Articles Tagués ‘François Hollande’

Cette semaine en Rhône-Alpes: Agenda ici                                                                            ( !) Info minute 
                            5 novembre 2012 : Que dit exactement le rapport Gallois sur le Gaz de schiste
.
Louis Gallois: « Hors de question de faire l’impasse sur les gaz de schiste »

La presse en ligne en a fait ses titres cette semaine: Louis Gallois, missionné par le gouvernement pour faire un rapport sur la compétitivité des entreprises françaises, prend position en faveur de l’exploitation des Gaz de Schiste. Mieux, M. Gallois aurait asséné à la ministre Delphine Batho que « la France a deux richesses phares, le nucléaire et les gaz de schiste », et qu’« il est hors de question de faire l’impasse« . Nommé Commissaire Général à l’Investissement en Conseil des ministres au printemps dernier, mais surnommé le moine dans le petit monde des grands patrons pour son mode de vie d’ascète, Monsieur Gallois n’y va pas par quatre chemins: Le sous-sol français recèle la deuxième réserve européenne de gaz de schiste, le rapport contiendra un chapitre sur la nécessité d’exploiter les gaz de schiste.

La patronne du Medef rapidement relayée par l’UFIP reprend la nouvelle dans la foulée. Madame Parisot se fait en effet la porte parole de l’industrie française de l’extraction des hydrocarbures depuis que le gouvernement a annoncé son intention de mettre un coup de frein au projets d’explorations par la fracturation hydraulique. Annonce qui n’a pas encore rassuré les citoyens et élus mobilisés depuis deux ans.

Les gaz de schiste, les hydrocarbures de roche mère, est-ce bien « fini pour 5ans » ?

Madame Batho Ministre en charge de l’Ecologie et de l’énergie le répète à l’envie : « En France, le débat politique est clos, les gaz de schiste ne passeront pas par nous ». Depuis l’Inde où elle participe à la conférence de l’ONU sur la biodiversité, la ministre assume un « désaccord net » avec M. Gallois sur le sujet des gaz de schiste. « Certains tenteront en permanence de remettre le sujet sur la table mais, d’un point de vue politique, le débat sur les gaz de schiste est clos« , a indiqué Mme Batho à l’AFP.

Quant au chef de l’État, interrogé en marge d’un sommet européen, sur un éventuel changement de position sur la base du rapport de l’ex-patron d’EADS, M.Hollande a assuré ne pas l’avoir lu. « Je ne suis même pas sûr qu’il soit écrit puisqu’il est remis le 5 novembre. Je ne sais pas ce qu’il contient« , a-t-il ajouté. Mais, selon François Hollande, « c’est un rapport qui engage son auteur, qui n’engage pas le gouvernement, pas le président de la République« .

Une chose est sûre, la liste des permis d’exploration d’hydrocarbures de roche mère reste la même depuis les élections présidentielles. Seuls trois permis avaient été abrogés par M. Sarkozy il y a un an. Quant aux demandes de permis, la liste s’allonge et F.Hollande a demandé le rejet de 7 demandes. Or il en reste près d’une centaine.

Et pendant ce temps-là on nous ferait le coup (le coût ?) des gaz de schiste finançant la transition énergétique !

Des « conseillers en stratégie de rupture » quand à eux n’hésitent pas à proposer que l’on coupe la poire en deux. D’un côté des citoyens sont fâchés mais quelque peu ignorants, de l’autre de cupides industriels ne veulent pas rater la marche forcée vers cette exploitation dont les USA sont le modèle de référence.

La solution est là. Les deux auteurs de cet article après avoir listé l’ensemble des moyens à mettre en œuvre pour démontrer que l’exploration de cette réserve d’hydrocarbure est finalement sans danger car contrôlable par l’État, concluent: « Cette réserve économique, si elle est confirmée, peut-elle financer des normes environnementales qui garantissent la sécurité du citoyen et une rémunération locale doublées d’un mécanisme de financement de la transition énergétique ? C’est une condition à fixer pour décider une exploitation positive de cette ressource, sous le contrôle des citoyens et de l’État.
Arrêtons ce débat caricatural, et si toutes les conditions ne sont pas réunies, n’exploitons pas les gaz de schiste. En revanche, si il est possible dans le respect des intérêts des citoyens et dans la préservation des biens environnementaux de mettre la France sur le chemin de la croissance et de la transition écologique, faisons-le ! » .

Qu’elle est simple, qu’elle est belle cette conclusion qui propose de réconcilier l’irréconciliable, on dirait du … François Hollande, ou du Christophe de Margerie

Cette semaine en Rhône-Alpes: Agenda ici      SIGNEZ  LA PETITION !                           ( !) Info minute 
Rassemblements et manifestations le 22 septembre             ALERTE en cours dans le Gard et l’Ardèche
.
==> Suite à l’annonce du Président Hollande, seules 2 demandes sont en voie de rejet. Celle de Lyon-Annecy et celle de Montfalcon.
Voir ici pourquoi. Voir ici pourquoi il est incohérent que seules ces deux demandes soient rejetées.

.

Petit récapitulatif qu’il ne faut pas hésiter à relayer dans les campagnes et dans les villes. Mise à jour du 15.09.2012 . Dernière version ici
Samedi 22 SEPTEMBRE MANIFESTONS A AIX LES BAINS (73)

voir également la synthèse nationale des permis et demandes en fin d’article

Les permis exclusifs de recherche d’hydrocarbures liquides ou gazeux après l’annonce du Président Hollande le 14.09.2012 :

Rhône-Alpes Nord reste touchée par:

2 permis en cours de validité (Les Moussières et Gex): des autorisations de travaux peuvent être déposées à tout moment

3 demandes de permis jugée recevables (Blyes, Gex Sud) et 1 demande de permis en cours d’instruction (PréAlpes). Il semble que la demande d’Abondance n’ait finalement pas été jugée recevable.

Les permis de recherche d’hydrocarbures existants :
Le permis des Moussières :
– La compagnie Celtique Energy Petroleum s’est vue accorder ce permis par arrêté du 14 mars 2008. Le permis est valable pour 5 ans (renouvelables deux fois).– Le périmètre de ce permis inclus les départements de l’Ain, des deux Savoie et du Jura.– Sur la base des découvertes d’Esso Rep en 1998, Celtique envisage d’effectuer un forage exploratoire et a démarché des communes du plateau de Hauteville dans l’Ain.– Le périmètre de ce permis inclut les départements de l’Ain, des deux Savoie et du Jura.  Plus d’informations ici   et là
Le permis de Gex :
– La compagnie E-Corp est à la tête d’un consortium de trois sociétés qui s’est vu accorder ce permis par arrêté du 28 mai 2009. Le consortium est constitué de Edgon Resources (New ventures) Ltd (britanique) racheté par E-Corp, Eagle Energy Ltd Canadien) et Nautical Petroleum Plc: Société britannique. Le permis est valable pour 5 ans (renouvelables deux fois).– Les documents disponibles indiquent le souhait du titulaire de faire ses premiers forages en 2012 /2013.– Le périmètre de ce permis inclut les départements de l’Ain (Pays de Gex), des deux Savoie et du Jura.Plus d’informations ici   et là

–  On notera également que le périmètre du permis de Lons le Saulnier  inclut également des territoires du Nord de la Région Rhône-Alpes.

Les demandes de permis de recherche d’hydrocarbure recevables en cours d’instruction :

L’instruction des ces permis fait l’objet d’une accélération. Lire ici  et là . La délivrance de nouveaux permis est probablement très proche!

Le permis de Blyes :
– La compagnie Realm a déposé cette demande jugée recevable par les services de l’État.
– Cette demande est en concurrence la demande du permis Lyon-Annecy. Va-t-elle être accordée ?
– Le périmètre de ce permis inclut les départements de l’Ain, de l’Isère, du Rhône et des deux Savoie. Surface sollicitée : 3293 km2.Plus d’informations ici
Le permis de Gex Sud :
– C’est le consortium titulaire du permis de Gex qui a déposé cette demande jugée recevable par les services de l’État.
– Cette demande est en concurrence avec la demande du permis de Lyon Annecy. Va-t-elle être accordée?
– Le périmètre de ce permis inclut les départements des deux Savoie. Surface sollicitée : 1991 km2.Plus d’informations ici
Les demandes de permis de recherche d’hydrocarbure en cours d’instruction :
Le permis PréAlpes :
– C’est la société Continental Oil and Gas PTY Ltd qui a déposé cette demande en cours d’instruction au niveau des services de l’État.  Le pétitionnaire (une société australienne) .

– Le périmètre de ce permis touche la Savoie, Isère, Drôme, Hautes-Alpes.  Surface sollicitée : 5 378 km2.
Plus d’informations ici
Le permis d’Abondance :
– C’est la société Pétrosvibri qui a déposé cette demande en cours d’instruction au niveau des services de l’État.  Le pétitionnaire (une société suisse) a déjà fait un forage sous le lac Léman à partir de la Suisse en 2010 .

– Le périmètre de ce permis touche la Haute- Savoie et inclut la partie française du Lac Léman.  Surface sollicitée : 810 km2.
Plus d’informations ici   et là     Il semble que cette demande ne soit finalement pas recevable
IMPORTANT:
Selon le Ministère de l’Ecologie du Développement Durable des Transports et du Logement:Les permis de Lyon-Annecy, Blyes, Montfalcon, Valence extension et Montélimar visaient spécifiquement les GAZ de SCHISTE.Selon le rapport de la mission d’inspection menée par les experts du CGEIET à la demande des Ministres de l’Écologie et de l’Industrie en 2011, l’ensemble des demandes de permis recevables mentionnées dans cet article visent des gaz et ou huile de roche mère. (voir l’annexe III du rapport accessible sur le site de la documentation française  ou directement ici)

 

. . . ou comment la définition d’une demande de permis de recherche « ciblant les gaz de schiste » varie au gré de la volonté des politiques et du lobby pro gaz de schiste

Le calme est revenu place d’Iéna dans le XVIe arrondissement de Paris. Tant devant le palais qui a hébergé la “Conférence environnementale” ces deux derniers jours que devant le musée Guimet ou avaient été parqués sous très haute surveillance policière une poignée de citoyens. Certains venus de la région nantaise,  d’autres du sud ouest de la France, ou encore du Var et de Rhône-Alpes. Des citoyens venus afficher leur désaccord et inquiétude vis a vis de projets variés tels que la construction de l’aéroport de ND des Landes, la poursuite effrénée de la politique nucléaire française mais aussi la problématique de la recherche et exploitation d’hydrocarbures de roche mère (Gaz et huile de schiste).

Sur la question des gaz de schiste comme (ou mieux que) N.Sarkozy, F.Hollande fait de la communication

En fin de matinée du 14 septembre, devant une assemblée plurielle réunie au Conseil Économique Social et Environnemental, le président Hollande annonce que la technique de la fracturation hydraulique est hautement polluante et qu’il n’y aura pas d’exploration ni d’exploitation des hydrocarbures de roche mère. Puis il enfonce le clou et poursuit « J’ai demandé à Delphine Batho, ministre de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie, de prononcer sans attendre le rejet de sept demandes de permis déposées auprès de l’Etat et qui ont légitimement suscité l’inquiétude dans plusieurs régions ». Le MEDEF et l’UFIP sont atterrés, les associations dubitatives, les représentants politiques sincères ou préoccupés par un renouvellement de mandat se réjouissent. Fermez le ban!

Dans les minutes qui suivent les média s’agitent. L’AFP relaye . SIPA Presse titre « Gaz de schiste: Hollande annonce le rejet de toutes les demandes de permis » et indique « Le président François Hollande a annoncé vendredi le rejet des sept demandes de permis d’exploitation de gaz de schiste déposés auprès de l’État,« . La presse reprend en boucle, le bruit médiatique fonctionne à merveille, bravo, les gaz de schiste c’est plié, n’en parlons plus !

En quoi une seule liste de 7 est incohérente?

Arrêtons-nous un instant sur un exemple. Dans le Nord de Rhône-Alpes. Le rejet annoncé (depuis bien longtemps déjà) de la demande de permis Lyon Annecy. Cette demande a déclenché deux demandes concurrentes (Blyes et Gex Sud) lesquelles couvrent le périmètre géographique de la demande Lyon-Annecy. Mieux, la demande du permis de Blyes figurait dans la liste du MEDDTL « ciblant le gaz de schiste ». Pourquoi ces trois demandes jugées recevables et portant sur le même périmètre ne sont pas traitées de la même manières ? Il est à parier que dans peu de temps, des explications toutes plus obscures les unes que les autres viendront étayer ce choix incohérent.

<– La liste « des demandes ciblant le gaz de schiste » publiée sur le site du MEDDTL au printemps 2011 a mystérieusement disparu depuis peu.

Combien de permis toujours en cours de validité, combien de demandes toujours pas rejetées ?

Ne nous méprenons pas, ça en ferait déjà sept de moins et tant mieux. Toutefois  à ce jour, il reste une centaine de demandes de permis de recherche d’hydrocarbures. Parmi lesquelles pas moins de 46 demandes de permis  qualifiés de non conventionnels figuraient dans le rapport de la mission d’inspection menée par le CGIEET. Ce même conseil général de l’industrie qui valide les demandes de permis. 

Puisque le Président a parlé de permis « non conventionnels », pourquoi alors que les gisements d’hydrocarbures conventionnels sont déjà connus et en exploitation ne pas:

  • d’une part rejeter les autres demandes de permis
  • d’autre part annuler des permis existant lesquels pour la majorité ciblent très clairement la roche mère et pour d’autres visent des hydrocarbures sous le plancher marin en grande profondeur (Guyane) avec les risque énormes liés à l’exploitation d’hydrocarbures liquides, gazeux voire solides.

Les 22 septembre retrouvons-nous pour la journée mondiale. Nous ne sommes pas dupes, pour le Nord de Rhône-Alpes, demandons le rejet immédiat des demandes de permis de « Gex sud« , « Blyes » et encore le dernier en date « Préalpes » et l’abrogation des permis de « Gex » et de « Moussières« .

Cette semaine en Rhône-Alpes: Agenda ici      SIGNEZ  LA PETITION !                           ( !) Info minute 
Rassemblements et manifestations le 22 septembre                                                                                           Communiqué de presse des collectifs réunis les 8 et 9 septembre 2012

COMMUNIQUÉ DE PRESSELyon, lundi 10 septembre 2012

Le collectif stop gaz de schiste 69 demande au président du Conseil Régional Rhône-Alpes de porter les inquiétudes et souhaits des citoyens auprès du Président Hollande

Au début du mois de Juillet, les collectifs Rhônalpins avaient écrit au président du Conseil Régional Rhône-Alpes pour saluer l’engagement du Conseil Régional à leurs côtés dans la lutte contre l’exploration et l’exploitation des gaz et huiles de schiste sur son territoire. Toutefois les collectifs exprimaient leur inquiétude suite aux signaux alarmants du début de l’été notamment après l’éviction de Nicole Bricq du Ministère de l’Ecologie. Alors que les 22 présidents de Région seront reçus par le Président de la République le 12 septembre 2012 au palais de l’Élysée, le collectif Stop Gaz de Schiste 69 demande au Président du Conseil Régional Rhône-Alpes de porter les inquiétudes et souhaits des citoyens auprès du Président Hollande. Il s’agit à la veille de la « conférence environnementale » organisée par le gouvernement de :

1 – lui rappeler l’opposition formelle de la Région Rhône-Alpes aux projets d’exploration et d’exploitation de « ressources » d’hydrocarbures non-conventionnels sous toutes leurs formes,

2 – demander au gouvernement un projet de loi visant à interdire l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures non-conventionnels sur l’intégralité du territoire national dans l’esprit de la proposition de loi rejetée par le parlement en octobre 2011,

3 – demander au gouvernement que soit mises en œuvre les conditions réglementaires et légales relatives au droit minier en les intégrant au code de l’environnement et en définissant la responsabilité pénale des entreprises et de leurs sociétés mères pour leur activité en France comme à l’étranger. 

 A la veille d’une « conférence environnementale » assiste-t-on à un revirement de l’actuelle majorité par rapport à ses engagements de 2011 ?

Durant l’été, plusieurs membres du gouvernement ont lancé des signaux contradictoires mais souvent très inquiétants concernant la recherche et l’exploitation des gaz et huile de schiste. Des positions souvent prises en contradiction avec les discours et propositions de l’année ayant précédé les élections présidentielles et législatives. Les citoyens regroupés en collectifs n’acceptent pas ce jeu de dupe qui dévalorise la politique alors que celle-ci et les débats qui devraient l’accompagner doivent être à la base d’un processus de transition énergétique favorisant les énergies décarbonées et renouvelables. Le collectif stop gaz de schiste 69 reste vigilant et appelle le Conseil Régional à renouveler fermement son engagement à s’opposer par tous les moyens à la recherche et l’extraction d’hydrocarbure de roche mère sur tout son territoire quelques soient les techniques utilisées.  

Vigilance

Le collectif Stop Gaz de Schiste 69 en appelle à la vigilance des maires et des populations des territoires concernés et notamment dans l’Ain afin qu’aucune convention d’occupation de terrains communaux ou privés ne soit signée avec les titulaires de permis délivrés sans consultation des intéressés.

Mobilisation

Le Collectif Stop gaz de schiste 69 invite citoyens et élus à se joindre aux rassemblements qui se tiendront lors de la journée mondiale contre le fracking le samedi 22 septembre. Deux grands rassemblements se tiendront dans le Sud-Est de la France : L’un à Saint Christol-lez-Alès, l’autre à Aix-les-Bains à partir de 10H00.