Articles Tagués ‘Pologne’

(!) Info minute – Revue de Presse

Ce samedi 30 Août, le polonais Donald Tusk a été « élu » par les chefs d’État et de gouvernement président du Conseil Européen. Ce grand promoteur de l’exploitation du gaz de schiste succède dans cette fonction au Belge Herman Van Rompuy.

Un promoteur du gaz de schiste à la tête de l’Europe

Donald-Tusk gaz de schisteÂgé de 57 ans, proche des milieux d’affaires et partisan de la réponse ferme vis-à-vis de la Russie, le premier ministre polonais est également connu pour un positionnement très radical en faveur du développement de la recherche et de l’exploitation des gaz de schiste dans son pays et en Europe. On se souvient qu’à la fin du printemps 2011, alors que la mobilisation contre l’exploitation des gaz de schiste faisait rage en France, M. Sarkozy alors Président et dont le pays la France assurait la Présidence de l’Europe, s’était engagé vis à vis de son successeur polonais à ne point freiner les projets miniers de son collègue polonais … avec l’espoir de promouvoir également le nucléaire en Pologne. A l’issue d’une rencontre entre les deux hommes, le premier ministre polonais déclarait : « Le président Sarkozy m’a dit qu’il n’y aurait pas d’obstacle, pas de lobbying et donc pas de problème pour la Pologne si elle se lance dans l’exploitation du gaz de schiste. C’était une déclaration très importante pour moi».

Gaz de schiste, corruption et déception en série en Pologne

D’après les estimations de l’agence américaine de l’énergie, le sous-sol polonais abriterait les premières « réserves » de gaz de schiste, ce méthane emprisonné dans la roche compacte et dont l’extraction requiert des méthodes complexes et hautement polluantes, telles que la fracturation hydraulique.

gaz de schiste forageAprès avoir accordé de nombreux permis de recherche aux majors du gaz et du pétrole, la Pologne commence à déchanter. Cette déconvenue fait suite à la frilosité des compagnies dont les recherches s’avèrent beaucoup compliquées et moins profitables qu’espérées. A partir de 2013, plusieurs d’entre elles décident de plier bagages. Au même moment éclate un premier scandale suivi de l’inculpation de plusieurs fonctionnaires pour corruption lors de procédures de répartition de licences pour la prospection et l’exploitation de gisements de gaz de schiste.

Une Europe à la botte des majors des hydrocarbures et des promoteurs des énergies fossiles ?

Alors que le Parlement européen s’est saisi plusieurs fois de la question de l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels afin de renforcer la réglementation et de mieux encadrer la recherche, la Commission de son côté – sous l’emprise du lobby industriel et financier pro-gaz de schiste, avance bon train et commence à subventionner la recherche de gaz de schiste. En outre, elle engage des fonds européens pour le développement de projets industriels tels que la construction en Pologne d’une usine de fabrication de billes de céramique pour le fracking en Europe.

On se souvient que la dernière conférence sur le climat tenue à Varsovie s’est terminée en fiasco. La nomination de Donald Tusk à la présidence de la Commission Européenne est donc une mauvaise nouvelle pour celles et ceux qui préoccupés par les questions climatiques souhaitent le développement des énergies propres et renouvelables.

Sauvegarde du principe de précaution j’écris à mon député            (!) Info minute – Revue de Presse

zurawlow occ chevrCela fait un an que le chemin d’accès au terrain que Chevron veut utiliser pour ses recherches de gaz de schiste à Zurawlow est bloqué. Rappelons les faits: ce 3 Juin 2013, à 6h00 du matin, une entreprise débarque sans les autorisations requises pour démarrer un chantier et clôturer un champ. Les paysans se mobilisent immédiatement et empêchent l’érection de cette clôture.

Un an de résistance par tous les temps. Un an de surveillance permanente des habitants par une société de sécurité privée payée par Chevron. Un an de brimade et pression de la part de la société Chevron qui écrit aux autorités locales et au habitants en les menaçant de pénalité énormes si les travaux ne peuvent être engagés librement par la multinationale. Un an que les habitants réclament un accès à tous les documents concernant les autorisations et projet de travaux prévus sur leurs terres. 365 jours pendant lesquels le gouvernement sourd à la mobilisation des agriculteurs pour la préservation de la terre nourricière poursuit son plan d’investissement dans la recherche de gaz de schiste. Alors même que de nombreuses majors ont quitté la Pologne après bien des déboires. Ces compagnies pétro-gazières ont trouvé la nature du sous-sol bien difficile à exploiter, la rentabilité n’est pas au rendez-vous.

Et pourtant Chevron persiste et signe en trainant les habitants au tribunal.

Et pourtant les habitants persistent dans leur résistance face à cet envahisseur qui n’a que faire des terres agricoles si ce n’est de les forer à la recherche d’un gaz naturel dont la population ne tirera pas profit au risque de polluer les ressources en eau.

Les habitants de Zurawlow sans protection, dans un combat légitime, ne peuvent compter que sur eux-mêmes pour se défendre.

OccupyChevron since June 3 2013 : Le blog en français de cette lutte polonaise

Révision du code minier : Pétition                                                        (!) Info minute – Revue de Presse

VARSOVIE , le 27 mai ( d’après Reuters ) – La société polonaise Baltic Ceramics Investments émet des actions pour aider à financer la construction d’une usine qui devrait fabriquer des produits de haute technologie utilisés dans la fracturation hydraulique. Une telle usine viendrait renforcer le potentiel de développement du gaz de schiste en Europe de l’Est.

ceramique fracturation hydrauliqueLa société prévoit de produire des agents de soutènement en céramique, des billes sphériques minuscules et presque indestructibles qui sont injectées sous terre lors des opérations de fracturation hydraulique mises en œuvre pour libérer les hydrocarbures (pétroles ou gaz de schiste) piégés dans la roche mère.

«Nous aurons la première usine de ce type dans l’Union européenne ,  » a déclaré Dariusz Janus, dirigeant d’IndygoTech Minerals , la holding qui contrôle Baltic Ceramics Investments . Ces agents de soutènement en céramique, qui peuvent résister à des températures et des pressions très élevées, sont utilisés pour maintenir ouvertes les fractures dans la roche de schiste, ce qui est nécessaire dans les gisements difficiles à exploiter, ce qui est le cas en Pologne selon les experts.

Plus de 50 puits exploratoires de gaz de schiste ont été forés jusqu’à présent en Pologne, et les experts indiquent que des dizaines d’autres sont nécessaires pour déterminer si la production commerciale à grande échelle du gaz de schiste est viable. Ceci représente des millions de dollars de dépenses d’exploration, ce qui amené United Oilfield Services à ouvrir une base logistique en Pologne en Août dernier. Le géant américain Halliburton est également en train de construire un centre pour ses opérations polonaises.

Baltic Ceramics souhaite voir l’usine fonctionner l’année avant la fin de l’année 2015. Elle a réussi des essais aux États-Unis ce qui l’a amenée à commander des équipements pour l’usine. La société a reçu un financement de 11 millions de dollars de l’Union européenne , et un autre de 4 millions de dollars de fonds publics de la Pologne « pour stimuler l’innovation ». L’émission de 3,4 millions de dollars en actions viendra compléter le financement du projet dont le montant total est estimé à  plus 33 Millions d’Euros.

D’autres pays d’Europe orientale, comme la Roumanie et l’Ukraine , cherchent à développer le gaz de schiste , ce qui ajoute à la demande potentielle de services et de fournitures.

PERSPECTIVES

gaz de schiste fracking fracturation hydrauliqueBaltic Ceramics vise la production de 135 000 tonnes de produits de soutènement par an , soit environ 5 pour cent de la demande mondiale. La société affirme posséder suffisamment de matières premières pour couvrir jusqu’à 80 années de production.  » Nous avons déjà des demandes venant de compagnies de recherche de gaz de schiste en Pologne, en Roumanie, en Ukraine et en Grande-Bretagne » ajoute le dirigeant de Baltic Ceramics. La demande pour ces agents de soutènement en céramique a fortement augmenté ces dernières années suite au boom du pétrole et gaz de schiste aux États-Unis. Pour la société polonaise, la rentabilité sera atteinte si la production annuelle reste au dessus de 25 000 tonnes. Cette usine sera installée à Lubsko à l’Ouest de la Pologne non loin de la frontière avec l’Allemagne.

Par ailleurs la crise Russie – Ukraine produit une pression sur la Pologne et le reste de l’Union européenne pour réduire la dépendance aux importations de gaz russe. Janus affirme que cette situation politique est « très favorable » pour l’entreprise. Il ajoute que le principal atout de Baltic Ceramics est sa localisation en Pologne, ce qui lui permettra de fournir aux opérateurs en Europe des agents de soutènement en céramique nettement plus rapidement et à meilleur prix que les sociétés telles que Carbo Ceramics ou Imerys qui les produisent aux États-Unis.

La Pologne avait l’ambition de reproduire le boom du schiste américain, mais une révision à la baisse des estimations de ses réserves de gaz, des conditions géologiques plus difficiles qu’aux États-Unis et le départ de nombreuses majors mettent en doute ses perspectives de « révolution du gaz de schiste ».

Article repris ici avec la très aimable autorisation de son auteure, la journaliste

Un ancien dirigeant du groupe pétrolier américain Mobil Oil explique son opposition radicale aux forages de gaz et d’huile de schiste. Il pointe les pollutions massives, l’impact important sur le climat, les ressources limitées et appelle à sortir des énergies fossiles.

Au temps de la guerre froide, on l’aurait qualifié de transfuge. Ancien vice-président exécutif du groupe pétrolier Mobil Oil, Louis Allstadt est devenu un opposant résolu à l’exploitation des gaz et des pétroles de schiste (voir par exemple ici cette audition publique). Aujourd’hui retraité, il a dirigé des opérations d’exploration et de production de l’entreprise après avoir été en charge de ses activités d’approvisionnement, de commerce et de transport pour le monde. Il a également supervisé, côté Mobil, la fusion de son entreprise avec la société Exxon – Exxon Mobil est aujourd’hui l’un des plus grands groupes mondiaux. Au total, Louis Allstadt a travaillé trente et un ans dans les hydrocarbures.

Mediapart a pu l’interroger pendant près d’une heure, par Skype et en public, dans le cadre d’une discussion qui a suivi la projection du film de Lech Kowalski Holy Field Holy War (voir ici), début avril. Nous publions ci-dessous la retranscription de cette conversation, complétée par un échange par email.

Dans cet entretien, il s’inquiète en particulier des fuites de méthane, un puissant gaz à effet de serre, lors des forages de gaz de schiste. Des chercheurs viennent de mesurer des taux de fuite très supérieurs aux estimations de l’agence américaine de protection de l’environnement (voir ici leur article).

Pourquoi vous opposez-vous à l’exploration et l’exploitation des gaz de schiste, vous, un ancien cadre dirigeant de l’industrie pétrolière ?  

Louis Allstadt. J’ai pris ma retraite de l’industrie pétrolière et gazière en 2000. Je n’ai aucune intention de travailler de nouveau dans ce secteur. Il y a six ans environ, des amis m’ont demandé s’il était possible de forer en toute sécurité des puits de gaz à seulement 150 mètres du lac qui fournit l’eau potable de notre village. J’ai d’abord trouvé très étrange de vouloir forer aussi près.

Puis je me suis plongé dans les différences technologiques entre la fracturation hydraulique et les méthodes des forages conventionnels. La fracturation hydraulique utilise de 50 à 100 fois plus d’eau et de produits chimiques que les anciens forages conventionnels. Son infrastructure industrielle est aussi beaucoup plus importante. Le problème des déchets est majeur : il faut environ 20 millions de litres d’eau et environ 200 000 litres de produits chimiques pour fracturer. Un tiers environ de ces liquides ressort du puits chargé de métaux lourds. Ce sont des déchets toxiques et pour une part radioactifs. Le lien a été fait entre leur stockage sous pression, dans les puits d’injection, et des tremblements de terre à proximité. La moindre fuite crée un sérieux problème aux réserves d’eau potable.

Les riverains de forages par fracturation hydraulique sont victimes de nuisances importantes. Il existe des procédés de recyclage de l’eau usée qui permettent de consommer 30 % d’eau « fraîche » en moins. Mais il faut quand même énormément d’eau. Des progrès ont aussi été accomplis dans la réalisation des puits, permettant de réduire les fuites de méthane. Mais ces améliorations sont bien faibles au regard de la force brutale de cette technologie.

Au bout de quelques années, je suis arrivé à la conclusion que cette technologie ne peut pas être utilisée sans dommage, en particulier à proximité de là où des gens vivent et travaillent. Or je me suis rendu compte que les réglementations étaient très limitées. La loi américaine autorise par exemple les exploitants à garder secrète la composition des produits chimiques qu’ils utilisent pour forer. Elle autorise également les forages très près des écoles et des bâtiments publics. J’espère donc que vous aurez de bien meilleures lois que nous.

À quoi servent les gaz et huile de schiste aux États-Unis ?

Le gaz de schiste n’est pas différent du gaz conventionnel. C’est chimiquement la même chose. Pareil pour le pétrole. Le gaz, qu’il provienne d’un forage par fracturation hydraulique ou d’un forage conventionnel, passe par les mêmes tuyaux, les mêmes gazoducs et sert de la même manière au chauffage des logements, à produire de l’électricité, à cuisiner. Aujourd’hui les principales sources d’énergie aux États-Unis sont le pétrole, qui sert principalement dans les transports (essence, diesel, carburant aérien) et un peu pour le chauffage. Le charbon est utilisé pour produire de l’électricité. Les pourcentages des unes et des autres varient en fonction des régions américaines.

L’électricité est beaucoup produite à partir de charbon aux États-Unis, ressource qui émet énormément de gaz à effet de serre, plus que le gaz. Or l’un des arguments des pro-gaz de schiste est d’affirmer que cette méthode réduit l’impact climatique de la production d’énergie. Que leur répondez-vous ? 

Si vous brûlez tout le gaz, vous émettez moins de dioxyde de carbone qu’avec le charbon. Le problème, c’est qu’une grande partie de ce gaz fuit et s’échappe dans l’atmosphère sous forme de méthane, qui est 80 à 100 fois pire, en pouvoir de réchauffement, que le CO2 pendant les vingt ans qui suivent son rejet. Ces fuites sont un gros problème. Et elles rendent en réalité le gaz pire que le charbon. Des études sur les champs de production indiquent un taux de fuite dans l’atmosphère qui peut atteindre 6 %. Sous les rues des grandes villes, les vieux tuyaux qui fournissent le gaz aux logements et aux bâtiments fuient quant à eux de 3 à 5 %. S’y ajoutent les fuites des stations de compression, et celles qui se produisent chaque fois que vous allumez votre gazinière. Or il suffit de 1 à 1,5 % de fuite pour que le recours au gaz soit aussi mauvais que le charbon en matière d’émission de gaz à effet de serre.

Donc, même s’il semble que brûler du gaz soit plus propre que brûler du charbon, c’est faux. On ne le sait que depuis ces dernières années. Je dois dire que cela m’a surpris lorsque je l’ai découvert. Tous les tests réalisés jusqu’ici indiquent que nous avons un très gros problème.

L’exploitation du gaz et des huiles de schiste constitue une activité importante aux États-Unis aujourd’hui. L’Europe peut-elle être un nouvel eldorado ?

Action Dindons Jouarre pétrole de schisteVous pouvez probablement apprendre de ce qui s’est passé aux États-Unis. Au départ, les entreprises gazières prétendaient que là où il y a du gaz de schiste, vous pouvez bâtir un puits et en extraire du gaz. Pendant quelques années, des puits de forage sont effectivement apparus là où se trouvaient des gisements de gaz. Ce qu’on a découvert, c’est que ce gaz n’est pas présent partout dans le sous-sol, mais seulement en quelques endroits d’un potentiel gisement, ce qu’on appelle des « sweet spots », des « parties tendres ». Donc l’exploitant qui tombe sur une « partie tendre » peut très bien s’en sortir. Mais ceux qui ne les ont pas trouvées ne s’en sortent pas si bien.

Par ailleurs, les premières estimations de l’étendue des réserves gazières ont été très surestimées. Au départ, il se disait que les États-Unis pouvaient avoir dans leur sous-sol l’équivalent de cent ans de consommation de gaz. Maintenant, on ne parle plus que de vingt ans ou moins. Je ne connais pas précisément la situation des réserves européennes. Mais je crois qu’il va se passer la même chose que pour le reste des extractions de minerais : le produit est concentré en certains rares endroits, et il ne sera pas rentable d’exploiter le reste. Regardez la décision que vient de prendre Shell, un des plus gros groupes pétroliers au monde : ils réduisent leur engagement financier et en main-d’œuvre aux États-Unis dans le pétrole de schiste. C’est emblématique des difficultés rencontrées par d’autre majors (voir ici à ce sujet, ndlr).

Autre argument des défenseurs des forages de gaz et de pétrole de schiste : permettre l’indépendance énergétique des États-Unis. N’est-ce pas à vos yeux un horizon qui compte ?

Prise de vue depuis le campement d'Occupy Chevron en Pologne.C’est ce que disaient les entreprises au départ. Elles le disent toujours parfois. Mais cet argument ne se justifie vraiment pas. Les puits de pétrole et de gaz de schiste s’épuisent très vite. En un an, la rentabilité peut décliner de 60 %, alors que les gisements conventionnels de gaz déclinent lentement et peuvent rester productifs 40 ans après le début du forage.

L’autre aspect, c’est que les forages visent les « parties tendres ». Quand elles sont épuisées, d’autres emplacements moins productifs doivent être forés. Cela ne semble pas promettre des horizons d’indépendance énergétique aux États-Unis. Au contraire, je pense qu’ils vont recommencer à importer du gaz d’ici la fin de la décennie. Les États-Unis ne sont pas indépendants énergétiquement et ne le deviendront pas grâce aux forages de gaz et d’huile de schiste. Même s’ils deviennent le plus gros producteur mondial de pétrole, ils continueront à en importer d’énormes quantités.

Quant aux emplois créés, ils ne bénéficient pas aux riverains des forages, mais profitent à des spécialistes venus du Texas ou d’Oklahoma ou d’ailleurs, qui ne restent que tant que dure le forage, et partent ensuite. Ils sont en général de courte durée. 

Si le bilan des gaz et huile de schiste est si mauvais, pourquoi l’exploitation se poursuit-elle aux États-Unis et pourquoi Barack Obama en fait-il une telle promotion, notamment lors de son voyage officiel en Europe le mois dernier ?

Je pense que la position du président Obama est fortement influencée par son nouveau secrétaire à l’énergie, Ernest Monizqui est favorable à la fracturation hydraulique. Par ailleurs, l’information sur la quantité des fuites de méthane dans l’atmosphère et leur impact sur le climat est relativement récente. Il faut du temps aux gouvernements pour absorber l’information et changer de stratégie.

C’est aussi une question géopolitique en lien avec ce qui se passe aujourd’hui en Ukraine. Je serais surpris que les États-Unis exportent de grandes quantités de gaz. Certaines entreprises veulent en exporter, sous forme de gaz naturel liquéfié (GNL), parce que le prix du gaz est plus élevé en Europe et en Asie. Mais je n’y crois pas. Nous n’avons pas à ce jour de terminal d’exportation gazière. Peut-être un ou deux seront construits un jour, mais ils coûteraient beaucoup d’argent. Le transport par mer de gaz liquéfié coûte aussi très cher. Ce serait donc un investissement très risqué. Il n’y aura pas assez de gaz pour maintenir une activité d’exportation sur le long terme.

En France et en Europe on parle beaucoup de transition énergétique. Les États-Unis pourraient-ils répondre à leurs besoins d’énergie sans les gaz et huiles de schiste ?

La clé à long terme, c’est le passage aux énergies renouvelables : éolien, solaire, hydraulique. C’est la seule solution. Les hydrocarbures faciles et bon marché ont déjà été exploités. Il ne reste plus que les gaz et huile de schiste – mais leur production va décliner – et les gisements non conventionnels, en eau profonde et dans l’Arctique – mais ils coûtent extrêmement cher. Les renouvelables doivent donc très vite commencer à remplacer les fossiles. 

Si vous prenez en compte les externalités des carburants fossiles (le coût de leurs impacts sur l’environnement, ndlr), le coût important de la protection des régions côtières, des inondations, et des autres effets du dérèglement climatique, les énergies renouvelables sont d’ores et déjà compétitives. Car avec les hydrocarbures, il faut payer deux fois : une fois à l’achat, et ensuite en impôts pour rembourser les dommages qu’ils causent.

L’opinion publique américaine est-elle favorable ou opposée aux gaz et huiles de schiste ?

Aux États-Unis, les sondages peuvent dire tout et son contraire. Sur les études les plus crédibles, il semble qu’environ 40 % des personnes interrogées sont opposées à la fracturation hydraulique, environ 40 % y sont favorables et 20 % indécises. Il faut comprendre qu’aux États-Unis, les propriétaires fonciers sont aussi les détenteurs des droits miniers. Si bien que les propriétaires de terres ont tendance à être favorables aux forages des gaz de schiste car ils y peuvent toucher des droits et des recettes grâce à la location de leurs terres. C’est différent dans la plupart des autres pays. Les voisins de forages de gaz de schiste qui ne possèdent pas beaucoup de terrain ont tendance à s’inquiéter du sort des déchets issus de ces forages. Ainsi que du trafic routier intense des camions qui vont et viennent des puits. 

Vous considérez-vous comme un lanceur d’alerte ?

Je ne m’étais pas formulé les choses ainsi. Peut-être. Sauf que je ne dis rien qui ne soit déjà bien connu dans l’industrie des hydrocarbures, ce qui ne correspond donc pas à la définition exacte de ce qu’est un lanceur d’alerte.

Comment l’industrie énergétique a-t-elle réagi à vos déclarations ?

Ils ont été étonnamment silencieux. Ils n’ont rien répondu, en fait.

Vous semblez être passé d’une critique des gaz et huiles de schiste à une critique plus générale de l’utilisation des énergies fossiles en raison de leurs effets néfastes sur le climat.  

Tout à fait. Je me suis d’abord inquiété des effets locaux des exploitations des gaz de schiste là où j’habitais. Puis au fil des ans, je me suis beaucoup moins inquiété pour les forages car les recherches indiquent que les réserves ne sont vraisemblablement pas si importantes. Je suis aujourd’hui beaucoup plus inquiet des effets des gaz et huiles de schiste sur le dérèglement climatique. Peu importe où vous forez, peu importe d’où vous émettez : les gaz rejetés vont dans l’atmosphère et créent un problème pour nous tous, quel que soit votre lieu de vie.

Pensez-vous qu’il faut aujourd’hui sortir du pétrole ?

Ce n’est pas si simple d’en sortir. Cela prendra du temps. Mais nous devons commencer à emprunter cette voie. Les coûts des renouvelables baissent. Leur viabilité augmente assez vite. Notre approvisionnement énergétique doit changer. Nous devons remplacer les énergies fossiles aussi vite que possible par les renouvelables.

Cet entretien a eu lieu par skype et en public le 2 avril dernier, au cinéma l’Entrepôt à Paris.

Remerciements à Lech Kowalski, Odile Allard et au cinéma l’Entrepôt pour l’organisation de cette discussion. Merci également à Émilie Saada pour la traduction. 

ARTICLE PUBLIE ICI SUR MEDIAPART.

Révision du code minier : Pétition                                                                   (!) Info minute – Revue de Presse

LA POLOGNE « ELDORADO DU GAZ DE SCHISTE »?

europe-full-a-pologne-enTotal n’a pas renouvelé son unique permis d’exploration de gaz de schiste en Pologne, devenant ainsi la cinquième compagnie pétrolière internationale à renoncer, a annoncé le ministère polonais de l’Environnement. « Total avait un permis d’exploitation dans l’est de la Pologne, près de Chelm, qui a expiré le 1er avril« , a déclaré à Reuter Pawel Mikusek, porte-parole du ministère de l’Environnement. « Ils ne l’ont pas renouvelé. »

On s’en souvient la Pologne avait lancé il y a trois ans déjà son offensive dans le gaz de schiste. Le Premier ministre Donald Tusk promettait à l’époque, non sans avoir bafoué la réglementation européenne en matière d’attribution de marché, une exploitation à l’échelle commerciale pour 2014,

Que ne promettait-on pas il y a trois ans : La Pologne « première réserve de gaz de schiste d’Europe« , suivie de la France. De véritable gisements hydrocarbures dignes du pétrole du Qatar sous nos pieds!

Mais la révision à la baisse des réserves de gaz, un environnement réglementaire flou et les premiers résultats médiocres des quelques forages effectués ont eu raison de l’engagement des compagnies américaines Marathon Oil, Talisman Energy et Exxon Mobil ainsi que de l’italienne Eni.

tumblr_occupychevronzurawlowCes défections successives laissent Chevron seul en lice pour explorer le sous-sol polonais à la recherche de gaz de schiste. Dans l’Est de la Pologne dans des régions agricoles, comme à Zurawlow, il existe des paysans qui résistent contre l’intrusion de Chevron sur leurs terres.

A l’heure où le GIEC sort son 5° rapport encore plus alarmant que les 4 premiers, il est grand temps que la plaisanterie cesse et que la riche Europe serve de modèle en engageant tout de suite une vigoureuse et vitale transition énergétique.

(!) Info minute – Revue de Presse

Vite dit, avec « l’Echo des Forages » Haute-Savoie, Bulletin N°10

Les gaz de schiste ça tue, ça pollue, et ça perd de l’argent !
  • GAZ DE SCHISTE USA 4La révolution des huiles et du gaz non conventionnels a eu un effet minime sur l’économie des Etats-Unis (on prévoit 0,84% de croissance pour l’ensemble de la période entre 2012 et 2035 soit 0,04% une relance astronomique du modèle économique que qu’aucun imagine encore pouvoir faire perdurer). En Europe, les effets potentiels seraient plus maigres encore, selon l’Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI)(4).
Et pourtant «ils» en veulent toujours !
  • Le Conseil national de l’industrie (CNI) a exhorté le gouvernement français à assurer « un coût de l’énergie compétitif » pour ce secteur en France et a également plaidé pour le gaz de schiste, lors de la remise le 13 mars de son rapport annuel (7).
  • Markus Beyrer, le secrétaire général de l’organisation patronale européenne, BusinessEurope, a demandé aux chefs d’État européens de prendre du recul sur la question de l’exploration et de l’extraction des gisements de gaz de schiste en Europe. Ce gaz pourrait, selon lui, assurer l’indépendance énergétique du continent (8) …contrairement à l’avis des experts de l’Union Européenne pour lesquels « le meilleur des scénarios pour le développement du gaz de schiste en Europe est celui dans lequel il pallie le déclin de la production de gaz conventionnel, maintenant une dépendance vis-à-vis des importations de l’ordre de 60% » (9)».
La faute à Poutine…
  • TTIPIl a ajouté que les licences d’exportation de gaz naturel liquéfié en provenance des USA – autrement dit du gaz de schiste – seraient encore plus faciles à obtenir si le TTIP (Grand Marché Transatlantique en Français) était en vigueur.
  • En France il est bon de rappeler que nous n’importons que 16% de notre gaz de Russie, l’essentiel venant de Norvège (42%) puis des Pays Bas (16%), de l’Algérie (9%) et divers autres pays.
Et le silence du gouvernement français est assourdissant !
Le gaz de schiste ça n’est pas fini, agissons!nonaugds
Ils le disent par le Cinéma

Le gaz de schiste, un gisement de cinéma. Deux films sortent au même moment

  • L’un (« No Gazaran » de Doris Buttignol et Carole Menduni) raconte le naissance du mouvement d’opposition au gaz de schiste en France
  • L’autre (« Holy field Holy War » de Lech Kowalski) nous emmène dans cette Pologne où les paysans sont confrontés aux menaces de font peser agro-business et gaz de schiste

Voir ces films et débattre: Des informations sur la programmation dans les salles en Rhône-Alpes dans notre calendrier du menu de gauche sur cette page)

______________________________

(1) http://www.observatorulph.ro/exclusiv/37592-dezvaluiri-despre-cazul-copilului-ucis-de-gazele-sondei-omv
(2) http://www.salfordstar.com/article.asp?id=2196
(3) http://naturealerte.blogspot.fr/2014/03/11032014usa-gaz-de-schiste-une-premiere.html
(4) https://stopgazdeschiste.org/economie/les-gaz-de-schiste-ne-sauveront-pas-leurope/
(5) http://m.lesechos.fr/redirect_article.php?id=0203389787838&fw=1
(6) http://www.bastamag.net/Union-europeenne-pas-d-etude-d
(7) http://www.dhnet.be/dernieres-depeches/afp/le-conseil-national-de-l-industrie-demande-une-energie-moins-chere-en-france-53220e5035701fd1bcccf4ae
(8) http://m.euractiv.com/details.php?lang=fr&aid=534161
(9) http://ec.europa.eu/dgs/jrc/downloads/jrc_report_2012_09_unconventional_gas.pdf
(10) http://www.europaforum.public.lu/fr/actualites/2014/03/sommet-ue-usa/index.html
(11) Article publié sur Ecowatch le 13 mars, 2014 – Titre original «200+ Groups Tell Congress and Obama : Reject Fast-Tracking Exports of Fracked Gas Overseas(1)»
(12) http://www.actu-environnement.com/ae/news/accord-libre-echange-ue-usa-fracturation-hydraulique-21093.php4

 

 

ALERTE ! 8 Nov. Allemagne accord CDU SPD moratoire  sur le fracking   (!) Info minute – Revue de Presse

Réflexion sur la valeur d’une maison sans eau

Lisez cette histoire qui peut bientôt devenir la vôtre. Vous n’êtes pas un agriculteur qui s’est laissé embobiner par la propagande du gouvernement polonais vénal. Vous n’avez pas signé un contrat de location de votre sol avec une petite société qui peut à tout moment faire faillite, mais qui sert d’écran à une puissante multinationale.

Vous êtes simplement propriétaire d’une résidence principale ou secondaire, avec un modeste verger, située dans un endroit bucolique, et vous vous sentez à l’abri de tout aléa de l’industrie des gaz et pétrole de schiste. Pourtant tout peut basculer, comme le montre cette histoire arrivée à Ugoszcz, un petit village de Mazovie a quatre-vingt-dix kilomètres de Varsovie.

TÉMOIGNAGE

chalet pologneJe suis propriétaire d’une chalet dans la forêt au bord de la rivière Bug. En 2011 déjà, je m’étais aperçu que, chaque fois que je m’absentais quelques semaines, l’eau qui s’écoulait du robinet était brunâtre et grasse durant une demi-heure. Ensuite la cuisine sentait longtemps le gaz. Tout d’abord, j’ai pense que ma bouteille de gaz n’était plus étanche. Mais comme on pouvait sentir la même odeur à différents endroits dans la forêt alentour, j’ai commence a penser au gaz de schiste et j’ai cherché des renseignements.

Au printemps 2012, lorsque j’ai mis en marche la pompe qui puisait l’eau à dix-huit mètres de profondeur, une détonation s’est produite, déchirant le tuyau en caoutchouc armé. On sentait le gaz partout. J’ai décidé d’acheter une nouvelle installation.

En été de la même année, j’ai assisté à un autre phénomène étrange. J’étais à l’intérieur, assis sur un escabeau lorsqu’une secousse s’est produite, suffisamment forte pour me faire tomber par terre. Ma maison est construite en bois, donc elle a résisté ; une construction en dur se serait certainement fissurée. A partir de ce moment le filet d’eau n’a cessé de s’amenuiser pour disparaître complètement au printemps 2013. Mon installation ne fonctionnait plus. Visiblement la nappe souterraine dont je puisais l’eau depuis quinze ans à la profondeur de dix-huit mètres a cessé d’exister. Plus tard j’ai appris que les entreprises effectuant l’exploration du gaz de schiste utilisent des explosifs à une grande profondeur.

Depuis des années j’avais le projet d’emménager définitivement dans ma maison d’Ugoszcz. Mais, n’ayant plus d’accès à l’eau, je suis obligé de demander un branchement sur le réseau de distribution du village. Comme mon terrain est assez éloigné du centre du village, cela va être très coûteux. La mairie a refusé toute participation aux frais de ce branchement.

pologne-Il y a quelques années, dans le ruisseau à proximité on avait introduit plusieurs familles de castors, qui ont tous disparu l’été dernier, tout comme les poissons et les écrevisses. J’observe aussi la disparition des abeilles – mes arbres n’ont pas donné de fruits cette année : pas une seule prune, pas une seule pomme dans le verger. Jamais encore une telle chose ne s’était produite.

Forage hydrocarbure foretLe puits de forage se trouve à quelques 4 kilomètres de ma maison et il n’est plus en action. Il est situé en pleine forêt, dans le triangle formé par les villages de Treblinka –Maliszewa – Lipki. Les chemins forestiers y sont défoncés par les passages de lourds engins et on avait déversé des centaines de tonnes de boue parmi les arbres. Je ne pouvais pas pénétrer sur le terrain : les roues de ma moto s’y enfonçaient jusqu’aux essieux. Et il y a peu de temps cet endroit était si beau et si propre…

J’ai découvert aussi un deuxième puits, pas loin du lieu-dit Zlotki Kolonia. Des engins foraient le sol en rejetant une boue sale qui coulait sur le sentier dans la forêt.

Il y a trois ans, les agriculteurs du lieu ont essayé de chasser l’équipe dont les gros camions se déplaçaient lentement près du village en émettant de puissantes vibrations vers le sol. Je me demande aussi comment cet empoisonnement influe sur les animaux des fermes. Les vaches pour la plupart boivent l’eau du ruisseau Ugoszczanka, et les cochons sont abreuvés avec l’eau des puits, et non celle du réseau commun.

Enfin, je ne comprends pas pourquoi le pouvoir autorise une destruction aussi barbare de l’environnement et des gens. L’appât du gain les aurait-il rendus complètement aveugles ?

Z.S.

—————————————————————————————————————

La situation décrite met en exergue tous les signes d’une catastrophe écologique à une échelle encore non estimée. Ni l’eau des puits, ni celle du réseau, n’a été analysée. Ceci illustre bien comment les entreprises négligent les régulations en place.

De très importants dédommagements auraient dû être versés à l’auteur de ce témoignage, comme aux agriculteurs des environs de Zamosc, privés depuis 2 ans d’eau potable… Comme à de très nombreuses autres personnes, victimes de forages d’exploration, sans même parler d’exploitation ! Il semble acquis que ce sont les Polonais qui paieront les frais de cette catastrophe, et non les multinationales coupables qui ont obtenu la bénédiction du gouvernement de M.Tusk et de la Diète.

Les concessions pour les forages gaziers dans le shale ont été attribuées sans aucune procédure, sans appel d’offre. Les bénéficiaires en sont non pas des multinationales connues, mais de petites sociétés-écrans, enregistrées en Pologne pour la circonstance : elles ont toutes un nom à rallonge (avec celui de la multinationale disparaissant au milieu) et un capital social réduit au minimum, ceci pour ne pas avoir à répondre aux demandes de dédommagements.

C’est une nouvelle colonisation du pays, encore une, après l’industrie et le système bancaire. La plus dangereuse pourtant, puisqu’elle détruit l’essence même du pays : son environnement, son eau potable, la santé de ses habitants.

Inutile d’ajouter qu’AUCUNE compagnie d’assurances ne consentira à prendre en charge vos risques liés aux forages, tout comme ceux liés à l’énergie nucléaire.

Teresa Jakubowska, Octobre 2013

(!) Info minute – Revue de Presse

Grand débat citoyen à venir, sujet de discorde, de lobbying, de fausses et de contre-informations, de vastes illusions – fantasme d’indépendance énergétique ou manne financière : nous voici en plein cœur de la réflexion qui tourne autour de l’exploitation ou non du gaz de schiste. État des lieux d’un débat qui ne fait que commencer.

La 27ième édition du festival Cinéma & Sciences « A nous de voir » consacre une soirée à cette question de société qui dépasse largement la seule question technique d’une composante d’un choix énergétique.  Le vendredi 29 Novembre à 20heures, au Théâtre de la Renaissance, 7 rue Orsel – 69600 Oullins

EN PRÉSENCE DE : Lech Kowalski, réalisateur – Holy Field Holy War,
Odile Allard, productrice,
Thomas Porcher, économiste, spécialisé en marché des matières premières,
Jacques Cambon, ingénieur hydrologue et coprésident du collectif « Non au gaz de schiste des Pays de Savoie et de l’Ain »

EN AVANT PREMIÈRE HOLY FIELD HOLY WAR LECH KOWALSKI 2013 / FRANCE, POLOGNE / 105’
REVOLT CINEMA
holy-field holy WarExplorant le paysage en apparence calme de la campagne polonaise, terre d’élection pour les forages de gaz de schiste, le réalisateur prend le temps de rencontrer les habitants et recueille leurs témoignages, leur colère aussi. Face à la pollution, déjà présente, les terres malmenées, le mensonge des autorités, la lutte semble inégale, perdue d’avance. Le cinéaste part en guerre du côté des perdants annoncés. Il scrute les paysages, immensité des champs à perte de vue en forme de déclaration d’amour à cette terre avant liquidation par effondrement.

PAYSAGE AVEC LUTTE COLLECTIF 2011 / FRANCE / 43’
ARDÈCHE IMAGES ASSOCIATION, UNIVERSITÉ STENDHAL GRENOBLE 3
ardecheimagesPaysage avec lutte est un film réalisé collectivement autour de la mobilisation contre les forages de gaz de schiste en Ardèche méridionale. Les étudiants-réalisateurs se sont intéressés au sentiment de liberté dans la soudaine prise de position des personnes qu’ils ont rencontrées autour de cette lutte. Dans une rupture du quotidien, la question de la relation à la terre est évoquée : elle a rassemblé écologistes autant que chasseurs et paysans…

Film collectif issu de la formation du Master 2  Documentaire de création (option réalisation) de Lussas / promotion 2010-2011

VOIR LE TEASER DU FESTIVAL

 Au Théâtre de la Renaissance, 7 rue Orsel – Oullins / 04 72 39 74 93 / contact@anousdevoir.com / WWW.ANOUSDEVOIR.COM

 ENTRÉE SUR PARTICIPATION LIBRE – RÉSERVATION CONSEILLÉE

Téléchargez, affichez, distribuez la fiche d’information sur cette soirée