Articles Tagués ‘haute-savoie’

Sélection dans la presse, notamment ce qu’en disent les industriels                   ( ! ) Info minute ici




  Gaz de schiste: Le collectif stop gaz de schiste 69 pour une interdiction claire !

                                         à télécharger ici                      Lire aussi ( ! ) Info minute ici 

Communiqué de presse et appel aux parlementaires des départements de l’Ain, Isère, Rhône, Savoie et Haute Savoie

Lyon le 9 mai 2011 

Alors que demain et après demain 10 et 11 mai 2011 les députés et sénateurs examineront la proposition de loi sur l’abrogation des permis d’exploration des huiles et gaz de schiste, le collectif stop gaz de schiste 69 s’élève contre le tour de passe-passe auquel les citoyens assistent ébahis !

La commission du développement durable et de l’aménagement du territoire réunie le 4 mai a vidé de sa substance une proposition de loi déjà incomplète. La version modifiée ne vise plus désormais que « la technique de la fracturation hydraulique » et supprime l’abrogation automatique des permis exclusifs de recherche. Pire une pluie d’amendements déposés par la majorité vise à simplifier les démarches des compagnies pétrolières et gazières.

 La consultation publique :

Le collectif stop gaz de schiste 69 s’oppose  radicalement à ce que des permis exclusifs de recherche délivrés dans  l’opacité la plus totale et en méconnaissance des principes constitutionnels d’information et de participation du public, puissent être maintenus alors qu’ils engagent les choix énergétiques de la France et le développement durable des territoires. La suppression de la consultation publique au profit de simples commissions locales d’information, suivant le modèle de celles qui existent déjà dans le nucléaire irait à l’encontre des principales revendications du mouvement citoyen et constituerait un véritable affront.

 Le législateur garant de l’intérêt général et non de celui de quelques compagnies privées :

Le législateur, garant de l’intérêt général, doit rappeler que l’Etat  ne peut délivrer un permis pour de seuls intérêts économiques particuliers et hypothétiques. C’est ce qui commande l’abrogation sans tergiversation des permis de recherches déjà délivrés et sans que les compagnies adjudicataires puissent recourir à quelque demande d’indemnisation dont la charge incomberait au contribuable.

 Le collectif stop gaz de schiste 69, solidaire des habitants et élus locaux des territoires où des permis d’exploration gazière ou pétrolière non conventionnelle ont déjà été octroyés, reste également très vigilant dans la région puisque 5 demandes de permis de recherche miniers concurrents ou non les uns des autres restent à ce jour recevables.

Permis dit de Lyon Annecy, permis dit de Blyes, permis dit de Gex Sud, permis dit de Montfalcon, extension du permis dit de Valence

Le collectif stop gaz de schiste 69, appellent les citoyens qui ne pourront pas être devant l’assemblée nationale à une mobilisation rapide et spontanée Mardi 10 mai à 13h00 place des Terreaux à Lyon !

L’exploitation du gaz de schiste ?

C’est demain et près de chez vous alors mobilisez-vous et rejoignez le collectif !

Contact  du collectif: presse.stopgazdeschiste69@gmail.com

https://nonaugazdeschistelyon.wordpress.com

Collectif Stop au Gaz de schiste 69

stopgazdeschiste69@gmail.com

https://nonaugazdeschistelyon.wordpress.com

Lyon, le 21 Avril 2011

Objet : Examen de la proposition  de loi Jacob le 10 mai prochain

Aux députés des 5 départements concernés par la zone de recherche d’hydrocarbures non conventionnels N°16 demandes de permis de recherche non encore attribuées Blyes, Lyon-Annecy, Gex Sud enregistrées par le BEPH respectivement sous les références 1612, 1592, 1613.

Mesdames et Messieurs les députés

La question de l’exploration et de l’exploitation des gaz de schiste -ou plus largement les hydrocarbures non conventionnels- comme nouvelle ressource permettant de prolonger la consommation mondiale d’hydrocarbures face à la demande sans cesse croissante d’énergie a, en très peu de temps, sensibilisé et mobilisé l’opinion publique, qu’elle soit régionale (puisque Rhône-Alpes est concernée au premier chef) ou nationale.

En France de nombreux collectifs  locaux et départementaux, ouverts à tous et apolitiques, se sont constitués pour s’opposer à l’octroi de permis d’exploration à des sociétés françaises et étrangères. Alors qu’elles engageaient la santé des populations, la qualité de nos paysages et le développement de nos territoires, ces décisions ont été prises en toute opacité, sans aucune étude d’impact, sans débat, sans information ni consultation des citoyens et de leurs représentants ; Et ce par un ministre de la République, M. Borloo, qui, depuis, a regretté publiquement avoir « manqué de vigilance » sur la question.

C’est précisément sur cette question de la vigilance que le collectif Stop au gaz de schiste 69 souhaite vous interpeller avant l’examen de cette proposition de loi demandée en urgence par le gouvernement.

Si la proposition de loi précipitamment déposée par M. Jacob a dans un premier temps rassuré l’opinion, il semble de plus en plus évident qu’elle est très fragile sur le plan juridique. Il ne vous aura pas échappé qu’une loi émise par le Parlement ne peut invalider une décision réglementaire. Or, l’octroi de permis d’exploration à Schuepbach Energy, Total, GDF-Suez dans certains départements français par l’exécutif relève bien d’un acte administratif qui ressort, en ce qui concerne son retrait ou même son abrogation, du seul pouvoir réglementaire.

Si la représentation nationale vote l’abrogation des permis existants, comme cela est prévu par la proposition de loi Jacob, les sociétés détentrices de permis auront alors beau jeu de saisir le Conseil constitutionnel via la QPC. Ce dernier n’aura sans doute pas d’autre choix que de constater que le législateur n’avait pas compétence pour abroger un acte réglementaire, et invalidera partiellement cette loi mais avec des conséquences juridiques non négligeables sur la portée d’une interdiction qui ne pourrait soit valoir que pour l’avenir et non pour les permis octroyés soit ouvrir à ces sociétés des droits à indemnisation préjudiciable pour les contribuables que nous sommes.

Alors quelle solution ? Il apparait que la Charte de l’Environnement, la convention d’Aarus notamment, mais aussi la directive sur l’eau et pour partie la directive REACH offrent un recours plus simple et plus efficace : le retrait immédiat des permis, et sans indemnisation, au titre de la dissimulation d’informations en lien avec la santé, la sécurité et la salubrité publiques. L’argument juridique est le suivant : les permis n’auraient pas été délivrés si celui qui les a octroyés avait eu connaissance des informations apprises après coup. On n’ose imaginer que M. Borloo, qui depuis a déposé une proposition de loi pour annuler sa propre décision, savait sur le moment qu’il autorisait une activité potentiellement dangereuse pour la santé publique et l’environnement.

Le collectif Stop Gaz de Schiste 69 appelle donc les parlementaires que vous êtes d’une part à relayer cette information auprès des élus impliqués dans la commission d’examen de la proposition de loi devant se réunir à partir du 4 mai 2011 d’autre part à demander à l’exécutif de retirer sans aucun délai les permis de recherche déjà délivrés. Plus que jamais, les citoyens restent mobilisés et attentifs aux décisions qui seront prises par leurs élus.

Veuillez agréer, Mesdames et Messieurs les députés, l’expression de notre considération.

________________________________________________________________________________________

Le collectif stop au gaz de schiste 69 est bien conscient de l’existence de fortes réserves d’hydrocarbures en Europe et dans le monde, réserves prouvées probables et possibles. Toutefois il condamne la prise de décision sur les choix énergétiques de la France  et de l’Europe sans consultation des citoyens. Il est opposé à toute attribution de permis de recherche tant que les industriels n’auront pas communiqué en toute transparence l’ensemble des techniques et produits utilisés pour la fracturation hydraulique. Il demande qu’à la lumière d’études indépendantes dont les conclusions devraient être largement diffusées au public, une consultation populaire décide si le recours à de telles réserves est nécessaire. Il est également préoccupé par le déséquilibre grandissant entre les peuples ayant accès aux ressources et ceux qui n’en ont tout simplement pas les moyens. Le collectif stop au gaz de schiste 69 est opposé à un modèle unique fondé sur une surconsommation indifférente à l’impact climatique sanitaire et environnemental. Nous demandons un débat de fonds sur la consommation en énergie et les solutions d’avenir. Ceci pourra guider les choix en matière de recherche et développement en France, lesquels pourront être faits avec la participation et au bénéfice des communautés selon les spécificités de nos territoires et leurs ressources respectives.

Chacun des 35 députés dont M. Havard – élu du Rhône et rapporteur de la commission du développement durable en charge de l’examen de la proposition de loi- a reçu cette lettre aujourd’huien téléchargement ici

Télécharger le communiqué de presse

Lyon le 22 mars 2011

Le nouveau collectif Stop au Gaz de Schiste 69 interpelle les députés de l’axe Lyon-Annecy*

A l’image du collectif citoyen, Stop au gaz de schiste 07, un collectif rhodanien rassemblant des citoyens et des associations** s’est constitué hier pour affirmer son refus de l’exploration et de l’exploitation du gaz de schiste.

Les populations des départements du Nord de la Région Rhône-Alpes sont désormais concernées par des demandes d’attribution de permis d’exploration de gaz ou huile de schiste sur l’axe Lyon-Annecy.

Le collectif Stop au gaz de schiste 69 appelle les députés des départements concernés par cet axe à participer au débat sur les conséquences environnementales de l’exploitation du gaz de schiste qui se tiendra à l’assemblée nationale le mardi 29 mars 2011.

Le collectif Stop au gaz de schiste 69 rappelle qu’il est contre l’exploration et l’exploitation des gaz de schiste. Ce refus repose sur les éléments suivant :

– l’absence d’information et de débats publics préalable,

– les conséquences environnementales désastreuses (pollution des réserves d’eau potable, du sol et des sous-sols et de l’air),

– l’aberration énergétique et la fuite en avant que ce choix représente à l’heure de la lutte contre le changement climatique,

– les ravages en termes socio-économiques (agriculture, tourisme,…)

– les atteintes irréversibles à la santé (produits mutagènes, reprotoxiques ou cancérigènes).

L’exploitation du gaz de schiste ?

C’est demain et près de chez vous alors mobilisez-vous et rejoignez le collectif !

Contact  du collectif: stopgazdeschiste69@gmail.com

*Des demandes de permis exclusifs de recherche ont été déclarés recevables mais non encore attribués au 31 janvier 2011 dans les départements du Rhône, Ain, Isère, Savoie, Haute-Savoie, selon le bulletin d’information émis par le Bureau Exploitation Production des Hydrocarbures, Ministère de l’économie, des finances et de l’industrie.