Gaz de schiste : Le permis de Montélimar ou l’ambiguïté de la loi Jacob interdisant la fracturation

Publié: 11 janvier 2016 dans énergie climat, forage d'hydrocarbures, gaz de schiste
Tags:, , , , , , , ,

(!) Info minute – Revue de Presse

Total a obtenu le permis de Montélimar, en mars 2010, pour une durée de 5 ans arrivant à terme le 31 mars 2015. D’une superficie de 4327 km2, il s’étend sur plusieurs départements, ceux de l’Ardèche, de la Drôme, du Gard, de l’Hérault et du Vaucluse. Il a été abrogé le 13 octobre 2011, suite à la loi du 13 juillet 2011, dite loi Jacob, interdisant la technique de la fracturation hydraulique. Le Tribunal administration de Cergy Pontoise pourrait remettre en cause cette abrogation. Décryptage d’un scénario attendu, par Claude Taton militant anti gaz de schiste dans le Sud Est de la France .

L’article 3 de cette dite loi stipulait que dans un délai de deux mois à compter de la promulgation de la loi, les titulaires de permis exclusifs de recherches de mines d’hydrocarbures liquides ou gazeux devaient remettre à l’autorité administrative qui avait délivré les permis un rapport précisant les techniques employées ou envisagées dans le cadre de leurs activités de recherches. Elle précisait que, si le rapport mentionnait le recours à des forages suivis de fracturation hydraulique de la roche-mère, les permis exclusifs de recherches concernés seraient abrogés.

Dans son rapport, TOTAL a mentionné qu’il n’utiliserait pas la fracturation hydraulique et se conformerait à la loi. Même si nous savons que Total avait déclaré initialement rechercher du gaz de schiste sur le permis de Montélimar en utilisant la fracturation, il avaitTOTAL modifié, après la promulgation de la loi, ses intentions techniques stipulant conduire ses recherches en recourant à la technique de stimulation électrique pour évaluer les ressources. L’abrogation n’était donc pas juridiquement justifiée, car la loi du 13 juillet interdit seulement les forages suivis de fracturation hydraulique de la roche, sans donner une définition de la dite technique. Mais en aucun cas, la loi interdit l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures de schiste et les techniques alternatives à la fracturation telles que la stimulation électrique.

C’est pourquoi, le rapporteur public, lors de l’audience du Tribunal administratif de Cergy Pontoise examinant vendredi 8 janvier le recours de TOTAL contre l’abrogation de son permis, a rappelé dans ses conclusions que l’État ne pouvait pas aller au-delà de l’article 3 de la loi et qu’il n’y avait pas lieu d’abroger le permis, la loi étant claire.

Cette situation juridique, qui peut nous paraître inacceptable, souligne clairement que la loi ambiguë du 13 juillet 2011 est incomplète. Elle ne nous protège pas suffisamment, puisque celle-ci n’a pour seul objectif que d’interdire une technique, celle de la fracturationstop-gaz-de-schiste- hydraulique, et non pas d’interdire l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures de schiste. La nécessaire réponse publique à la question des hydrocarbures de schiste serait de réviser la loi en interdisant définitivement leur exploration et leur exploitation ou d’inscrire, dans la réforme du code minier, qui est actuellement en cours, une disposition excluant définitivement du régime légal des mines, les gîtes renfermant les hydrocarbures liquides ou gazeux contenus dans la roche-mère. En l’état actuel du texte de la réforme, cette disposition qui permettrait de laisser ces hydrocarbures définitivement dans le sous-sol n’est pas envisagée.

Si la situation juridique du permis de Montélimar révèle toute l’ambiguïté de cette loi, celle-ci concerne également de nombreux autres permis exclusifs de recherches, notamment ceux situés dans le bassin parisien. Les rapports, qui ont été remis en septembre 2011 pour être conformes à l’article 3 de la loi du 13 juillet 2011, sont sur le même modèle que celui de Total, à savoir que tous les industriels se sont engagés à ne pas recourir à la fracturation hydraulique.

Toutefois, il ne faut pas oublier que le débat sur les hydrocarbures de schiste ne se résume pas à ces aspects techniques et juridiques aussi importants soient-ils. Leur extraction et leur utilisation ne feraient qu’augmenter les émissions de carbone et accentuer le Gaz de schiste Montelimardérèglement climatique alors que la France s’est engagée lors de la dernière COP 21 de Paris à maintenir la hausse des températures bien en dessous des 2° C par rapport au niveau pré-industriel. L’Agence Internationale de l’Energie (AIE) avait déjà signalé, dans son rapport de 2012, que pour espérer limiter le réchauffement global maximal à 2° C, il est impératif de renoncer à exploiter une grande partie de nos ressources en combustible fossile et que «notre consommation, d’ici à 2050, ne devra pas représenter plus d’un tiers des réserves prouvées de combustibles fossiles».

C’est pourquoi, le gouvernement doit mettre fin à la délivrance des permis exclusifs de recherches d’hydrocarbures liquides ou gazeux quels qu’ils soient et ne doit pas réattribuer à TOTAL son permis, pour rester en cohérence avec ses engagements pris lors de la conférence climatique.

Le jugement du tribunal administratif a été mis en délibéré à la fin du mois de Janvier 2016.

commentaires
  1. Dan ARDUYNNA dit :

    La préservation de l’environnement prévaut, et de très loin, sur l’intérêt général perçu d’une manière trop spéciste, car l’homme n’est qu’une composante de la Vie sur Terre. Cet intérêt général, prévaut sur la somme des intérêts particuliers donc démocratique, et donc socio-économique.
    La Faute sur Mer, les inondations de cet automne dans le Var, ceux de la baie de Somme, de Nîmes, les phénomènes météorologiques plus violents et délocalisés, les incendies, la progression des insectes porteurs de maladies, la diminution des ressources naturelles, l’altération de la qualité de vie, de la santé… il n’y a pas une année sans cataclysme déclaré catastrophe naturelle, donc payé par le contribuable et non par ceux à qui profitent ces excès. Alors, exigeons une politique de sobriété énergétique, d’économies d’énergie, de conversion culturelle, industrielle et sociale courageuse, forte du cap à tenir, car si nous nous ne le faisons pas de notre initiative dès maintenant, nous le subirons par la nature et dans des conditions dégradées.

  2. Robert S dit :

    Bien justement ! Si la loi Jacob interdit uniquement la fracturation hydraulique c’est bien parce que l’Etat reconnait qu’il n y a que ça à améliorer pour extraire du gaz de la roche mère.
    Pourtant je suis écolo puisque je préfère consommer mon énergie sur place car j’ai compris que le seul fait de les transporter (les energies) polluent encore plus…nan?

    • noschiste dit :

      On peut penser aussi à faire varier le mix énergétique et la consommation en optant pour plus d’efficacité et de sobriété.
      Il est faux de dire que seule la fracturation hydraulique pose problème. Beaucoup de formes de fracturation stimulation posent problème. Octroyer des permis de recherche d’hydrocarbure non conventionnels c’est accepter le fait que les compagnies mettront en œuvre ces techniques polluantes. CQFD : Pas de PERH et orientation des moyens de la recherche vers d’autres solutions énergétiques (pourvoyeuses de bien plus d’activité et d’emplois).

      • Robert S dit :

        On peut penser aussi que là où il y a des problèmes il y a des solutions.
        Pourquoi en France à l’heure où j’écris il y a déjà eu de la fracturation hydraulique pour la géothermie (en Alsace notamment) sans que nous aillons entendu des problèmes de contaminations des eaux?

        D’autres solutions énergétiques?! je suis curieux…voyons?!

        • noschiste dit :

          Les centaines de milliers de fracturations pratiquées aux États-Unis sont sans conséquences sur la santé et l’environnement et que ce que nous rapportons sur ce site n’est probablement que pure invention de l’esprit tout comme le réchauffement provoqué par les émissions de méthane….

        • Dan ARDUYNNA dit :

          La fracturation étant devenue taboue, pour affranchir la géothermie des interdits du gaz de schiste, le nouveau mot est la stimulation de la roche… A terme, les nappes phréatiques seront évidemment affectées.

  3. Oui, le gouvernement doit enfin faire preuve de cohérence et interdire de manière tranchée, toute recherche d’énergies fossiles extrêmes (qui inclut le gaz de charbon en couche, rappelant que la société European Gas Limited avait été jusqu’à nier avoir jamais utilisé la fracturation hydraulique à fins d’obtenir la prolongation de ses permis Bleue Lorraine et Bleue Lorraine Sud alors que les dossiers officiels attestent de l’usage de cette technique antérieurement à 2011). Nous ne sommes pas sortis de l’âge de pierre parce que nous n’avions plus de pierres, rappelait un responsable d’ONG environnementale récemment, mais parce que notre intelligence était suffisamment développée pour nous permettre de nous tourner vers d’autres matériaux et moyens. Sortons de l’âge fossile, tous tant que nous sommes, et faisons massivement pression sur le gouvernement pour qu’il en tienne compte !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s