Archives de la catégorie ‘Uncategorized’

PLUS QU’UN ACCORD DE LIBRE ÉCHANGE…

TTIPLTTIP-e Partenariat transatlantique pour le commerce et l’investissement n’est pas un simple accord de libre échange pour abaisser les droits de douane entre l’Union Européenne et les États Unis. Ce que négocie dans l’opacité la Commission Européenne, suite au mandat donné par tous les gouvernements de l’Union (dont le nôtre, bien entendu !), c’est une « convergence réglementaire », pour la suppression des normes « non nécessaires » ou « non raisonnables », existantes ou à venir. Et il n’est pas bien raisonnable de refuser les gaz de schiste ou les OGM, n’est-ce pas ?
Il s’agit donc d’harmoniser par le bas les normes sociales, environnementales, alimentaires, sanitaires, afin de protéger l’investissement de formes « d’expropriation indirecte » provoquées par des réglementations politiques qui nuisent à l’expansion des firmes et de leurs profits.

…UNE MISE DES ÉTATS SOUS LA TUTELLE DES MULTINATIONALES !

Autrement dit le pétrolier américain, qui verra le profit qu’il espérait faire en France être empêché par la loi interdisant la fracturation hydraulique pour l’extraction des hydrocarbures, pourra porter plainte contre l’état français devant un « forum d’ d’arbitrage indépendant », c’est-à-dire jugeant selon les normes ultralibérales ! Cela se fait déjà dans le cadre de l’ALENA (le frère ainé du TTIP, conclu entre les USA, le Canada et le Mexique) : par exemple, le pétrolier Lone Pine réclame 250 millions de dollars au Canada suite au moratoire sur l’exploitation des gaz de schiste du Québec.

LA FIN DU BIO ET DES CIRCUITS COURTS…

Et bien entendu, les dégâts ne se limiteront pas aux gaz de schiste : boeuf aux hormones, cultures OGM, poulets lavés au chlore, etc. pourront tranquillement envahir notre marché. Il ne sera même plus possible à un maire de demander dans un appel d’offre que la cantine scolaire soit approvisionnée en bio de proximité : ce serait une « mesure discriminatoire ».

…ET LA FIN DE NOTRE MODÈLE SOCIAL !

Et puisque notre code du travail, notre sécurité sociale, notre retraite, etc. restent, malgré les coups de rabot successifs, plus favorable aux salariés, les firmes américaines seront fondées à demander des dédommagements à la France.
Moins de droits de douanes pour elles, et des pénalités pour nous si nous ne voulons pas nous aligner sur les règles « low-cost » américaines !

EXIGEONS UNE CONSULTATION POPULAIRE !

*TTIP = Transatlantic trade & investment partnership = Partenariat Transatlantique pour le commerce et l’investissement

Lire également: Le TTIP pire menace pour les peuples d’Europe (I)  et Le TTIP pire menace pour les peuples d’Europe (II)stoptafta

x

(!) Info minute revue de presse

Article de Noureddine LEGHELIEL – Paru le Dimanche 19 Mai 2013 dans le Quotidien Algérien L’Expression – Reproduit avec l’aimable accord de la rédaction

LES SIX REMARQUES QUI METTENT EN DOUTE UN RAPPORT ALARMANT

Ce rapport était destiné aux pays membres de l´Opep avec un message intimidant, du genre: «Gare à vous, la cavalerie yankee de John Wayne arrive!»

GAZ ...Il y a quatre jours, l´Agence internationale de l´énergie a publié un rapport sur le boom du pétrole et du gaz de schiste aux États-Unis d´Amérique. Un rapport alarmant et alarmiste prévoyant l´effondrement des cours des prix du pétrole et du gaz en raison d´un futur surplus de la production américaine de ces deux matières énergétiques. Ce rapport était destiné aux pays membres de l´Opep avec un message intimidant: «Gare à vous, la cavalerie yankee de John Wayne arrive!». Plusieurs journalistes qui ont pris l´habitude de vénérer et de ne jamais critiquer la parole «divine» des experts étrangers et qui sont aussi passionnés par le cocktail (polémique-sensation), se sont précipités pour mettre à la une de leur publication cette information. Sous des titre tout aussi alarmistes du genre: «L´Algérie et la transition énergétique mondiale» ou encore: «L´Algérie va droit au mur». Cependant, il convient de reconnaître que nos journalistes ont eu l´amabilité de nous transmettre, à la lettre et á la virgule près, le contenu de l´analyse des experts de l´AIE qui prévoit un lendemain apocalyptique pour l´économie algérienne.
Á travers le texte qui suit, j’ai tenté d’apporter des éléments de réponse selon lesquels ce rapport est loin de contenir des vérités certaines et que de ce fait, on a toutes les raisons du monde pour le mettre en doute et le critiquer.
Voici mon commentaire sur le rapport de l´AIE contenant six remarques:

1- La crédibilité des experts de l´AIE

Par le passé, les honorables experts de cette prestigieuse Agence se sont déjà trompés dans leurs analyses et leurs prévisions suite auxquelles ils sont revenus à maintes reprises pour revoir, tantôt à la hausse, tantôt à la baisse, les chiffres de la demande et de l´offre mondiales de pétrole. Cela s’est produit, pas une ou deux fois, mais plusieurs fois.

2-Une information déjà connue du grand public

Toute cette littérature à caractère publicitaire contenue dans le rapport de l´AIE concernant la découverte de gaz et de pétrole de schiste aux USA, est une histoire de déjà vue et connue depuis 2009 jusqu’à nos jours. J’ai lu au moins 50 articles publiés dans les plus grands quotidiens financiers américains et j´ai vu plusieurs programmes et interviews sur les chaînes économiques telles que Cnbc et Bloomberg sur ce sujet. D’ailleurs, certains médias sont allés jusqu’à affirmer que le gaz de schiste constitue la découverte du siècle. D’autres ont soutenu, en revanche, que c´est la seconde découverte après Internet. Mais les écoles de finance nous ont appris qu´une information déjà connue du grand public n´a pas d´impact sur le prix d´un actif financier ou sur le prix d´une matière première.

3 – L´efficience du marché pétrolier

Cette troisième remarque est sans aucun doute la plus pertinente, car elle illustre l´absurdité du raisonnement de certains experts de l´AIE. Ces gentlemen soutiennent que dans une durée de sept ans, les USA seront autosuffisants en pétrole et en gaz et ils détrôneront l´Arabie Saoudite de la première place. Tout cela à cause des grandes découvertes du pétrole et du gaz de schiste et grâce à cette future surabondance de l´offre américaine. Ainsi donc, ajoutent ces experts, les Américains viendront inonder les marchés pétroliers internationaux et par conséquent il y aura un effondrement des cours du brut.
Voilà un raisonnement tout simplement faux! Pourquoi et comment? Vu l´efficience du marché pétrolier, le prix du pétrole américain WTI a déjà intégré dans son cours cette information concernant un futur surplus de l´offre américaine. Néanmoins, il y a une nuance qu´il faut signaler: c’est que le marché a intégré l´information authentique qui reflète la vérité sur la future offre pétrolière américaine et non pas l´information fabulée des médias financiers. Pour preuve, voici quelques cotations: (vendredi le 17 mai 2013, Ndlr), le prix des contrats a terme du WTI du mois de juin 2020 se négocie a 82,32 dollars et le prix des contrats á terme du WTI du mois de juin 2013 se négocie à 96,14 dollars. Comme vous pouvez le voir, le contrat de 2020 se négocie avec une décote de presque 14 dollars et c´est cette décote de 14 dollars qui est la conséquence d´un futur surplus de l´offre américaine. Le contrat de 2020 se trouve sur une position appelée dans le langage du trading des matières premières, backwardation.. L´effondrement insinué en krach des cours du prix du pétrole prévu par les cadres de l´AIE à l’horizon 2020, ne pourra pas donc se produire.

4 – L´analyse fondamentale des experts de l´AIE

L´analyse fondamentale sert à analyser les fondamentaux du marché pétrolier et qui sont, l´offre, la demande, les réserves, la consommation etc…. Très populaire dans les années 1960 et 1970, hélas, cette analyse vient de perdre de sa pertinence au cours de ces dernières années et cela pour plusieurs raisons. Je vous en cite quelques-unes. Le marché pétrolier international d´aujourd´hui n´est plus entre les mains des pétroliers, mais il est sous la domination des financiers (banques d´affaires, les fonds des matières premières, les hedge fonds etc…). Dans les milieux financiers internationaux de ces cinq dernières années, le pétrole était considéré plus comme un actif financier qu´une matière première. Le baril papier (les contrats à terme et les contrats des options qui se clôturent avant la date d´échéance, c’est-à-dire sans livraison physique) est le plus négocié, la différence entre les volumes des échanges du baril papier et du baril liquide est très grande.
En 2011, les volumes d´échange du baril papier étaient 28 fois plus grands que ceux du baril liquide ou physique. A force de le constater, on pourra dire aussi, qu’aujourd’hui, ce n’est plus l´Arabie Saoudite, ni l´Opep, ni les présidents Poutine ou Obama, encore moins le président iranien Ahmadinejad qui décident du prix du baril, mais ce sont bel et bien les acteurs du marché pétrolier, identifiés comme financiers et pétroliers. Ce sont ces derniers qui fixent et décident du prix du baril. L´indice de la volatilité est devenu une composante du prix du baril. La hausse du prix du baril ne représente plus de risque pour l´économie américaine et ne montre presque aucune menace directe sur l´inflation aux USA (un prix de baril avoisinant les 100 dollars avec un taux d´inflation de 2%). Á titre explicatif, je vous cite un exemple pour vous montrer les limites de l´approche fondamentale.
Le 15 février 2008, le prix du baril du WTI américain se négociait á 86 dollars, le 11 juillet 2008 il avait atteint les 147 dollars et le 5 décembre de la même année, il s´est retrouvé à 34 dollars mais pendant tout ce périple, c’est-à-dire l´année 2008, la demande et l´offre mondiales du pétrole n´ont pas connu un grand changement, alors on peut se demander où sont passés les fondamentaux? Les honorables experts de la prestigieuse Agence internationale de l’énergie utilisent toujours l´analyse fondamentale comme instrument d´analyse et de prévision.

5- Le double langage des analystes de l´AIE

Dans leurs analyses pétrolières, les experts de l´AIE ont toujours mis l´accent sur l´état des conjonctures économiques des grandes nations industrielles obéissant au raisonnement classique qu´une crise économique engendre une baisse de la demande pétrolière et une relance économique est toujours liée á une augmentation de la demande pétrolière.
Si on va se référer aux principes de ce raisonnement nous serons en face d´un paradoxe. D’une part, nos amis experts prévoient un effondrement des cours du brut dans un futur proche et d´autre part, nous sommes sur le chemin d´une reprise économique mondiale et c´est l´indicateur boursier qui nous le prouve. Le rebond boursier de ces derniers mois est annonciateur de l’imminence d’une reprise économique á l´échelle mondiale. Il ne faut pas oublier que la Bourse est toujours en avance sur l´économie d´un intervalle de temps de six mois á une année. Alors, pourquoi cette contradiction de la part de nos amis de l’AIE?

6-Les vérités sur le marché du gaz aux États- Unis

Sans trop entrer dans les détails, contentons-nous de commenter le rapport de l´AIE qui mentionne une partie réservée au gaz de schiste aux USA. Les cadres de l´AIE partagent les mêmes opinions que les médias financiers américains.
Ces derniers ont fait couler beaucoup d’encre sur cette affaire des découvertes du gaz de schiste et de leur démarche marketing; il faut avouer qu’ils ont réussi á créer toute une littérature sur l´abondance du gaz naturel en Amérique et ils ont aussi misé sur une éternelle baisse du prix du gaz aux USA et á travers le monde puisqu’ils prévoient que les Yankees vont se doter des méthaniers géants qu´on a déjà surnommés (pipes lines flottants) pour acheminer le GPL des USA vers le Japon, l´Europe et la Chine. Mais comme d´habitude, on doit se poser cette question: peut-on croire ce que les médias financiers racontent pour connaître la vérité? Pour répondre à cette question, on doit se rappeler de l´expression française selon laquelle «il vaut mieux avoir affaire à Dieu qu’à ses saints». Qui décide en fait du prix du gaz aux USA? Les médias ou les acteurs du marché du gaz? La réponse est claire: ce sont bien les acteurs.
Mais que pensent ces mêmes acteurs sur l´avenir du prix du gaz aux USA? Eh bien, on va être étonnés de voir que les acteurs du marché du gaz aux USA sont d´un avis diamétralement opposé à celui des médias sur la question du prix futur du gaz. Les acteurs du marché du gaz américain prévoient une hausse et non pas une baisse du prix du gaz dans l´horizon des années 2020. Comme preuve à l´appui, on constate que les prix des contrats à terme du gaz naturel pour les 10 années à venir se trouvent sur une position appelée Contango.
Le prix du contrat à terme du mois de juin 2013 se négocie aujourd´hui à 4,05 dollars le Mbtu et le prix du contrat à terme du mois de janvier 2022 à 5,98 dollars le Mbtu. Conclusion: le célèbre économiste américain, le nommé Robert Shiller, auteur d´un best seller en 1998 (L´exubérance irrationnelle) disait dans son livre que les médias arrivent souvent en retard sur un événement censé faire bouger un marché financier et ici, dans notre texte, on retrouve la validité de la parole de cet éminent économiste. Donc, l´avènement du gaz de schiste au Etats-Unis n´est plus un événement.

Cette semaine en Rhône-Alpes: Agenda ici              SIGNEZ  LA PETITION !                 ( ! ) Info minute

.

Samedi 11 Février, à Saint Julien en Genevois,  2500 personnes se sont rassemblées par des températures glaciales afin d’exprimer leur opposition à l’exploration et l’exploitation des Gaz et huiles de roche mère en Haute Savoie.

Très forte mobilisation citoyenne ce 11 février 2012 à Saint Julien en Genevois, petite ville de 11000 habitants directement concernée par les « pétrole et gaz de schiste » (ou hydrocarbures de roche mère) avec le permis de Gex. Ce permis accordé depuis juin 2009 pour une durée de 5 ans à un consortium de compagnies pétrolières anglaises (eCorp, Eagle Energy limited et Nautical Petroleum PLC). Ce permis couvre une surface de 932km² sur les territoires de l’Ain de la Haute Savoie et du Jura.

600 personnes ont tout d’abord participé à un meeting en début de journée auquel se sont succédés plusieursrs orateurs de différents collectifs, avant tout de Haute Savoie mais aussi d’ailleurs en Rhône-Alpes ainsi que des élus. Après une rapide introduction par le Maire de la ville, c’est Jacques Cambon, hydrologue qui a pris la parole en rappelant qu’aujourd’hui, la seule technique possible pour l’extraction du gaz est la fracturation. Malgré l’interdiction de la fracturation hydraulique (par la loi du 13 juillet 2011), les compagnies pétrolières et de forages envisagent déjà de contourner ces lois, sans que le gouvernement ne s’en offusque, comme lors du colloque du 17 Janvier à Paris organisé par le club « énergie et développement » réunissant ministres et multinationales de cette industrie.

Le meeting s’est poursuivi par l’intervention d’Elisabelle Bourgues, No Fracking France, d’Anne Marher, député du canton de Genève qui à fait un point sur la situation de son Pays, Alain Chabrolle, Vice-président du Conseil régional délégué à la santé et à l’environnement qui a rappelé le besoin d’un débat sur l’avenir énergétique ainsi que la refonte du code minier.

Le dernier intervenant aura été Jean Louis Chopy, porte-parole du collectif Stop Gaz de Schiste Ardèche, qui a parlé de l’avenir du mouvement et a appelé au blocage des pétroliers sur les territoires. En effet ce sont déjà deux permis qui ont été accordés sur le Nord de la région tandis que quatre autres sont en cours d’instruction pour attribution imminente. Ces derniers concernent exclusivement notre région avec les permis de Blyes( 01), Gex Sud ( 74-01), Lyon Annecy( 68-38-73-74) et montfalcon ( 38-69-26-07)En tout, ce ne sont pas moins de 10 000 km² de nos territoires en Rhône-Alpes qui seront impactés par cette industrie polluante et dévastatrice. Et en France c’est après les 73 permis déjà accordés sur tout le territoire, encore 71 autres qui sont en attente de validation.

Seul le Préfet de région compétent ?

C’est ensuite 2500 personnes qui ont défilé avec détermination et bonne humeur dans les rues de la ville ( malgré une température de moins dix degrés) et qui ont rejoint la sous-préfecture. Une délégation citoyenne à été reçue par le sous-préfet lequel s’est déclaré incompétent pour fournir une réponse claire sur le sujet. Il a indiqué que seul le Préfet de Région était compétent. Les collectifs ne manqueront pas d’approcher M. Jean-François Carenco qui connait en effet bien le dossier puisqu’il était directeur de cabinet du Ministre Borloo au moment de l’attribution des trois permis récemment abrogés (Permis de Nant, de Montélimar et de Villeneuve de Berg).

Pendant cette entrevue, devant la sous préfecture, plusieurs personnes ont pris la parole (collectif et élus) et n’ont pas manqué de féliciter l’organisation de cette manifestation citoyenne, et dont la tête du cortège n’était représentée par aucun parti politique;  élus de tous bords engagés dans cette lutte et partis politiques ayant leur place citoyenne au milieu du cortège.

A nouveau il a été rappelé que les collectifs Stop ou Non au Gaz de Schiste sont indépendants, ne sont affiliés à aucun parti politique, acceptant toutefois les soutiens de tous bord à l’exception de l’extrême droite dont ils ne peuvent en aucun cas partager les « valeurs ».

De nombreuses « soirées Gasland » ( projection du film suivie d’un débat) sont déjà programmées en pays Savoyard et ailleurs en Rhône-Alpes. Elles continueront de plus belle afin d’informer et mobiliser les citoyens et les élus locaux dans l’ensemble des départements de Rhône-Alpes. Cette région est particulièrement touchée puisque 7 départements sur 8 sont touchées par des permis d’exploration aisément transformables en permis d’exploiter ! Pour plus d’information : voir ici

Article rédigé en collaboration avec RP (http://cri-ac.org/ Collectif Stop gaz de Schiste 38)

Le double langage du gouvernement, qui pilote ?

Le Président de la République par deux fois, en octobre puis en décembre, dans les Cévennes puis en Ardèche, martelait « pour nous les Gaz de Schiste c’est NON ! « .

La semaine prochaine, Mardi 17 janvier, « sous le Haut Patronage du Premier ministre » se tiendra un colloque avec les industriels où il est question d’évoquer « l’interdiction de l’exploitation des hydrocarbures par la fracturation hydraulique, comment en sortir?« . Le sous Ministre de l’Énergie monsieur Besson soutient cette initiative, tandis que l’infatigable Ministre de l’Écologie Madame Kosciusko-Morizet sera présente.

Le lobby pousse, bientôt de la recherche d’hydrocarbures de schiste en France ?

Aujourd’hui, Monsieur Gonnot député de l’Oise, président du club énergie & développement, initiateur d’un colloque devant se tenir à Paris mardi 17 Janvier, a précisé à des journalistes que le gouvernement annoncera lors ce colloque la mise en place de la commission de suivi des techniques d’exploration et d’exploitation des hydrocarbures, prévue par la loi interdisant le recours à la fracturation hydraulique pour exploiter le gaz de schiste.

En d’autres termes il s’agit de préparer le cadre de la recherche tel que défini par la loi de juillet 2011 en ses articles 2 et 4.  Or ces articles sont bien ceux qui ont transformé la proposition de loi en loi scélérate. Comprenons-nous bien: La recherche en matière d’hydrocarbures ne s’opère pas dans des laboratoires. La recherche conduit à la mise en œuvre de pratiques sur le terrain. Pour la recherche d’hydrocarbure de roche (gaz ou huile dits « de schiste »), il faut recourir à la fracturation hydraulique.

La région Rhône Alpes cible de très nombreux permis accordés et en demande, communiqué de presse des collectifs rhônalpins

Danger d’explosion  d’une démocratie au gaz de schistes   ou  comment Monsieur Fillon et son gouvernement se joue du Parlement  avec son aval!

Muriel Bodin, Docteur en droit public 16.04.2011                          Consulter aussi (!) INFO MINUTE

Maître Muriel Bodin nous raconte comment les propositions de loi que le gouvernement appèle de ses vœux à voter en urgence et qui visent avant tout à étouffer le mouvement citoyen sont complètement bancales, comment l’abrogation d’actes réglementaires (délivrance de permis de recherche) n’est pas du ressort du législateur et enfin pourquoi il y a urgence à débattre sur le fonds plutôt que de légiférer en vitesse.

Voilà l’histoire résumée d’une leçon de stratégie politico-juridique ou comment, subtilement, on peut faire capoter un mouvement citoyen en toute transparence en prenant le Parlement comme outil et en servant les intérêts de sociétés américaines sans en avoir l’air .

Le mouvement contre l’exploration et l’exploitation des gaz de schistes sur le territoire national est un mouvement citoyen d’une force que personne n’avait prévu, pas même les Verts, soutien de la première heure de ce mouvement que des lanceurs d’alerte ont initié.

Ce mouvement a largement dépassé les élus qui ont mesuré l’ampleur de leur défaillance à l’aune de leur échec aux élections  cantonales. Tous sont surpris du rejet marqué d’une forme d’expression et de décisions politiquement correctes pour un technocrate de la politique politicienne, sans aucune lisibilité des valeurs que porte traditionnellement la France, même à ces heures les plus sombres.

Le mouvement citoyen rappelle qu’une forme de résistance existe en France et est toujours vivace. Elle s’exprime hors des sentiers battus, même si ça et là, on peut y apercevoir des politiques qui ont une meilleure conscience des enjeux qui se jouent à long terme et évitent le court-termisme ambiant.

L’actualité de la Fronde anti-gaz de schistes est l’occasion de rappeler comment des politiques rompus à contourner ces mouvements de résistances utilisent les moyens juridiques pour parvenir à corrompre les valeurs de notre démocratie, sans coup férir et avec l’aval, voire la complicité d’une opposition politicienne .Et dire que ce sont les mêmes qui se posent encore la question de savoir comment ils vont pouvoir démontrer qu’ils sont à la hauteur de ce qu’exigent les citoyens de ce pays !

L’actualité parlementaire des gaz de schistes, c’est, à quelques jours d’une « journée nationale de mobilisation » organisée dimanche par les opposants, le président de l’Assemblée nationale, Bernard Accoyer, qui annonce l’examen le 10 mai, en procédure d’urgence, de la proposition de loi de Christian Jacob (UMP). Celle-ci vise à interdire l’exploration et l’exploitation de ces hydrocarbures non-conventionnels.  Deux autres propositions de loi analogues, une socialiste et une de Jean-Louis Borloo (Parti radical), ont été déposées à l’Assemblée.

M. Accoyer a précisé mardi avoir demandé « au gouvernement, au président de la commission, aux deux présidents des groupes concernés d’essayer de trouver une solution de discussion commune », ce qui a été fait en prenant pour ligne, grosso modo, la proposition de Monsieur Jacob…. suite ici

* * On en parle dans la rue samedi à LYON et convergeons à BLYES (01) dimanche à midi

* Gaz de schiste, on en parle dans la rue à Lyon le  samedi 16 Avril 2011:

Tract à télécharger ici: Attention ne pas jeter sur la voie publique

* * Mobilisation dimanche 17 avril 2011, convergence vers BLYES pour un pique nique près de la mairie à partir de 12h00

Caravane Stop au Gaz de Schiste dans l’Ain et partout ailleurs

–> Départ: Point de rencontre dès 9h30 sur le parking  de l »‘Intermarché » de Meximieux.

Merci à l’avance de respecter les indications fournies par le PDG d’Intermarché Meximieux: « Le magasin est ouvert le dimanche matin et est trop petit pour acceuillir à la fois les participants et les clients.
Lorsque vous serez sur le parking Intermarché, faites en sorte de garer les véhicules en haut du parking BRICOMARCHE, après la station-service sur le même site. Bonne manifestation et merci! »

Points de rencontre suivants: > Charnoz  > Saint Jean de Niost > Saint Maurice de Gourdans

voir carte ici

–> Arrivée à BLYES et pique nique à partir de 12h00

> Sur place rencontre et information

> Séance d’information publique et projection documentaire (au prieuré)

Si le Collectif stop gaz de schiste 69 se félicite de la récente avancée du gouvernement, il attend avec impatience l’abrogation de la totalité des permis signés dans le Sud de la France et l’abandon de permis en attente.

Le weekend des 16 et 17 avril sera l’occasion de maintenir notre mobilisation et de manifester notre refus de l’exploration de gaz de schiste.

Communiqué de presse à télécharger ici

Progrès de l’AIN 16.04.2011 (à télécharger ici)

Le Collectif stop gaz de schiste 69 rappèle qu’il est indépendant politiquement et se réjouit de la mobilisation de tout un chacun, citoyens et organisations  sur la question de l’exploitation des ressources énergétiques d’origine fossile. 

Christophe de Margerie, PDG de Total, trouve « un peu triste de s’interdire a priori d’exploiter une richesse potentielle »

Diantre! Qui pourrait consoler le PDG de TOTAL qui ambitionne d’exploiter ces ressources hydrocarbures emprisonnées dans le sous sous-sol. Mais ne nous méprenons pas, l’histoire est loin d’être terminée.

Monsieur Besson en sauveur de l’industrie pétrolière?

M. Eric Besson indique selon le Figaro.fr et au sujet de la recherche et de l’exploitation des gaz et huile de schiste que le premier ministre François Fillon a « décidé que l’une des propositions de loi (…) serait discutée en urgence, urgence demandée par le gouvernement, et ce serait le 10 mai« . Il semble en effet que l’examen du texte devrait commencer le 4 mai en commission du développement durable et de l’aménagement du territoire à l’assemblée nationale. Plus subtile, le ministre de l’énergie, maire de Donzère d’indiquer que « sur la base de cette proposition(ndlr Proposition de loi UMP), le gouvernement va préciser sa position« .

Des questions persistent à court termes

Quel sera le contenu exact de cette loi? Quelles seront les conclusions de la mission d’inspection déclenchée en février par la Ministre de l’Écologie et le Ministre chargé de l’industrie et de l’énergie supposée éclairer les choix du gouvernement?

Lire aussi On maintient toutes les mobilisations qui sont prévues sur le territoire les 16 et 17 avril!
Charge du jour de l’amicale des foreurs
Demande d’examen en urgence d’une proposition de loi visant l’abrogation des permis et l’interdiction de l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels

Le gouvernement demande l’examen en urgence par les députés  de la proposition de loi contre l’exploitation des gaz et huiles de schiste déposée par l’UMP. («  loi visant à abroger les permis exclusifs de recherches d’hydrocarbures non conventionnels et à interdire leur exploration et leur exploitation sur le territoire national« )

La date de l’examen de cette loi devrait être confirmée mardi 12 avril, selon toute vraisemblance l’examen devrait intervenir avant le 12 mai date d’examen d’une proposition de loi … contre l’exploration et l’exploitation des gaz et huile de schiste déposée par le PS. ( « Loi visant l’interdiction de l’exploration et de l’exploitation d’hydrocarbures non conventionnels, abrogation des permis exclusifs de recherches de mines d’hydrocarbures liquides ou gazeux et transparence dans la délivrance des permis de recherches et des concessions« ).

Poursuite et renforcement de la mobilisation citoyenne: On ne lâche rien!

Cette annonce même si elle peut représenter une bonne nouvelle ne remet aucunement en cause la forte mobilisation citoyenne! L’examen d’une proposition de loi n’est qu’un début, quel en sera le contenu final précis? Quand seront signés les décret d’application? La technique dite de la fracturation hydraulique ne risque-t-elle pas d’être utilisée dans l’exploitation dite conventionnelle (réactivation de puits etc.).  Et au delà, qu’en est-il de l’ouverture d’un large débat sur la question de la transition énergétique en Europe et ailleurs?

Voir également ici ce qu’en pense un des animateurs du mouvement citoyen contre les gaz et huile de schiste… suite

Pour les mobilisation à Lyon et dans l’Ain suivre ici et
* * Lettre ouverte d’un militant opposé à l’exploitation des gaz et huile de schiste * *

Les récentes déclarations gouvernementales et ministérielles, relayées complaisamment par les médias, concernant le prétendu «coup d’arrêt» à l’exploitation du gaz de schiste ne doivent pas faire illusion. Comme l’ont très bien dit Guillaume Vermorel et quelques autres, nous avons gagné une bataille, mais pas la guerre.

Il est étonnant de constater que tant de personnes considèrent que l’affaire est réglée. Pourtant, l’analyse de la situation et un regard sur le passé nous montre qu’il peut en être tout autrement.

Le gouvernement actuel, empêtré dans une impopularité notoire, qui a fait preuve de la plus grande hypocrisie dans la conduite du Grenelle de l’environnement … suite