Gaz de schiste : SIA et les 100 000 emplois « bidons »

Publié: 11 octobre 2012 dans forage d'hydrocarbures, gaz de schiste
Tags:, ,
Cette semaine en Rhône-Alpes: Agenda ici                                                                                 ( !) Info minute
.

Le Consultant SIA Conseil a publié le 19/09/2012 un communiqué de presse (1), repris par la plupart des journaux nationaux, prétendant que l’exploitation des gaz de schiste permettrait, sur la base « d’hypothèses extrêmement prudentes voire conservatrices » de créer « au minimum 100 000 emplois d’ici 2020 ».

Leurs « hypothèses extrêmement prudentes » se basent sur l’évaluation des ressources la plus optimiste, celle de l’Agence américaine d’information sur l’énergie (EIA) qui estime les réserves de gaz de schiste européennes mobilisables à 18 000 milliards de m3 (mais seulement 6 000 milliards de m3 selon Medlock, Jaffe et Hartley (2)), dont 5 100 milliards pour la France. L’estimation d’EIA pour la Pologne s’élevait à 5 300 milliards de m3 de gaz, et vient d’être revue à la baisse après les premiers sondages par l’Institut national de géologie de Pologne (PIG) qui annonce une fourchette entre 350 et 770 milliards de m3, soit 10 fois moins ! Quant aux services géologiques américains (United States Geological Survey) ils ont publié en juillet 2012 un rapport estimant les gisements polonais de gaz de schiste à seulement 38 milliards de m3 (6). Qui doit-on croire !?

Cette hypothèse s’appuie ensuite sur les « informations confidentielles » des 2 sociétés dont les 3 permis de recherche ont été annulés suite à la loi du 13 juillet 2011, et qui prétendent sans aucun test d’exploitation que ces 3 concessions auraient représenté 500 milliards de m3, soit 1/10 de la réserve nationale estimée par l’EIA. SIA multiplie donc par 10 les évaluations relatives à ces 3 permis. En se basant toujours sur les chiffres des ex-titulaires des 3 permis, SIA prévoit le forage dans chacune de ces 3 zones de 30 puits par an (soit 90 en tout), chaque puits produisant en 20 ans 30 millions m3, dont 12 millions m3 la première année. En commençant à forer en 2015 on pourrait donc d’ici 2020 forer 450 puits qui produiraient 1,6 milliards m3 cette année-là, soit 3% de notre consommation de gaz.

Pour évaluer la force de travail nécessaire au forage et à l’exploitation de ces puits, SIA annonce utiliser « les niveaux d’emplois observés aux Etats-Unis ;…sur les 3 premières années (forage) 13 personnes par puits sont nécessaires, sur les 20 années suivantes (exploitation) il suffit de 0,18 personnes par puits ». Or ce n’est pas ce qui ressort des données (4) du Marcellus Shale Education and Training Centre (MSETC) que nous avons consultées.

Selon ces documents le forage d’un puits nécessite « l’équivalent de 11,53 (ou 13 selon les documents) emplois à temps plein sur un an »  c’est-à-dire que la somme des heures de travail des personnels nécessaires pour réaliser un puits, divisée par 2080 heures (temps de travail annuel dans l’industrie américaine) conduit à 11,53 (ou 13) EPTA (Équivalent Plein Temps Annuel). Que ce puits soit réalisé en 3 mois ou en 3 ans ne change rien à ce chiffre, qui de plus ne représente pas 12 ou 13 postes mais un ensemble d’employés « court terme » à temps partiel, dont le nombredépend du rythme et de l’organisation du travail. Il semble que SIA Conseil ait interprété ce chiffre comme le nombre d’heures exécutées par an et ait de plus considéré que le forage d’un puits prendrait 3 ans (ce qui est loin des statistiques américaines, qui évoquent une fourchette de 2 à 4 mois). Par contre, pour ce qui est de l’exploitation des puits, c’est-à-dire leur surveillance lors de la production durant plusieurs années le MSETC parle bien de 0,18 emploi permanent « long terme » par puits créé.

Sur les bases des chiffres du MSETC le forage de 90 puits par an générerait donc 2 158 416 heures de travail, soit au rythme français (1650 heures/an), 1308 équivalents postes à plein temps. Quant à l’exploitation, elle engendrerait en 2020 96 postes, soit un total de 1 404 équivalents postes à plein temps en 2020 pour ces trois périmètres. Où sont Les 4 000 emplois industriels de SIA ? Et dire que qu’on peut extrapoler à la totalité de la France en multipliant par 10 relève de l’acte de foi !

SIA table en plus sur 1,52 emploi induit par emploi industriel créé en se basant sur les chiffres américains. Même le rapport des CGIET et CGEDD (1) estime cette extrapolation inappropriée en raison des différences entre les marchés de l’emploi américains et français, et évaluent pour leur part les créations totale d’emplois à « quelques centaines », l’essentiel du travail étant réalisé par le personnel étranger des entreprises de forage. Et ces estimations ne tiennent pas compte des emplois qui seraient détruits dans l’agriculture ou le tourisme : une étude irlandaise (5) a mis en évidence, outre un solde négatif, la précarité des emplois créés. Qu’en serait-il en France où l’agriculture compte un million d’actifs permanents (soit 750 000 EPTA) (7) et le tourisme emploi plus d’un millions de personnes, en croissance moyenne de 27 % par an depuis 10 ans (8)

Mais dans tous les cas on est loin du chiffre « magique » des 100 000 emplois annoncés !

 

REFERENCES

  1. Communiqué de presse : Gaz non conventionnels, au minimum 100 000 emplois créés d’ici 2020 selon le scénario SIA Conseil – Energie .SIA-Conseil Septembre 2011
  2. Unconventional gas : potential energy market impact in the European Union – European Commission Joint Research Centre – 2012
  3. Les hydrocarbures de roche-mère en France – Rapport du Conseil Général de l’industrie, de l’énergie et des technologies et du Conseil Général de l’environnement et du développement durable – février 2012
  4. Marcellus shale workforce needs assessment – Marcellus Shale Education and Training Centre – juin 2009
  5. Report on the effects of the shale gas extraction by means of the hydraulic fracturing in the Republic of Ireland – Fracking Research and Information Centre of Sligo
  6. Bulletin électronique du ministère des affaires étrangères françaises
  7. Ministère de l’Agriculture – Agreste – Janvier 2012
  8. Rapport du Conseil National du Tourisme, Ministère de l’Economie et des Finances,2011, « le poids économique et social du tourisme en France »).

PLUS D’INFORMATION:

  • La fable des 100 000 emplois du gaz de schiste sur http://www.stopgazviganais.org
  • Les emplois au pifomètre des gaz de schiste par Sylvain Lapoix sur OWNI.fr
commentaires
  1. forrez pascale dit :

    avant que les « protecteurs et grosses têtes »qui nous gouvernent et ne veulent que notre bien!!!!continuent de décider sans nous consulter, il faudrait peut-être leur demander des comptes sur l’argent généré par nos impôts et taxes multiples pour ne pas dire innombrables;sur les années pendant lesquelles notre Pays a généré de la richesse par les efforts fournis par les actifs; il me semble que des entreprises comme EDF,SNCF,etc ont prospéré parce que l’état,c’est à dire nos impôts y ont été investis!!!!!!il parait!!que nous allons aussi avoir à payer pour compenser ce que perdra EDFparce que le « vilain peuple »ne veut pas que les vieilles centrales nucléaires leur ‘pêtent à la gueule’ OUI nous sommes méchants,OUI nous voulons vivre,NON on ne vous laissera pas faire!!!!!On ne continuera pas à subir ces folies,un jour,il faudra rendre des comptes et ce jour ce rapproche,des veilleurs,il y en a de plus en plus,messieurs les politiques,et un peuple qui se réveille et qui gronde finit toujours par gagner

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s