MONTEBOURG, FABIUS ET LES GAZ DE SCHISTE : UNE COURSE SUICIDAIRE

Publié: 15 février 2014 dans énergie climat, forage d'hydrocarbures, gaz de houille, gaz de schiste
Tags:, , , , , , , , , , ,

(!) Info minute – Revue de Presse

Par Thérèse Delfel, du collectif citoyen Stop Gaz d’Hydrocarbures de Lorraine et d’Alsace. Article également paru dans Marianne du 14 au 20 février 2014

Malgré les engagements du Président de la République il ressort d’une récente information, publiée dans Libération, qu’Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, ne s’y résout pas, guettant le moment politique propice pour présenter un rapport préconisant la technique dite << propre >> du NFP (non-flammable propane), par injection de fluoropropane au lieu de la fracturation hydraulique avec eau et additifs chimiques, alors utilisés en moindre quantité. ll vient d’avoir le soutien de Laurent Fabius. Selon I’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques dans son rapport de novembre 2013, ce NFP « supprime à lOO% le risque industriel ». Cet argument, virtuel et impossible à vérifier autrement qu’en prenant des risques réels sur le terrain, là où vivent des personnes en chair et en os, relève de la négation de la réalité dans laquelle nous vivons, et toutes les critiques à l’encontre de cette démarche, qu’elles proviennent des verts, du NPA ou de membres du gouvernement, sont fondées. Les collectifs Stop gaz de schiste et de couche partagent ce rejet.

schiste bitumineuxLa technique NFP prétendument « propre » aggrave un autre risque, intellectuel celui-là : s’enliser dans des débats stériles sur des énergies fossiles de plus en plus extrêmes. Extrêmes dans leurs méthodes d’extraction de plus en plus brutales. Extrêmes dans l’atteinte à des sites de plus en plus précieux visés par les consortiums pétroliers, Extrêmes dans les moyens à mettre en œuvre pour une piètre rentabilité. ll y a trois décennies, il fallait qrosso modo un baril de pétrole pour en produire 1OO. Actuellement il en faut un pour produire environ 10 barils de pétrole ! Nous sommes lancés dans une course contre nous-mêmes, anachronique et suicidaire. Gaz à effet de serre 25 fois plus nocif que le CO, dont nous ne savons déjà que faire, tant il aggrave le dérèglement climatique, le méthane recherché représenterait surtout de quoi alimenter la spéculation et le gaspillage. Toute production d’énergie fossile génère des dégradations irrémédiables, au moment de l’extraction, lors de la transformation et lors de la consommation or quiconque comprend que l’air respirable, l’eau potable et les sols arables sont nos fondamentaux, irremplaçables au point que quelques minutes sans air, quelgues jours sans eau et quelques semaines sans nourriture signeraient notre arrêt de mort, comprend que cette course aux énergies fossiles est un anachronisme d’autant plus aigu qu’elle se situe dans un contexte de dégradation avancée des milieux naturels qui permettent la vie. Les effets sur l’emploi ? Six cent mille puits forés aux États-Unis- détruisant les terres arables, la ressource en eau et l’atmosphère – ont généré 500 000 emplois, soit 0,8 emploi destructeur par puits. Et l’impossibilité définitive à créer des milliers d’emplois agricoles sains, pérennes et protecteurs des personnes autant que du milieu naturel, dont elles sont tributaires à partir de terres arables, se résume à cette équation : 1 km2 = 100 ha ;1 ha = un emploi en agriculture paysanne ; 7 O54 km2 de permis pétroliers déjà attribués uniquement en Lorraine (30% de sa superficie totale) = environ 700 000 emplois potentiels perdus, à cause de terres arables vouées à devenir friches industrielles. Les financements ? En Lorraine, nous avons « l’exemple » d’European Gas Limited : un consortium australo-américano britannique financé au départ par Enron (la société américaine qui, avec Merrill Lynch, avait été au centre du plus grand scandale financier des dernières décennies), immatriculé en Angleterre et au pays de Galles pour n’avoir pas à déclarer ses résultats comptables en France, dirigé par un PDG qui a créé un « cayman based investment fund » (Maoming lnvestments). Ce consortium si vertueux attend 20 millions d’euros d’aides publiques françaises, tous les ingrédients pour un prochain mégascandale ! En résumé, tous les collectifs s’accordent sur ce point : ni gaz de schiste ni gaz de couche, ni ici ni ailleurs, ni aujourd’hui ni demain, ni fracturation hydraulique ni technique de PerlimPinPin.

commentaires
  1. Dan ARDUYNNA dit :

    Merci Mme DELFEL pour cet article édifiant, ainsi que pour le commentaire très inquiétant de M. POUGHEON. Je nourris l’espoir qu’ils soient largement repris et exploités par d’autres médias et dans un aussi proche avenir que possible, avant les élections…
    Faut-il laisser s’installer le scandale écologique ou financier ? Non, car il ne s’agit pas d’un jeu, mais bien de Vie au sens large, dont le seuil d’irréversibilité est déjà dépassé. Et si pour d’autres systèmes, ce seuil est mal connu, c’est une leçon de prudence qu’il faut tirer des désastres passés, présents et scientifiquement annoncés.
    Faut-il espérer que les générations avenir sauront mieux que nous exploiter ces gisements : Je crois que la leçon climatique et écologique déjà en cours, nous obligera à MODIFIER RADICALEMENT nos comportements, nos concepts, notre modèle, nos besoins et nos ressources. Les indignes représentants de cette course a la productivité effrénée et au consumérisme, seront les bannis de l’histoire. Il faut éviter qu’ils entraînent un monde innocent dans leur délire mégalomaniaque et ses conséquences catastrophiques.
    La solution ?
    * Rester mobilisé, éduquer, sensibiliser,
    * Créer d’un tribunal pénal européen et d’une cour pénale internationale de l’environnement et de la santé (Pétition : http://iecc-tpie.org) pour dénoncer, juger, condamner…
    * développer des systèmes vertueux concurrents…

  2. POUGHEON Ray dit :

    Le problème c’est que Fabius est tout dévoué au traité d’union transatlantique (TAFTA) (ou si on préfère aux puissances d’argent qui sont derrière), ce qui veut dire que l’on serait obligé d’adopter les normes américaines, peine de lourdes pénalités (plusieurs années de manque à gagner supposé) pour le gouvernement (je devrais dire plutôt les contribuables car c’est nous qui paierons). TAFTA c’est entre autres choses la voie royale pour ceux qui ont déjà des permis d’exploration GDS en France. Raison de plus pour être parfaitement lucides et surtout mobilisés
    Raymond
    Le 15/02/2014, STOP GAZ DE SCHISTE ! (Ni ici Ni

  3. caces dit :

    Notre héritage aux générations futures est constitué du cadavre de plus de 50 centrales nucléaires à entretenir, au moins laissons leur ce gaz de schiste là où il est. Peut-être sauront -ils mieux que nous l’exploiter.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s