Articles Tagués ‘GEP’

(!) Info minute – Revue de Presse

Alors qu’en France le Groupement des Entreprises Parapétrolières et paragazières (GEP) lance sa campagne de dénigrement  du film Gasland réalisé par Josh Fox et tente de minimiser les risques liés à l’exploitation du gaz de schiste, il y a quelques jours, en Pennsylvanie, un arbitre a ordonné à Chesapeake Appalaches LLC de dédommager une habitante du comté de Bradford d’un montant de près de $ 60,000 pour avoir contaminé son puits d’eau avec du méthane.

Revenons brièvement sur cette histoire[1] qui démontre très simplement la mauvaise fois des promoteurs de la recherche et de l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels.

  Gaz de schiste Chesapeake Pennsylanie pollution eau par forageEn Juin 2008, Jacqueline Place avait signé un bail comprenant une clause d’arbitrage laquelle mentionnait l’Association Américaine d’Arbitrage[2] (agissant comme un tribunal de commerce) comme arbitre pour la résolution de toute réclamation résultant de dommages causés par les activités de la Chesapeake.

En Décembre 2008, Mme Place a embauché un prestataire pour effectuer un état zéro de l’eau de son puits. Selon des documents juridiques fournis par son avocat, ce test indiquait la présence de méthane à un niveau de 0,01 particules par million. Ce test deviendra la pièce maîtresse pour l’arbitrage.

En Août 2009, la compagnie Chesapeake a  achevé le forage d’un puits (Barret 2H) pour extraire le gaz du sous-sol de la propriété de Mme Place. Ce forage hydrocarbure se situe alors à moins de 100 mètres (80 yards) du puits de Mme Place.

Le 22 Mars 2010, Mme Place remarque que son eau est devenue « rouge-brun » et huileuse. Elle saisit alors Chesapeake ainsi que le département de la protection de l’environnement de la Pennsylvanie. L’un et l’autre effectuent des prélèvements et des tests de l’eau de son puits au mois d’avril suivant. Lesquels tests révèlent une présence de méthane 1300 à 2000 fois supérieure à ce qu’indiquaient les tests effectués par Madame Place en 2008.

Le département de la protection de l’environnement a déclaré cette eau impropre à la consommation et Chesapeake a du fournir une réserve d’eau temporaire et mettre en place un équipement pour le monitorage de la présence du méthane.

Pendant les mois qui ont suivi, Chesapeake, le département de la protection de l’environnement et le prestataire de Mme Place ont continué à effectué des tests de l’eau du puits lesquels continuaient d’indiquer des niveaux de méthanes des centaines de fois plus élevés que ceux mesurés lors de l’état zéro effectué par Mme Place avant le forage, ainsi qu’une augmentation de la présence de fer et de la turbidité.

En Décembre 2010, le  département de la protection de l’environnement a donné la permission à Chesapeake de reconnecter le puits de Mme Place ce qu’a fait la société en Janvier 2011. En Février 2011, le département de la protection de l’environnement a publié une note administrative confirmant que les travaux de Chesapeake avaient causé un « impact temporaire  » sur le puits et recommandant la poursuite de la surveillance par des tests.

L’Agence américaine de protection de l’environnement et le prestataire de Mme Place ont continué la surveillance au cours des 16 mois suivant pour finalement trouver du méthane à des niveaux plus élevés que le niveau mesuré avant le forage mais au-dessous du niveau maximum toléré par  l’Agence de protection de l’environnement.

En mai 2013, un expert embauché par Mme Place trouvait un niveau de méthane de 0,042 particules par million. Mme Place et son fils continuent de boire de l’eau en bouteille.

« En résumé, Jacqueline Place a vécu pendant 10 mois totalement privée de l’accès à l’eau de son puits et depuis sa « restauration » a eu a subir une alimentation en eau polluée de manière chronique, nécessitant une vigilance constante et une surveillance continue » selon le rapport produit par le tribunal de commerce ».

Ross F. Schmucki , l’arbitre de l’Association américaine d’arbitrage, a ordonné à Chesapeake[3] de payer 59,381.42 $ à Madame Place.


[1] D »après l’article publié le 19 février 2014 par le Time Tribune.com
[2] American Arbitration Association
[3] Chesapeake est le principal partenaire avec lequel TOTAL a investi dans la recherche de gaz de schiste aux États-Unis

(!) Info minute – Revue de Presse

Une conférence de presse

Ce matin, Jean-Louis Schilansky, Président de l’Union française des industries pétrolières (UFIP) membre de CESE[1] désigné par le Mouvement des entreprises de France (MEDEF), donnait une conférence de presse. Il ne s’agit pas de laisser retomber le soufflé du gaz de schiste. La campagne de communication 2014 des industriels pour la recherche d’hydrocarbures non-conventionnel sur le territoire français est en effet lancée depuis quelques jours. Il s’agit de frapper fort, de bousculer l’édifice qui protège encore à peu près les territoires français de la recherche d’hydrocarbures de schiste.

Une campagne de communication pour le gaz de schiste …
  • Elle a commencé par un ballon d’essai lancé par le Ministre Arnaud Montebourg sur Europe 1 : Il affirmait ne pas désespérer de convaincre le Président de la République de revenir sur sa promesse de ne point exploiter le gaz de schiste, il qu’il faut travailler à trouver des techniques propres[2] .
  • Elle fut suivie de l’échos donné par le Patron de TOTAL qui depuis DAVOS déclarait « L’Europe dit aujourd’hui: Nous ne voulons pas interdire le développement du gaz de schiste. Par contre, on va demander à ceux qui veulent le faire d’être extraordinairement respectueux de l’environnement, de faire attention. Très bien! C’est le genre de message qu’on aimerait avoir partout[3] ».
  • Puis le Canard enchainait en indiquant que le Ministre du redressement productif allait voir ce qu’on allait voir (après les élections municipales) et qu’il disposait d’un rapport prouvant que l’on peut faire de la fracturation hydraulique … enfin non, qu’il existe une technique propre pour fracturer le sous-sol en utilisant du gaz liquéfié, précisément de l’heptafluropropane (une potion dont on sait qu’elle aurait un impact désastreux sur l’environnement puisque qu’étant un puissant gaz à effet de serre[4]).
  • Débarque ensuite -par une interview donnée au Parisien- la navigatrice Maud Fontenoy qui affirme que «Le gaz de schiste est devenu un atout écologique» et qu’il va falloir informer des français très désinformés puisqu’ils ne sont seulement 24% a être en faveur de l’exploitation des gaz de schiste. Elle récidive en publiant une tribune dans le journal Libération[6] où elle affirme sans ambages « grâce aux progrès de la recherche, la fracturation hydraulique n’est plus l’unique procédé d’extraction du gaz de schiste » . On se demande comment celle qui en a « ras le bol des écolos[7] » parvient à ce genre de conclusion sans que son « argumentaire » ne lui soit soufflé par certains industriels. On notera quoiqu’il en soit qu’une fracturation pratiquée avec un liquide reste une « fracturation hydraulique ». Cette technique est donc interdite par la loi.
… et le lancement d’un film de promo sur le gaz de schiste et contre Gasland

Puis on apprend par Usine Nouvelle[8] que le « groupement des entreprises parapétrolières et paragazières (GEP) a produit un film sur le gaz de schiste et la fracturation hydraulique censé prendre le contre-pied du documentaire oscarisé « Gasland » qui sert de porte-étendard aux anti-gaz de schiste. « Le film ‘Gasland’ s’est emparé du sujet, qui aurait dû être une affaire de professionnels« , explique Jean Ropers, président du GEP. »

???????????????????????????????Le film voudrait démontrer que « les risques sont maîtrisés par l’industrie » et dire que « Gasland est là qui enflamme l’imaginaire collectif ». On apprend que Josh Fox « dresse un procès d’intention aux exploitants des gaz de schiste » . La scène du robinet qui s’enflamme y est présentée comme Le mensonge du film de Josh Fox. Le film commandité par les pétroliers français est certainement plus fin de son équivalent américain Truthland . Il s’achèvera cependant par une envolée lyrique sur fond de flamme du parc de Chestnut Ridge par la phrase suivante « L’éternelle flamme de méthane brûle au milieu des eaux alors qu’autour à des centaines de km à la ronde aucun gisement de schiste n’est exploité ».

pétrolier gaziers industrielsBien entendu aucun autre argument présenté par Gasland ainsi que la recherche citoyenne en France sur les questions liées aux produits chimiques, à la remontée de produits toxiques ou radioactifs, de retraitement de l’eau de fracturation, d’émission de gaz à effet de serre ne sera abordé, il s’agit avant tout de décrédibiliser Fox … et ceux qui ne croient pas en la « révolution du gaz de schiste »

Resserrons les rangs, car comme le dit si bien Monsieur Schilansky « C’est une longue saga, mais nous n’abandonnerons pas« . Que lui et ses amis soient assurés d’une chose : Ils nous trouveront sur leur chemin.

L’industrie du pétrole agit comme l’industrie du tabac
The Sky is Pink, (le ciel est rose) : La réponse du réalisateur de GASLAND est déjà là!

En 18 minutes, Josh Fox, réalisateur de GASLAND, propose une réponse aux attaques des industriels sur le robinet qui s’enflamme et bien d’autres informations sur les méthodes de lobbying des pétroliers. Une très bonne analyse des moyens par lesquels l’industrie arrive à imposer ses idées malgré des preuves scientifiques contraires. (Cliquez sur CC en rouge, pour activer les sous titres en français)