DE L’ASPIRATION DES CITOYENS.

CE N’EST PAS DE CETTE GOUVERNANCE DONT NOUS VOULONS !