Articles Tagués ‘sanitaire’

En Pennsylvanie, où l’industrie du fracking est très active, la lutte pour protéger les familles impactées par les effets nocifs de cette méthode de forage dangereuse est un vrai chaos. La semaine dernière après des mois de résistance face à sa requête dans le cadre de la loi sur la liberté de l’information, l’État a finalement remis à l’organisation « Food & Water Watch » plus de 100 pages de documents. Et ce que l’organisation a pu y lire est particulièrement choquant. Les documents indiquent clairement que l’administration sanitaire de Pennsylvanie a régulièrement fait preuve d’une négligence et d’une incompétence alarmantes dans ses réactions face aux dizaines de signalements de problèmes de santé liés au fracking faits par des habitants.

C’est en juillet 2014 que le pot aux roses est découvert, quand un rapport de « State Impact Pennsylvania » révèle qu’ordre avait été donné aux employés des services de santé de ne pas réagir aux signalements de problèmes de sanitaires liés au « fracking » (le processus d’exploitation du gaz de schiste).

Ordre est donné aux professionnels de santé de garder le silence

D’après le témoignage de deux anciens employés du département de la santé, celui-ci a adopté une politique visant à empêcher les professionnels de santé s’occuper des plaintes formulées par les habitants concernant les impacts sanitaires liées aux forages de gaz de schiste. Toujours selon le même témoignage, les employés recevaient l’instruction explicite de ne pas discuter avec les habitants qui téléphonaient pour signaler des problèmes de santé : « Nous n’avions absolument pas le droit de leur parler. Nous ne connaissons pas d’autre situation qui ait fait l’objet de telles consignes de silence».

Refus de l’administration de communiquer l’information

En juillet, 2014, le département de la santé refusait de donner suite à la demande d’information de « Food & Water Watch » et c’est finalement le bureau de « Bureau des archives déclassifiées » (l’équivalent en France de la Commission d’accès aux documents administratifs – CADA) qui a enjoint l’administration sanitaire de communiquer les documents demandés.

Entre le 30 mars 2011 et le 6 avril 2015, l’administration sanitaire a enregistré pas moins de 87 plaintes déposées par des habitants inquiets, des professionnels de santé, des élus et des agences au nom des habitants de Pennsylvanie.

Les problèmes de santé les plus souvent mentionnés par les habitants étaient des problèmes respiratoires, l’asthme, des irritations de la gorge et du nez, ainsi que les odeurs nauséabondes, des problèmes de peau, des problèmes abdominaux et la pollution sonore. Des habitants se sont plaints aussi de cancers et d’importantes chutes de cheveux.   Des médecins ont même appelé parce qu’ils « voyaient un nombre inhabituel de lésions/éruptions cutanées chez les habitants ».

Les preuves que révélaient déjà les études scientifiques

Les problèmes de santé évoqués concordent avec les études scientifiques sur les effets sanitaires potentiels de l’exploitation des hydrocarbures par le fracking. Les produits chimiques utilisés dans le fracking causent des affections à la peau, aux yeux, au systèmes respiratoire, immunitaire, endocrinien et cardiovasculaire et peuvent causer des cancers.

L’association « Food & Water Watch » s’est opposée pendant près d’une année aux multiples services administratifs pour obtenir ces documents. Aujourd’hui, nous savons pourquoi. Il est à présent nécessaire de documenter et mettre en question la négligence manifeste de l’administration sanitaire qui n’a pas réagi face aux graves problèmes de santé de la population qu’elle a la responsabilité de protéger. L’association continuera à utiliser les instruments juridiques et la sensibilisation de la population pour découvrir la vérité et demander que les responsabilités soient établies.

Pour « Food & Water Watch » le Gouverneur Wolf doit absolument briser le cycle d’abus de l’industrie du gaz et du pétrole interdisant désormais tout nouveau projet de forage dans cet état.

Source: Ecowatch

(!) Info minute – Revue de Presse

Traduction par nos soins de l’article publié  le 14 septembre 2014 sur le site Ecowatch . com

Une nouvelle étude montre que la fracturation hydraulique est dangereuse pour la santé. Elle met en garde contre les dangers potentiels.

Une nouvelle étude[1] appuie à nouveau ce que les professionnels de la santé et les militants écologistes ne cessent de répéter depuis que la mise en œuvre de la fracturation hydraulique s’est répandue au cours de la dernière demi-décennie: les produits chimiques utilisés dans le processus de forage de gaz naturel peuvent être dangereux pour la santé .

L’étude intitulée «État de santé des populations vivant à proximité des puits de gaz naturel; résultats d’une enquête auprès des ménages dans le comté de Washington, en Pennsylvanie[2]», publié hier dans Environmental Health Perspectives, a découvert que les gens résidant à proximité des sites de fracturation ont plus de problèmes de santé que la population générale .

fracking contamination fracturation hydraulique gaz de schisteL’équipe de recherche de l’Université de Yale à l’origine de cette étude s’est intéressée aux familles vivant dans le sud-ouest de la région du gisement de schiste de Marcellus en Pennsylvanie et qui consomme l’eau puisée dans la nappe souterraine. Enquêtant auprès de 492 personnes issues de 180 ménages, les chercheurs ont constaté un nombre significativement plus élevé de problèmes dermatologiques et respiratoires chez les personnes vivant à moins d’un kilomètre d’un puits de gaz naturel en comparaison de celles qui résident à deux kilomètres.

Il y a dans le comté de Washington 624 puits de gaz actifs dont 95% ont été fracturés.

« Malgré les assurances données par les industriels du forage et de nombreux représentants du gouvernement que les produits chimiques utilisés dans la fracturation hydraulique ne constituent pas un risque pour les populations avoisinantes, les scientifiques et les écologistes ont exprimé à maintes reprises leur préoccupation concernant le nombre élevé de produits chimiques utilisés dans le processus, leur potentiel à polluer la nappe phréatique ainsi que les risques de contamination par voie aérienne[3]» . C’est ce qu’indique Lauren McCauley du site Common Dreams.

Les chercheurs expliquent ainsi ce qui a motivé leur étude: «On n’en connaît pas assez sur l’impact sanitaire et environnemental des activités d’extraction de gaz naturel non conventionnel par la fracturation hydraulique mises en œuvre près des zones résidentielles ».

Et d’alerter « Alors qu’une grande partie du processus de fracturation hydraulique a lieu en grande profondeur, il existe un certains nombre de mécanismes pouvant conduire les produits chimiques utilisés pour le fracking ainsi que des minéraux naturels, des composés du pétrole et d’autres substances présentes dans les liquides refoulés suite au fracking, à contaminer les sources d’eau potables. Si les contaminants provenant des activités de fracturation hydraulique ont pu entrer dans l’eau potable ou dans les eaux de surface, alors les populations humaines peuvent être exposées à ces contaminants par la boisson, la cuisine, la douche et la natation ».

Les chercheurs suggèrent également qu’il peut y avoir contamination par voie aérienne lors du torchage en sortie de puits, par le fonctionnement des moteurs diesel ainsi que par les fuites fugitives. Par ailleurs, le stress lié au bruit généré par les activités autour des puits est mentionné par de nombreux répondants, les chercheurs suggèrent que cela pourrait avoir aussi un impact sur la santé.

Ils concluent: « Bien que ces résultats doivent être considérés comme générant des hypothèses, et que la population étudiée était limitée aux ménages s’approvisionnant en eau par puisage dans la nappe, la proximité des puits de gaz naturel peut être associée à la prévalence des symptômes de santé, y compris les affections cutanées et les troubles respiratoires des résidents vivant à proximité des chantiers de forage et d’exploitation de gaz de schiste. Une étude plus approfondie de ces associations, y compris le rôle spécifique de l’exposition à l’air et à l’eau, s’avère donc justifiée. »

Les chercheurs mettent également en garde contre un danger majeur potentiel sur le plus long terme. Comme la plupart des puits n’ont que cinq ou six ans, « on n’est pas encore en mesure de constater les maladies avec une plus longue période de latence, telles que le cancer. En outre, si une partie de l’impact de l’extraction de gaz naturel sur les eaux souterraines se produit sur plusieurs années, cette première enquête n’aura pas permis de déceler les conséquences sanitaires de la contamination à retardement ».

 

[1] http://ehp.niehs.nih.gov/wp-content/uploads/advpub/2014/9/ehp.1307732.pdf  Sally J. Trufan, Theodore R.Holford, James D. Dziura, Peter N. Peduzzi, Michael J. Kane, John S. Reif, Theresa R.Weiss and Meredith H. Stowe – Yale University School of Medicine, New Haven, Connecticut, USA, University of Washington, Seattle, Washington, USA, Yale School of Public Health, New Haven, Connecticut, USA, Yale School of Forestry & Environmental Sciences, New Haven, Connecticut, USA, Colorado State University College of Veterinary Medicine & Biomedical Sciences, Fort Collins, Colorado, USA

[2] “Proximity to Natural Gas Wells and Reported  Health Status: Results of a Household Survey in Washington County, Pennsylvania,”
[3] http://www.commondreams.org/news/2014/09/10/research-shows-frightening-correlation-between-fracking-and-rates-illness